Archives par mot-clé : La Biolle

Quand les Albanais décidèrent de devenir Français

Octobre 1792 – Vendémiaire an I

Les documents communiqués ci-après sont les procès-verbaux des réunions qui se tinrent à Saint-Ours, Saint-Germain et La Biolle les 10 et 13 Octobre 1792(1).

Au même moment, dans toute la Savoie, des assemblées communales semblables se réuniront pour élire leurs députés à l’Assemblée des Allobroges.

Voyons donc ce qui se passe à Saint-Germain.

PV de réunion en 1792 à Saint-Germain
PV de réunion en 1792 à Saint-Germain

À Saint-Germain, ce samedi 13 octobre 1792, les hommes réunis dans l’église paroissiale ont choisi Antoine Monard pour les représenter (Jean Benoît Braissand et Germain Bernard sont les suppléants). Antoine est un laboureur, c’est-à-dire un propriétaire aisé et instruit (il signe en toutes lettres).

Il se rendra dans huit jours à Chambéry ; là, le dimanche 21 octobre à deux heures de l’après-midi il retrouvera les 660 autres députés et se prononcera pour l’adoption de la Savoie « pour partie intégrante de la République Française ».

Cinq cent soixante-huit communes tirent de même, aucune ne réclame le maintien de l’union au Piémont ; seules trois communes (Le Biot, Pesey, Ontex) envisagèrent une république indépendante allobrogique.

Qui eut l’initiative de réunir cette Assemblée ?

Les Français de Montesquieu, entrés en Savoie le 21 Septembre ? Les Jacobins chambériens regroupés par Doppet à la veille de l’arrivée des français dans un club des Amis de la Liberté et de l’Égalité ?

Il semble qu’à Saint-Germain ce club ait eu un rôle moteur, puisque la réunion est provoquée par le citoyen Devaux membre de la Société des Amis de la Liberté, séante à Chambéry.

L’enthousiasme est évident, la reconnaissance envers la Convention Nationale aussi (c’est elle qui a voulu laisser les habitants libres de décider de leur devenir).

Le curé de Saint-Germain, Pétel, partage la joie de ses paroissiens. C’est alors l’attitude d’une bonne partie du clergé de Savoie… Une semaine plus tard, Monseigneur Conseil et ses chanoines rendront visite à l’Assemblée des Allobroges et célèbreront un office pour elle.

L’unanimité semble régner alors.

Examinons la situation à La Biolle, le même jour, 13 octobre 1792.

PV de réunion en 1792 à La Biolle
PV de réunion en 1792 à La Biolle.

Ici aussi le rôle du citoyen Devaux, commissaire suppléant, et de la Société des Amis de la Liberté, est évident.
Il a certainement amené un modèle de procès-verbal car on retrouve la même construction et les mêmes formules qu’à Saint-Germain.
À noter également la présence du curé Riouttard.

Mais ce qui retient l’attention, c’est la profession des élus.

– un propriétaire aisé, Louis Marie Bouquin, désigné suppléant, mais qui ne signe pas.

– un homme de loi, Sieur Joseph Marie Dimier ; remarquez sa signature : elle dénote d’une grande maîtrise de l’écrit. Ne soyez pas surpris par une telle présence dans le village ; La Biolle est alors à la tête d’un mandement qui deviendra Canton quelques mois plus tard, lorsque la Savoie sera devenue département français.

Joseph Marie Dimier devait jouer le rôle de secrétaire de la Communauté, son influence semble manifeste, on le qualifie de Sieur.

Très souvent, écrit A. Palluel « les villageois choisirent les secrétaires de communautés qui avaient déjà le pouvoir local de fait, d’où une énorme majorité de petits robins assez frottés de pouvoir ».

Bref, c’est dans une assemblée de petits notables, d’avocats, hommes de loi, médecins, propriétaires que Joseph Marie Dimier se retrouvera, une semaine plus tard. Le petit peuple s’est toujours laissé impressionner par les notables, beaux parleurs ; il est des constantes… dans l’histoire !

Au demeurant, ces notables vont accomplir durant la brève existence de l’Assemblée (21-29 octobre 1792) un gros travail de liquidation du passé.
Toutes les lois françaises devinrent applicables en Savoie et les députés votèrent l’abolition de la royauté et le rattachement à la France.
Les biens de l’Église furent mis au service de la nation et ceux des émigrés furent confisqués.
On édicta également la suppression de la noblesse, de la dîme et des droits féodaux, en cours de rachat depuis 1771. La constitution civile du clergé entre en vigueur.

Mais revenons une dernière fois dans l’Albanais, le mercredi 10 octobre 1792, onze heures du matin à Saint-Ours.

PV de réunion en 1792 à Saint-Ours
PV de réunion en 1792 à Saint-Ours

La séance est un peu différente à Saint-Ours : le texte qui la relate, rédigé par Vulliet, secrétaire de la communauté, est plus court.

Le niveau d’instruction semble plus faible ; aucun des citoyens élus ne signe et le président, Joseph Rey (choisi comme étant le plus ancien) doit faire authentifier sa marque.
Claude François Rebresson a été choisi pour député, Pierre Forest et Jacques Mathieu pour « excusants ». On ne dit rien du mode d’élection, mais on sait par ailleurs qu’il était effectué par acclamation.
Ce sont ces citoyens qui, dix jours plus tard, à Chambéry, chargeront une délégation conduite par Doppet et Simond (prêtre né à Rumilly, ayant un rôle actif dans l’introduction des idées révolutionnaires en Savoie), de se rendre à Paris pour demander officiellement à la Convention la réunion à la France.

Réunion qui fut décidée le 27 novembre 1792, au milieu d’un enthousiasme extraordinaire ; vous en jugerez à partir de cet extrait d’un journal parisien, « Républicain ».

« Un second député des Allobroges témoigne de la joie que la réunion de la Savoie à la France va répandre dans son pays.

Le président : Vous venez d’entendre les vives acclamations que cette réunion a excitées dans le temple de la loi. Une union universelle, voilà la gloire de cette heureuse journée. Déjà la nature avait décrété la réunion de la France et de la Savoie. L’Assemblée vient de la décréter comme la nature ; et le seul trône qui existera encore entr’elle, sera celui de la liberté, qui, placé sur le Mont-Blanc, dominera sur la France, la Savoie, et tous les peuples libres de l’Univers. »

Journal « Républicain »
Paris, novembre 1792

En fait, Doppet et Simond ne reçurent pas à Paris un accueil unanimement chaleureux.
Arrivés à Paris le 2 novembre, les députés Allobroges ne furent admis à la Convention que le 11. Il leur avait fallu entre temps persuader les sceptiques et les prudents de la Convention.
Un discours habile de l’Abbé Grégoire, Président de la Convention, fut nécessaire pour que la réunion soit décidée « provisoirement » le 27 novembre ; ce que, écrit A. Palluel « on se gardera bien de souligner aux Savoyards, préférant insister sur l’émotion et la joie des Conventionnels ».(2)

Désormais la Savoie sera associée aux destinées de la France pour plus de vingt-trois ans (1792-1815). Elle devenait le 84ème département de la République sous le nom de département du Mont-Blanc.
En décembre 1792, la Convention envoie quatre commissaires, dont Simond et Hérault de Séchelles, pour organiser la Savoie.

Carte du département du Mont-Blanc en 1793
Carte du département du Mont-Blanc en 1793.

Chambéry devient chef-lieu de département ; ce dernier est divisé en sept districts qui reproduisent à peu près les anciennes provinces.

Ce sont ceux de Thonon (ancien Chablais), Carouge, Cluses (ancien Faucigny), Annecy (ancien Genevois), Chambéry (ancienne Savoie Propre), Moûtiers (ancienne Tarentaise) et Saint-Jean-de-Maurienne (ancienne Maurienne). Le département gardera cette forme jusqu’en 1798, date de la création du département du Léman.

Passées l’euphorie et la relative tranquillité de l’hiver 1792-1793, la Savoie allait se retrouver plongée dans la tourmente révolutionnaire, la guerre avec les monarchies, la terreur, les soulèvements internes ; mais toujours la signification profonde du rattachement à la France resta dans les esprits.

Le procès-verbal de la fête civique qui se déroula à Chambéry en novembre 1793 en témoigne (texte original page suivante).

Tout en conservant ses caractères propres, le peuple savoyard manifeste son inclination pour la France républicaine : « nos rivières même nous indiquaient le cours de nos penchants vers elle »…
Voilà qui annonce l’état d’esprit qui sera celui des savoyards en 1860 :

« Foi dans le progrès qui, pour s’épanouir, requiert la liberté. »

Jean-Louis Hebrard
Article initialement paru dans Kronos N° 4, 1989

Bibliographie sommaire

  • La Savoie de 1792 à 1815 : documents publiés par la Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie.
  • Paul Guichonnet – Histoire de Savoie 1960 – Gardet Editeur
    Histoire de la Savoie – Vol. III et IV Ed. Ouest France.

 

1) Archives Départementale de Savoie – Série L 304. Pour Albens, le compte-rendu est introuvable. Il existe pour Saint-Offenge, Grésy-sur-Aix, Rumilly.
2) La Savoie de la Révolution a nos jours. XIXème – XXème siècle Bd. Ouest France

Procès-verbal de la fête civique à Chambéry
Procès-verbal de la fête civique à Chambéry

S’occuper des enfants – 1940/1945

Dès l’automne 1940, les jeunes enfants sont classés par l’administration de Vichy en catégories qui permettent de « gérer » la pénurie alimentaire. Ainsi apparaissent les J1 (3/6ans) suivis des J2 (6/12 ans) auxquels on octroie des « rations adaptées ». À cette pénurie s’ajoutent toutes les peurs qu’engendrent les violences de la guerre. Cette population enfantine n’a pu traverser les épreuves de ces années noires sans l’attention et les soins apportés par les adultes. Des entretiens et des témoignages recueillis dans la région vont « éclairer » ce sujet.

Groupe d'enfants (dessin de 1942)
Groupe d’enfants (dessin de 1942)

Alors enfants ou jeunes filles, ces témoins sont unanimes à dire « nous sentions bien que nos parents n’étaient pas rassurés », mais rajoutent-elles, « tout cela était diffus ». Dans un ouvrage publié par les anciennes élèves du Lycée de jeunes filles de Chambéry, l’une d’elle raconte : « l’ambiance générale incitait à une grande discrétion et, en tous cas, ce n’était pas des problèmes d’enfants ». Dans l’Albanais, le témoignage d’Henriette nous révèle que l’on pouvait rendre joyeux les jeunes enfants des années 40. Cette jaciste très active avait alors pris en charge une douzaine de « pré-jacistes » âgées de dix à douze ans qu’elle réunissait le dimanche après-midi dans une salle proche du Foyer albanais pour chanter ou organiser des jeux. « Les filles s’amusaient tellement », dit-elle, « qu’une amie venant nous rejoindre fut surprise par les rires et les exclamations qui s’entendaient depuis la place de l’église ».

Carnet de chansons JACF (collection privée)
Carnet de chansons JACF (collection privée)

Quand nous manquions d’idées, on pouvait toujours avoir recours aux carnets édités par la JACF comme ces « Chansons mimées » ou encore « Cent jeux pour veillées ». Des jeux simples et sans prétention tel celui qui demandait un peu d’adresse et de concentration pour arriver à transvaser un liquide dans le noir. On se divertissait en mimant des chants bien connus comme « Au jardin de mon père » ou « La laine des moutons ». Quand le temps le permettait, nous faisions de belles marches sur la route de Rumilly. À l’époque, ce n’était pas le trafic automobile qui pouvait nous déranger. Tout au plus rencontrions-nous deux ou trois voitures et quelques vélos. Réunions, jeux et promenades sont alors autant de d’occasions de rompre avec le « vide » des dimanches après-midi.
Souvent, à partir du milieu de la guerre, des enfants venus des villes voisines ou plus éloignées se retrouvaient hébergés par les familles du canton. Au Mazet, dans la ferme de mes parents, rapporte Henriette, on a reçu des enfants d’Aix-les-Bains, de Saint-Étienne et toute une famille venue de Modane après le bombardement de la ville en 1943. Elle se souvient particulièrement de « Violette qui lisait tout le temps et de son frère Claude qui était toujours dans l’atelier de mon père ». Enfants de réfugiés d’Alsace venus s’installer à Aix-les-Bains, ils souffraient du manque de nourriture.

On exploitait le charbon à Saint-Étienne (collection privée)
On exploitait le charbon à Saint-Étienne (collection privée)

« On a eu aussi des enfants des mineurs de Saint-Etienne » qui ont été hébergés par les familles de la commune. « Le petit Joseph qui est venu chez nous était bien pâlichon », mais bien vite « il a pris des couleurs ». La campagne, malgré les difficultés est alors bien plus nourricière que la ville.
Une ancienne élève du Lycée de jeunes filles de Chambéry se souvient d’un été à la campagne, loin de la ville : « Les possibilités de nourrir les enfants… étaient bien plus faciles à la campagne avec du lait, du fromage de ferme, des œufs, un jardin, les fruits du verger. J’allais regarder la traite des vaches à l’étable de la ferme voisine… Le ramassage des œufs pondus dans des petits paniers de bois garnis de paille me passionnait ; les poules nous jetaient des coups d’œil indignés… ».

Les enfants à la campagne, dessin 1942 (collection privée)
Les enfants à la campagne, dessin 1942 (collection privée)

Il n’y a pas eu que les enfants venus se refaire une santé pendant les mois d’été, raconte Henriette. Lorsque la Savoie a été bombardée, les communes du canton ont été sollicitées pour accueillir des enfants et leur famille. Après le bombardement de Modane se souvient-elle encore, « nous avons hébergé toute une famille, le père, la mère et leurs trois enfants. On les a logés dans l’atelier de mon père. On s’est organisé pour les faire dormir au chaud, bien enveloppés dans des couvertures et on les faisait manger ».

Journal du 12 novembre (archives en ligne).
Journal du 12 novembre (archives en ligne).

En 1944, dans le bulletin paroissial de La Biolle, une demande est adressée aux familles pour les mêmes raisons, écrit Henri Billiez dans le numéro 32 de la revue Kronos. « En mai 1944, il est fait appel aux foyers de La Biolle qui accepteraient d’accueillir des enfants, pour les mettre à l’abri des bombardements qui ravagent nos centres industriels et ferroviaires et nos ports. Un même appel avait été lancé quelques mois auparavant ». C’est que la guerre aérienne touche durement la Savoie depuis un an déjà : Modane est frappée deux fois, le 17 septembre puis le 10 novembre 1943, le 10 mai 1944 c’est Annecy et ses industries qui sont visées et enfin le 26 mai 1944 c’est Chambéry et ses installations ferroviaires sur lesquelles pleuvent les bombes américaines.

Accueil des réfugiés. Albens ? (archive privée)

« Nous savons aujourd’hui »i, écrit encore Henri Billiez, « que des enfants ont été souvent accueillis à La Biolle durant la guerre, comme dans d’autres communes ». L’Albanais très rural reste à l’écart de la guerre aérienne, il est en retour une zone d’accueil pour les sinistrés. Il a dû exister des centres d’hébergement que les communes ont mis en place dans l’urgence. Une photographie trouvée sur un site de vente en ligne porte au dos la petite note suivante « réfugiés 39/45 – Albens ? ». Il est difficile de localiser cette grande salle où l’on a installé de nombreux petits lits et organisé au centre une sorte de salle à manger. Mais quelque soit l’endroit et le moment, une chose est certaine, aider les enfants a été et reste toujours un impératif fort.

Jean-Louis Hebrard

Brèves agricoles de l’entre-deux-guerres

Les colonnes du Journal du Commerce et de l’Agriculture de Rumilly regorgent dans ces années-là d’une multitude d’informations brièvement annoncées permettant au lecteur d’aujourd’hui de retrouver les échos d’une vie agricole pleine de surprises.
Durant vingt ans, au fil des pages, ont été publiés le cours d’une paire de bœufs dans les foires villageoises mais aussi une présentation de l’engrais « Magic Tabac » comme celle de la race de poule « Faverolles » primée au concours agricole d’Albens. Partons à la découverte de quelques unes de ces « petites fenêtres » ouvertes sur la vie rurale d’alors.
La fréquentation des foires aux bestiaux, les échanges qui s’y effectuent, les cours qui s’y pratiquent sont rapportés mensuellement : « Favorisée par le temps, la foire de février qui s’est tenue vendredi avait attiré une très grosse affluence de visiteurs. Le bétail particulièrement nombreux emplissait le vaste champ de foire, et nous avons noté un chiffre de paires de bœufs rarement égalé. Les cours sont demeurés stationnaires et les transactions ont été assez actives, » peut-on lire en 1937 au sujet de cette foire à Albens.
Une information similaire est donnée pour la foire de mars de La Biolle où l’on note aussi parmi le bétail « un grand nombre de paires de bœufs » mais aussi de vaches.

Attelage dans les années 30 (collection famille Picon et Kronos)
Attelage dans les années 30 (collection famille Picon et Kronos)

La foire demeure alors un lieu d’échanges très actif comme on le constate pour celle qui se tient en février 1924 à Albens et qui « avait rassemblé un lot imposant de beau bétail ; les forains étaient nombreux et ont fait des affaires. Par contre, les agriculteurs demandent le fort prix pour le bétail ; les marchands sont tenaces et la foire a duré jusque dans l’après midi ; douze wagons de bestiaux ont été expédiés sur les centres : Lyon et Paris ».
D’après l’étude de Josette Reynaud « L’Albanais (Savoie) – étude économique » parue en 1944 dans la Revue de Géographie Alpine, on comprend le pourquoi de cette domination des bovins dans l’élevage local. La préoccupation principale écrit-elle « est le lait, les vaches laitières forment les 76% du troupeau de gros bétail ; à côté les bœufs au nombre de 442 n’en représentent que les 6% ». Puis elle précise à propos de la vache qu’elle « est devenue l’un des pivots de l’agriculture albanaise ; c’est désormais elle qui est le gagne-pain le plus assuré du cultivateur, qui fournit le rendement le plus stable ».
Les vaches, très souvent de race tarine, sont particulièrement prisées comme en 1928 où durant la foire d’Albens, « le prix des vaches laitières a marqué une légère hausse ». C’est un fait divers qui nous permet d’avoir une indication plus chiffrée. En 1924, le Journal du Commerce rapporte le vol qui a eu lieu dans une ferme à Saint-Ours : « Mme Jeanne C, ménagère, âgée de 55 ans, qui avait quitté son domicile vers 13h30, constate, à son retour, vers 18 heures, que les couvertures et le matelas de son lit avaient été déplacés. Elle s’empressa de retirer de dessous l’oreiller une somme de 1760 francs qu’elle y avait placée. De cette somme, qui provenait de la vente d’une vache, il ne restait que 760 francs ; les 1000 francs de billets en liasse avaient disparu… La gendarmerie enquête ». Josette Reynaud dans son article nous apprend que « chaque vache donne environ 2000 litres de lait par an ». C’est cette production de lait, acheminée quotidiennement vers les nombreuses fruitières locales qui engendre quelques faits divers savoureux, soigneusement rapportés par la presse locale.

« Chaque soir à l'intersection de la route… » Cliché collection Kronos
« Chaque soir à l’intersection de la route… » Cliché collection Kronos

« Chaque soir à l’intersection de la route… » Cliché collection Kronos

En 1929, ce sont des cultivateurs bavards qui « encombrent » par leur présence le carrefour d’Albens : « nous tenons à signaler que chaque soir à l’intersection de la route de Rumilly, Saint-Félix et La Chambotte, les cultivateurs venant de livrer le lait tiennent des conciliabules obstruant complètement la route. Les autos sont obligées de s’arrêter pour attendre que les porteurs de brandes veuillent bien les laisser passer ». On découvre parfois des informations plus poignantes. Ainsi en 1928 pour cette fraude au mouillage du lait : « B.M, femme I, avait mis de l’eau dans le lait qu’elle vendait et ce à raison de 26%. Au tribunal, la prévenue invoque la misère. Elle reconnaît le délit mais déclare avoir mis de l’eau dans le lait pour subvenir aux besoins de son ménage. Elle est condamnée à 15 jours de prison avec sursis, à 100 francs d’amende ». C’est sans doute pour fuir une telle situation qu’à Saint-Offenge, la même année, que « la dame B.F, qui portait du lait à la fruitière de Saint-Offenge-Dessus, aperçut l’inspecteur des fraudes ; à ce moment elle fit un faux pas, tomba et tout son lait fut versé, sauf une petite partie qui, examinée, fut reconnue suspecte ». Sa chute ne fut pas vaine, « inculpée d’entrave à l’exercice des fonctions du contrôleur, mais prétendant pour sa défense que sa chute est purement accidentelle, le tribunal ne pouvant établir la chose d’une façon certaine, la fait bénéficier du doute ».
À partir de ces faits divers, on voit à quel point, comme l’explique Josette Reynaud, « le lait est devenu pour le paysan une ressource sûre, qui n’est pas sujette aux crises, et c’est pour cette raison et parce qu’il demande moins de main d’œuvre que les céréales et surtout le tabac » qu’il est alors « l’un des pivots de l’agriculture albanaise ».
Le tabac fait aussi l’objet de multiples brèves dans le Journal du Commerce. La plupart concernent les contrôles, le fonctionnement du syndicat des planteurs de tabac, la désignation d’experts ou les déclarations de tabac en mairie. Des dates sont fixées, les planteurs « sont prévenus qu’il ne sera pas reçu de déclarations tardives ».

Le char du Tabac en 1946, Fête de la Terre à Albens (archive Kronos)
Le char du Tabac en 1946, Fête de la Terre à Albens (archive Kronos)

C’est pour cette culture que l’on voit arriver « la chimie » dans les pratiques agricoles. Sous le titre « Syndicat des Planteurs de Tabac des cantons d’Albens et de Grésy-sur-Aix », un article de 1923 nous apprend que les « expériences faites l’an dernier par plusieurs planteurs à l’aide de l’engrais complet, « Magic Tabac », ont donné des résultats assez satisfaisants malgré la très grande sécheresse qui a considérablement gêné l’assimilation des corps entrant dans la composition de cet engrais ». On découvre aussi que « les délégués de la Fédération, après avoir entendu un exposé de la question fait par Madame Meyer, directrice de la maison « Magic », ont décidé qu’il y aurait lieu de recommander aux planteurs l’emploi de ce produit ». Le conditionnement en sacs de 20 ou 50kg n’est que faiblement majoré. Des offres de livraison en gare du domicile sont faites pour inciter à passer commande.
Si nous ne sommes pas encore dans le monde de « l’agro-industrie », nous voyons déjà apparaître la notion de nuisances et de salubrité publique sur laquelle insiste cette brève de 1924 : « Il est rappelé qu’aux termes d’un arrêté municipal, l’épandage du contenu des fosses d’aisances et des purins est interdit dans l’agglomération pendant les mois d’été de 5 heures à 22 heures, à moins de 100 mètres des habitations ».
Déjà, la notion de « troubles de voisinage » était à l’ordre du jour.

Jean-Louis Hebrard

Incendies dans l’entre-deux-guerres : mieux lutter contre le feu

« Samedi matin, vers 4 heures, un violent incendie a détruit près de l’église de Cessens un vaste bâtiment d’habitation et d’exploitation agricole » peut-on lire dans le Journal du Commerce en janvier 1934.
Ce type de d’information revient périodiquement car l’incendie, fléau de tout temps redouté, n’est en rien spécifique des années d’entre-deux-guerres. Toutefois, à partir de ces tragiques nouvelles, on relève des permanences mais on voit aussi se dessiner des évolutions touchant les moyens de lutte, les types de sinistre, la souscription d’assurances. En Savoie, des lettres-patentes signées en 1824 par le roi de Piémont-Sardaigne permettent la création de corps de sapeurs pompiers. Des compagnies se constituent dans les villages de l’Albanais. Les archives permettent parfois d’en dater l’apparition : 1876 pour La Biolle, 1899 pour Albens, vers la même époque pour Saint-Félix (voir l’article de G. Moine, Pompiers d’Albens, dans Kronos n°6).
Dans un environnement très rural, à l’habitat dispersé, les incendies touchent en priorité les fermes et les bâtiments agricoles dans lesquels on stocke tout ce qui est nécessaire à l’alimentation du bétail. C’est ce que l’on apprend en janvier 1934 à propos de l’incendie qui « a éclaté au hameau de Marline dans un corps de bâtiment comprenant : écurie, fenil, granges et hangar… le feu trouvant un aliment facile dans les foins et pailles, tout le bâtiment fut embrasé en peu de temps ».

Gravure illustrantGravure illustrant le combat contre le feu le combat contre le feu
Gravure illustrant le combat contre le feu

La même année à Dressy, c’est « un jeune enfant voulant s’amuser avec des allumettes qui mit imprudemment le feu au foin qui était proche ». Quelques mois plus tard, au hameau de Tarency, dans une ferme, le feu trouve « un aliment facile dans les récoltes engrangées ainsi que dans les nombreux instruments aratoires » et ravage en quelques instants le bâtiment long d’une trentaine de mètres. Dès que l’on s’aperçoit de l’incendie, aux premières flammes visibles, les voisins apportent leur aide en attendant l’arrivée des pompiers : « au même instant, des voisins ayant eux aussi aperçu des flammes accouraient sur les lieux. Un jeune homme du village… qui fut un des premiers sauveteurs accourus, organisait les secours, pendant qu’on s’empressait de prévenir les pompiers ».
L’approvisionnement en eau conditionne l’efficacité de la lutte contre l’incendie. À l’époque, il n’existe pas de réseau d’approvisionnement ni de borne à incendie. On se mobilise donc pour amener de l’eau : « des personnes de l’endroit (Dressy) allaient chercher de l’eau assez loin avec des seaux : des voitures sur lesquelles étaient posés de grands tonneaux allaient aussi chercher de l’eau ». Les seaux comptent parmi les premiers instruments de lutte. Les pompiers en amènent avec la pompe un grand nombre de ces seaux de toile. Pliants, solides, munis d’une poignée renforcée, ils peuvent contenir une bonne dizaine de litres comme on peut le constater sur ce cliché. On les passe de main en main dans d’impressionnantes chaînes humaines.

Seau des pompiers de Saint-Girod (cliché de l'auteur)
Seau des pompiers de Saint-Girod (cliché de l’auteur)

Quand on dispose d’un point d’eau abondant (source, rivière, étang), la lutte est plus efficace comme l’indique le Journal du Commerce à propos d’un incendie à Saint-Girod en 1934 : « l’alerte fut donnée et la pompe de la commune fut rapidement sur place. Peu après, arrivaient les pompiers d’Albens avec leur motopompe. Les pompes purent facilement s’alimenter grâce à la proximité d’un ruisseau et réussirent à circonscrire le sinistre en protégeant les maisons voisines ». Mais bien souvent, comme à Dressy, « l’eau étant insuffisante, au bout d’un instant, la motopompe ne put fonctionner ». La même difficulté se retrouve à Cessens en 1934 où « en raison de la violence du vent du nord et de l’absence d’eau, rien, à part le bétail, n’a pu être sauvé ».
Des progrès se font jour dans l’entre-deux-guerres avec la généralisation de la motopompe qui vient relayer la pompe à bras dont tous les villages sont équipés depuis la fin du XIXème siècle. L’Espace patrimoine d’Albens conserve un exemplaire d’une pompe à bras qui fut achetée après 1860 grâce aux subsides accordés par l’impératrice Eugénie au moment de son passage en Savoie.

Pompe à bras (cliché Kronos)
Pompe à bras (cliché Kronos)

C’est avec elles que les compagnies de pompiers de Saint-Girod, La Biolle, Saint-Félix, Alby, Marigny, Bloye entrèrent en action lors du grand incendie de juillet 1914 à Saint-Félix. Le Journal du Commerce rapporte comment « des chaînes furent organisées et les nombreuses pompes alimentées par l’eau d’un bief et par des bornes-fontaines ». Après la Grande guerre, les compagnies, quand elles le peuvent, s’équipent d’une motopompe.

Motopompe (cliché en ligne)
Motopompe (cliché en ligne)

Celle d’Albens dispose d’un modèle De Dion Bouton, remorquable avec des roues à bandage qui va lui permettre de monter en grande vitesse combattre l’incendie qui touche Dressy en 1934. Quand l’alimentation en eau ne fait pas défaut, son moteur à 4 cylindres permet une aspiration à 8m de 400m3/h. L’emploi réuni de tous ces moyens « modernes » ne permet pas toujours de venir à bout de « nouveaux » sinistres frappant des établissements industriels ou des entrepôts commerciaux. « Un violent incendie a anéanti », nous apprend un article du Journal du Commerce de 1937, « samedi après-midi un bâtiment en maçonnerie à usage d’entrepôt au village des Combes, sur le territoire de la commune de La Biolle, dans les sous-sols duquel étaient conservés près de cent mille douzaines d’œufs ». Avec l’incendie des Combes, ce ne sont pas les foins, la paille ou les récoltes qui sont à l’origine du sinistre mais un camion de livraison qui prend feu dans le garage de l’entreprise après que l’on ait fait le plein d’essence. Le propriétaire réagit au plus vite se saisissant « d’un extincteur, mais gêné par l’intense chaleur dégagée par l’essence enflammée, comme aussi par la fumée, ses efforts furent vains ». Le propriétaire est obligé de s’enfuir car « la chaleur du brasier était telle qu’un pommier se trouvant de l’autre côté de la route, à quinze mètres de là, a été entièrement desséché ». Les pompiers d’Albens, de La Biolle puis ceux d’Aix-les-Bains se révélèrent impuissants devant l’immensité du brasier qui va tout emporter. L’auteur de l’article dresse au final un terrible bilan matériel « Outre le camion de trois tonnes tout neuf, chargé lui-même de 5 000 douzaines d’œufs et du matériel de l’entrepôt, c’est 90 000 douzaines d’œufs conservés dans d’immenses bacs en maçonnerie, situés dans le sous-sol, qui ont été entièrement perdus ». Comme les « coquetiers » d’antan, cet entrepreneur collecte, stocke et vend la production avicole locale. Les dégâts que l’on annonce « s’élèvent à plus de 500 000 francs » mais on apprend qu’ils sont couverts par une assurance.
C’est le plus souvent le cas, mais il y a toujours quelques négligents. Aussi, chaque année les mutuelles rappellent à leurs adhérents la date de l’assemblée générale et l’appel à cotisation. Dans un compte-rendu de février 1937, on apprend que la mutuelle d’Albens « compte 199 adhérents et assure plus de 18 millions de risques ». Les sommes remboursées varient de 75 000 francs à plus de 500 000 francs aussi est-il important de bien évaluer sa couverture. C’est le conseil que donne le président de la mutuelle d’Albens qui rappelle « aux quelques membres encore insuffisamment assurés de bien vouloir vérifier leurs polices et souscrire le cas échéant des avenants ».

Jean-Louis Hebrard

Avoir « son » pèlerinage et « sa » grotte de Lourdes

L’année 1937 est riche en « manifestations religieuses », comme on le découvre à la lecture du Journal du Commerce. Parmi celles-ci, privilégions deux évènements, le pèlerinage à la croix du Meyrieux et l’inauguration d’une réplique de la grotte de Lourdes à Albens.
Début mai, paraît un bel article illustré d’une photographie montrant le groupe des pèlerins arrivant à la croix du Meyrieux dont on distingue les bras décorés de fleurs et de branches. On devine une belle participation pour laquelle l’auteur nous livre les indications suivantes « Depuis quatre ans, la paroisse de La Biolle à laquelle se joignent les paroisses voisines, se rend, le premier dimanche de mai, à la Croix du Meyrieux ».

Cliché paru dans le Journal du Commerce en 1937
Cliché paru dans le Journal du Commerce en 1937

Au dire du rédacteur de l’article, le pèlerinage semble avoir repris de l’importance vers 1933. Une date qui s’inscrit dans le mouvement de reprise de cette pratique comme l’écrit dans « Pèlerinages en Savoie » l’historien Albert Pachoud : « les années précédant la dernière guerre vont voir un renouveau des pèlerinages le long des chemins et des sentiers. En 1938, des jeunes de la vallée des Entremonts élevèrent une croix de bois au sommet du Granier. Ce geste ne fut pas unique : à l’initiative principalement de la J.A.C, un certain nombre de croix furent dressées sur les montagnes savoyardes ».
Quant à la croix du Meyrieux, le rédacteur l’inscrit dans un passé bien plus reculé, décrivant une vieille croix de bois, noircie par les intempéries qui « aurait été plantée en 1604 ». Il ne donne pas d’autres précisions pour s’attarder plus longuement sur le pèlerinage : « En ce premier dimanche de mai, nous abandonnâmes les soucis quotidiens pour se joindre à la foule des pèlerins et faire l’ascension de la Croix. Lorsqu’après une heure de marche, dans les chemins pierreux de la montagne, nous y arrivâmes, un nombreux public était déjà massé autour de la Croix, soigneusement décorée, admirant, en attendant la cérémonie, le délicieux panorama qui s’offrait à ses yeux ». Par quelques indices on peut supposer que le pèlerinage s’inscrit dans ce que l’ethnologue Arnold Van Gennep nomme le cycle de mai avec en son début la « fête du 3 mai, strictement chrétienne… en commémoration de la découverte de la vraie croix par l’impératrice Hélène, femme de Constantin ». Dans tous les pays catholiques on la nomme aussi « Invention de la Sainte Croix ». Elle est célébrée le premier dimanche de mai comme le précise avec insistance notre rédacteur qui honore systématiquement d’une majuscule le terme de croix.
La croix a été dressée sur une sorte de belvédère d’où l’on admire « Aix-les-Bains avec son lac aux eaux bleues, la verdoyante vallée de La Biolle et de Grésy ». Le rédacteur ne fait pas référence à la tradition selon laquelle la croix marquerait l’emplacement de la séparation entre les moines restant à Cessens de ceux qui allaient fonder Hautecombe au XIIème siècle pour plutôt nous renseigner sur le déroulement de la cérémonie. Le curé Mermoz, figure religieuse de La Biolle, est accompagné de la chorale et de la « toujours dévouée fanfare » qui n’a pas hésité à gravir les 400 mètres de dénivelé afin « d’ouvrir la cérémonie par un morceau très applaudi ». Une fanfare « La Gaité » dont il fut le créateur à son arrivée en 1925 dans la paroisse. C’est ensuite la chorale qui exécute un cantique avant que l’abbé Curthelin n’évoque l’importance de « La Croix, qui ajoute une cime à la cime des montagnes ». Après les prières et pour clore la cérémonie, la fanfare donna un concert puis les pèlerins partagèrent un repas sur l’herbe « empreint de franche gaieté, qu’illuminaient de doux rayons d’un soleil printanier, tout chargé des parfums des fleurs nouvelles ». Une fin d’article qui par cette évocation bucolique nous ramène au cycle de mai évoqué plus haut, « le cycle véritable du printemps ».
En cette fin des années 30, ce pèlerinage s’inscrit dans un ensemble de pratiques plus large dans lequel le culte de la vierge tient une belle place.

La grotte de Bloye (archive Kronos)
La grotte de Bloye (archive Kronos)

Depuis la fin du XIXème siècle, la paroisse de Bloye possédait une réplique de la grotte de Lourdes construite sur un terrain donné par une paroissienne de retour d’un pèlerinage à Lourdes. Quarante-cinq ans plus tard, c’est la paroisse d’Albens qui inaugure sa réplique. Sur la genèse du projet, vous pouvez consulter dans le numéro 30 de la revue Kronos l’article que lui consacre Ivan Boccon-Perroud.
À l’époque, les pèlerinages organisés à destination de Lourdes sont peu nombreux en Savoie, à peine dix entre 1921 et 1947 pour 8200 participants, nous apprend l’historien Christian Sorrel dans un article intitulé « Grottes sacrées ». C’est pourquoi, précise-t-il « il n’est donc pas étonnant que les fidèles se tournent vers des substituts ». Les paroissiens d’Albens au milieu des années 30 vont particulièrement soigner leur projet. Cela commence par le choix du site, sur un terrain offert par la famille de Charles Philippe à la paroisse, proche du centre du village, de l’église et surtout placé au bord de l’Albenche, la rivière qui traverse le bourg.

Emplacement de la grotte (plan modifié)
Emplacement de la grotte (plan modifié)

La conception de l’édifice va bénéficier des compétences de l’architecte Jean-Marie Montillet et du savoir-faire de l’entreprise de maçonnerie Simonetti. Elle aurait fait « acheminer un wagon entier de ciment, livré directement en gare d’Albens par les cimenteries Chiron de Chambéry » lit-on dans le numéro 30 de Kronos. Au final, un ouvrage que le Journal du Commerce qualifie « de véritable chef-d’œuvre » dans un article du 20 septembre 1937. Toute une colonne est consacrée à la cérémonie qui se déroule ce jour là en présence du « nouvel archevêque de Chambéry ».

Fréquentation de la grotte en 1938 (archive Kronos)
Fréquentation de la grotte en 1938 (archive Kronos)

Très vite, la grotte va devenir un lieu de culte et de prière fréquenté par de nombreux paroissiens.
Quatre-vingts ans plus tard, la fonction cultuelle de la croix du Meyrieux tout comme celle de la grotte d’Albens s’estompe devant le tout patrimonial ou touristique.  « Meyrieux, lieu de pèlerinage, mais aussi lieu rêvé des touristes » concluait en 1937 le Journal du Commerce. Chaque week-end, les amateurs de VTT et les randonneurs ont aujourd’hui pris le pas sur les pèlerins d’autrefois.

Jean-Louis Hébrard

Sur les routes de l’Albanais dans les années 20

Au sortir de la Grande Guerre qui fut une guerre mécanique, celle des moteurs, l’automobile allait connaître un essor considérable bouleversant les conditions de circulation d’autrefois. Automobiles, camions et motocyclettes sont de plus en plus au cœur des faits divers dont parle la presse des années 20/30. Nombreux sont alors les petits articles qui relatent des accidents parfois tragiques mais plus souvent surprenants et même chargés de drôlerie. Leur lecture nous permet de cerner les mutations en cours sur les routes de France, de Savoie et de l’Albanais au moment des « Années folles ».
Que peut bien nous apprendre cet article du Journal du Commerce publié en février 1922 sous le titre « Auto contre pylône » dont voici le contenu : « Lundi matin, une caravane d’autos transportant le cirque Bonnefoy, se rendant à Annecy, a traversé la commune d’Albens au moment du marché. Voulant éviter un groupe de femmes, un des chauffeurs donna un coup de volant à gauche et vint heurter le pylône portant les fils électriques, qui fut transformé en S. Fort heureusement aucun des fils ne fut cassé, car on aurait eu à craindre des morts parmi la foule dense qui se pressait autour des étalages ».

Albens, le marché se tient dans le carrefour (archive privée)
Albens, le marché se tient dans le carrefour (archive privée)

Ici, c’est la cohabitation entre les piétons et les véhicules à moteur qui est à la source de l’incident. Très vite, la question de l’affectation de la route va être soulevée.
Sur une carte postale de l’époque nous voyons ce marché, les étalages tout autour, les clients et clientes qui traversent l’espace central, c’est-à-dire le croisement des routes qui comme aujourd’hui se dirigent vers Annecy, Rumilly, Aix-les-Bains. En 1922, « une foule dense se pressait autour des étalages » quand le cirque allant à Annecy est arrivé, avec les conséquences qui s’en suivront.
L’article est aussi révélateur des « imprévus » que peuvent rencontrer les automobilistes et des difficultés à y faire face. Dans un monde encore très rural, il y a au rang de ces « surprises » toutes les présences animales. « Voulant éviter une poule et ses poussins », un motocycliste cause un accident près de La Biolle tandis qu’aux Près Rues, vers Albens, ce sont des vaches qui s’étant débarrassées de leurs conducteurs « allèrent se jeter dans une voiture ». Des chiens qui traversent soudainement et se font accrocher par les automobilistes valent à ces derniers le qualificatif d’« écraseurs d’Albens ». Il y a encore tous les attelages dont la lenteur est source de problèmes : chariot attelé de deux vaches, char de bois, ou encore cette voiture dont le cheval effrayé s’emballe allant presque « se jeter dans la barrière du chemin de fer ».

Moyens de transports anciens et récents cohabitent – La Biolle (archive privée)
Moyens de transports anciens et récents cohabitent – La Biolle (archive privée)

D’autres articles pointent les mauvaises conditions de visibilité. Véhicules, motocyclettes et bicyclettes n’étant pas toujours bien éclairés à la tombée de la nuit, piétons et cyclistes sont souvent victimes d’accident : « Dimanche soir, vers huit heures, M. Pegaz et sa dame… furent renversés par deux cyclistes marchant à folle allure et sans lanterne ». Rentrer très tard dans la nuit vous expose beaucoup : « Vers 1h3O, le nommé J. Gallina, domestique à Albens, rentrait chez son patron, venant de la vogue de Saint-Félix. En cours de route, il fut renversé par une voiture ».
D’autres fois, ce sont les conditions atmosphériques qui sont facteur aggravant. Ainsi en 1934 à hauteur du passage à niveau d’Albens où « pour éviter le cycliste et gêné par le brouillard, l’automobiliste a heurté un platane et a été blessé légèrement par les bris de glace ». À La Biolle, c’est une voiture qui écrase un chien alors qu’elle roulait « sans lanterne malgré la brume ». Dans la même commune, c’est « par suite d’un dérapage sur la route mouillée » qu’a lieu une collision entre deux conducteurs, l’un grenoblois, l’autre d’Annecy.
N’oublions pas de mentionner aussi tous les matériaux qui encombrent les bas-côtés et font capoter les véhicules. Ici c’est « un tas de sable » que le conducteur heurte au moment de dépasser, ailleurs le véhicule butte sur « un tas de cailloux placé en bordure de la chaussée ». Le plus souvent, les automobiles de l’époque, dont la direction n’est pas encore assistée et les pneumatiques aussi rudimentaires que les suspensions, viennent s’encastrer dans les arbres et les pylônes qui bordent routes et rues.

Entrée d'Albens, tas de cailloux et alignement de platanes (archive Kronos)
Entrée d’Albens, tas de cailloux et alignement de platanes (archive Kronos)

À travers les articles de presse, on découvre la violence de ces accidents comme à l’entrée de Saint-Félix en 1924 où « l’auto a sectionné au ras de terre un pommier de la route et s’est renversée sur le côté » et avant Albens, la même année lorsque « la voiture après avoir sectionné deux jeunes arbres plantés en bordure de la route, alla s’écraser contre un saule ». Les passagers en sortent plus ou moins secoués, au mieux éjectés comme en 1928 dans cette collision vers La Biolle où « l’autre véhicule alla heurter un poteau, projetant dans le pré voisin les quatre occupants ». Quand l’accident se passe en ville, les conséquences sont parfois spectaculaires, ainsi en 1937 dans le carrefour d’Albens où suite à la collision, la première voiture fait un tête à queue complet au milieu du croisement quand la seconde va « s’écraser dans la devanture du café Bouvier, la démolissant totalement et mettant en miettes chaises et tables placées sur le trottoir ». L’un des conducteurs, projeté hors de sa voiture « porte quelques contusions sans gravité. Après avoir reçu les soins de M. le docteur Bouvier, il a pu être reconduit à son domicile ». Le second conducteur « légèrement contusionné » subit le même traitement.
Nous sommes bien avant le port obligatoire des ceintures de sécurité mais aussi de la mise en place de secours organisés aux victimes de la route.
Les blessés sont rapidement transportés dans les hôpitaux d’Aix, de Rumilly ou d’Annecy par d’autres automobilistes lorsqu’il s’agit de contusions importantes à la tête, de poitrine enfoncée par le volant ou blessures à la face occasionnées par les glaces brisées. Souvent on fait appel pour les premiers soins aux médecins les plus proches, au docteur Bouvier d’Albens, au docteur Ronin d’Alby. Pour une plaie à la tête, c’est le pharmacien Brunet d’Albens qui prodigue les premiers soins et la recoud. Ecchymoses et écorchures sont traitées plus simplement avec retour au domicile. Parfois les auteurs d’accident ne se préoccupent pas du sort de la victime, ainsi en 1929, vers Saint-Félix où ils déposent le blessé « sur le bord de la route disant qu’ils allaient chercher du secours, mais la victime ne vit personne revenir ». Ce délit de fuite se transforme parfois en véritable « rodéo ». C’est ce que relate un long article du Journal du Commerce en 1934 : « affolé par l’accident, le chauffeur au lieu de s’arrêter, continua sa route pendant que des témoins prévenaient la gendarmerie qui se trouvait à quelques pas ». S’engage alors une course poursuite entre Albens et La Biolle où elle va se terminer. D’abord une auto d’Aix-les-Bains prend en chasse la voiture en fuite qu’elle tente vainement d’arrêter en la dépassant. Arrivent ensuite les gendarmes qui rejoignent le fuyard vers le sommet de la côte de La Biolle. Arrivés à sa hauteur et ne pouvant le stopper ils le dépassent et se mettent en travers de la route. Mais « le chauffeur ayant complètement perdu la tête et voulant essayer de passer quand même » finit par jeter sa voiture contre celle des gendarmes. Enfin arrêté, le chauffard est conduit au Parquet de Chambéry pour être placé sous mandat de dépôt et écroué. On apprend, la semaine suivante qu’il « a été condamné à un mois de prison sans sursis pour délit de fuite et blessure par imprudence et 5 francs d’amende pour infraction à l’arrêté municipal réglementant la vitesse ».

L'entrée de Saint-Félix (collection privée)
L’entrée de Saint-Félix (collection privée)

La vitesse excessive des véhicules est souvent mise en cause par les riverains qui sont parfois les victimes d’accidents mortels. Traverser la route à Saint-Félix, La Biolle, Albens se révèle très dangereux, d’autant plus lorsque l’on est enfant. C’est le cas au chef-lieu de La Biolle, en 1924, du jeune René, âgé de cinq ans « qui traversait la chaussée pour regagner le domicile de ses parents » et a été mortellement renversé par une auto. On explique alors le drame par « l’inexpérience de la victime à se garer au passage des autos », la famille n’habitant en bordure de la route que depuis huit jours.
Drames, accidents corporels, les plaintes ne cessent de s’accumuler au long des articles de presse. « C’est la troisième voiture qui, en peu de temps, vient s’écraser contre le même côté, toujours par excès de vitesse » à Albens en 1924. Quant à Alby-sur-Chéran, on espère que « l’accident arrivé à une bonne vieille de 84 ans, ces jours derniers, fera probablement quelque chose pour le Haute-Savoie ».
Désormais des réglementations seront prises : « La vitesse maximum de 12 kilomètres est prescrite à tout véhicule automobile dans la traversée de l’agglomération communale ».
Qui a dit que l’Histoire pouvait faire office de rétroviseur.

Jean-Louis Hébrard

Conférence : Une plongée dans l’Albanais de l’An Mil avec Gautier, seigneur de Montfalcon

Le vendredi 21 décembre prochain, l’association Kronos vous proposera une conférence animée par Rodolphe Guilhot (professeur d’Histoire-Géographie et membre de Kronos), qui vous emmènera dans « Une plongée dans l’Albanais de l’An Mil avec Gautier, seigneur de Montfalcon  ».

L’acte de fondation du prieuré de Saint-Innocent (1084) sera le point de départ permettant d’évoquer les origines de la seigneurie de Montfalcon, dont les ruines du château se trouve sur la commune de La Biolle. La famille de Montfalcon sera aussi replacée dans son contexte féodal entre un royaume de Bourgogne finissant, la suzeraineté des comtes de Genève et la cohabitation avec les comtes de Savoie.

En effet, si la châtellenie de Montfalcon des XIVème et XVème siècle est bien connue grâce aux travaux menés par l’Université Savoie-Mont-Blanc, les origines de cette seigneurie étaient restées jusqu’ici peu étudiées.

À 20h, à l’Espace Patrimoine, 177 rue du Mont-Blanc, à Albens (73410 Entrelacs). Entrée libre et gratuite.

affiche_conf_montfalcon

Préhistoire de l’Albanais – un abri du néolithique à la Biolle

Cet article se veut être le prolongement de la conférence donnée le samedi 14 février 1987 à La Biolle.

Dans le vaste domaine de la préhistoire en Savoie, La Biolle est célèbre par son site de la Grande Barme de Savigny qui a fourni une des plus anciennes dates de l’implantation des hommes du néolithique chez nous : 3 060 ans AV. JC.

Ce n’est pas le seul intérêt de ce site. L’étudier permet également de parler du peuplement de l’Albanais, des conditions de vie des premiers agriculteurs de Savoie, des techniques archéologiques qui conditionnent nos connaissances.

I La Savoie des derniers chasseurs aux premiers agriculteurs

Voyons tout d’abord ce qui se passe durant les derniers millénaires qui précèdent l’installation de ces agriculteurs chez nous.
Noue parlerons donc des grands changements qui caractérisent la fin de la préhistoire et qui s’accompagnent d’importantes migrations.

Pour mettre le lecteur à l’aise, quelques généralités préalables l’aideront à s’y retrouver.

La Préhistoire est la longue période de la vie des hommes durant laquelle l’écriture est inconnue. C’est l’archéologie qui fournit l’essentiel des documents non écrits (outils, restes alimentaires, poteries…) servant à reconstituer ce lointain passé.
Cette longue période se décompose en trois ensembles chronologiques, de plus en plus courte et inventifs.

– Le Paléolithique : des origines de l’homme à environ 10 000 avant JC. La fin du paléolithique (âge de la pierre taillée et des chasseurs nomades) connaît d’importantes glaciations.

– Le Néolithique (âge de la pierre polie) voit l’invention et la diffusion de l’agriculture à partir du Proche-Orient. Entre 8 000 et 2 500 avant JC. Les hommes se sédentarisent.

– L’âge des métaux (cuivre, bronze puis fer) : de 4 500 avant JC jusqu’à l’arrivée de l’écriture (qui correspond, en Savoie, avec l’occupation romaine, au Ier siècle avant JC.). Les hommes accroissent leurs capacités techniciennes.

Avec l’arrivée de l’écriture (inventée au Proche-Orient vers 3 500 avant JC), la Préhistoire prend fin et l’Histoire commence.

Parcourons maintenant, à travers quatre tableaux successifs les quelques millénaires qui séparent la fin du paléolithique de l’installation des néolithiques à La Biolle. Nous pourrons ainsi observer les importants changements qui viennent bouleverser la vie de nos ancêtres.

Le premier tableau noua conduira à St-Thibaud-de-Couz vers 11 000 ans avant JC, le second au Proche-Orient et dans l’Europe entière, le troisième à Charavines en Isère vers 4 000 ans avant JC et le dernier à La Biolle vers 3 000 ans avant JC.

A) En Savoie, à la fin du paléolithique

Reconstitution du paysage et de la faune près de la grotte de St-Thibaud-de-Couz à l'époque magdalénienne vers 10 000 avant JC. (Dessin A. Loebell et M. Colardelle dans Archéologie n° 121)
Reconstitution du paysage et de la faune près de la grotte de St-Thibaud-de-Couz à l’époque magdalénienne vers 10 000 avant JC. (Dessin A. Loebell et M. Colardelle dans Archéologie n° 121)

Ce paysage est une reconstitution réalisée a partir des pollens recueillis lors des fouilles par l’archéologue P. Binz. Noue sommes à St-Thibaud-de-Couz à l’époque du magdalénien.

Noue voyons une steppe froide coupée de quelques bouquets de pins et de bouleaux. Le fond de la vallée est occupée par des marécages. La température moyenne annuelle était inférieure de 4° à la température actuelle. De gigantesques calottes de glace recouvraient encore les Alpes, occupant l’actuelle cluse de Chambéry et tout l’Albanais.

Les hommes étaient, bien évidemment peu nombreux. Les quelques tribus vivant en Savoie s’étaient installées sur les contreforts de la Grande Chartreuse à Gerbex, St Christophe la Grotte, St-Thibaud-de-Couz.
C’étaient de petits groupes de chasseurs nomades venant du sud (Vercors) à la recherche de gibier : rennes, bouquetins, chamois qu’ils suivaient dans leurs migrations. Ils ont laissé dans ces abris les traces de leurs passages sous forme d’outils taillée dans le silex et le cristal de roche permettant de les
identifier.

B) L’agriculture arrive du Proche-Orient

fig02
Cette seconde étape de l’évolution préhistorique, nous la lirons au travers d’une carte du Proche-Orient, du bassin méditerranéen et de l’Europe entre 7 000 et 3  000 ans avant JC. (carte ci-dessus)

Durant les trois millénaires qui nous séparent du tableau précédent, le climat s’est considérablement réchauffé. Les glaciers ont fondu, les animaux, adaptés au froid, ont migré vers le nord (rennes), en altitude (chamois) ou ont disparu (mammouths). Le niveau des mers et océans est monté, donnant nos actuels profils côtiers.

Ces changements climatiques vont, entre autre, contraindre les communautés humaines à modifier leur mode de vie. La chasse au gros gibier devenant difficile, il est plus intéressant de conserver les animaux près de soi (domestication d’espèces plus petites : chiens, moutons, chèvres, bœufs…).
L’élevage voit le jour.
La cueillette permet de trouver de nouvelles plantes (graminées) adaptées au nouveau climat. Pourquoi ne pas faire comme pour les animaux et produira des graines sur place (blé, orge) ? L’agriculture est inventée.
Les hommes se fixent alors la où se trouvent leurs champs et leurs animaux domestiques. Les villages voient le jour en Palestine, en Mésopotamie, à Jéricho, à Jarmo.
C’est donc au Proche-Orient, entre Nil, Palestine et Euphrate, dans ce que l’on appelle le « croissant fertile » que le mode de vie des hommes change radicalement. C’est un ensemble de changements tellement fondamentaux qu’ils sont connus sous le nom de « Révolution néolithique ».

Très vite, les populations du croissant fertile vont augmenter. Les hommes en surnombre vont partir a la recherche de nouvelles terres. Ainsi s’expliquent les migrations qui vont conduire l’agriculture et les paysans jusqu’en France, longeant le Danube ou traversant la Méditerranés.
Vers 5 000 ans avant JC, les premiers agriculteurs atteignent l’Alsace. Venus de l’Est, ils ont remonté le Danube en suivant les zones de sols fertiles et faciles a travailler (les loess laissés par les glaciers).

Vers la même époque, ou un peu avant, l’autre courant de migration atteint les les cotes de Provence et du Languedoc. C’est ici une autre civilisation rurale, qui met davantage l’accent sur l’élevage, surtout celui du mouton. Elle a un caractère moins agraire, pratique plus la chasse. Les agriculteurs se mélangent facilement avec les descendants des chasseurs du paléolithique toujours en place.

Ainsi, vers 4 000 avant JC, deux civilisations agricoles indigènes s’étendent peu à peu sur toute la France et les Alpes. Le chasséen (du nom d’un site du Midi) et le Cortaillod (site suisse).
Ce sont ces nouveaux groupes d’agriculteurs qui vont lentement peupler l’espace Rhodanien et Alpin. Les chasséens venant du Sud par les couloirs du Rhône et de l’lsère, les Cortaillods venant du Nord-Est, du plateau suisse en direction de l’avant-pays savoyard.

C) À Charavines au début du IVe millénaire avant JC

Premiers villagas d'agriculteurs à Charavines (D'après « La vie au Néolithique » par A.Bocquet et A. Houot, Archéologie n° 54 - juin 1982)
Premiers villagas d’agriculteurs à Charavines (D’après « La vie au Néolithique » par A.Bocquet et A. Houot, Archéologie n° 54 – juin 1982)

Défrichement (D’après « La vie au Néolithique » par A.Bocquet et A. Houot, Archéologie n° 54 – juin 1982)
Défrichement (D’après « La vie au Néolithique » par A.Bocquet et A. Houot, Archéologie n° 54 – juin 1982)

Cette reconstitution d’un village a été rendue possible grâce aux minutieuses fouilles menées par les archéologues autour du lac de Charavines.

Le couvert végétal a changé, le climat s’étant réchauffé ; un climat tempéré très humide et chaud, qui entraîne la fonte des glaces et l’apparition de lacs. La forêt s’étend partout (aulnes, noisetiers, chênes) et les hommes qui arrivent là doivent défricher.
La foret est incendiée pour faire place à des champs (culture sur brûlis) après que les agriculteurs aient abattu les arbres avec leurs gros hachereaux de silex. Les archéologues constatent la régression brutale de la forêt vers 4 000 ans avant JC. Dans leurs recherches sur les pollens, ils constatent la diminution de la part revenant au chêne, tilleul et noisetier. (preuve de l’importance de la déforestation ?)

Les hommes sont plus nombreux, vivent en village, de l’agriculture, de l’élevage mais aussi de la pèche et de la chasse.
Ces hommes s’installent lentement dans la région. Les sites où l’on trouve leurs traces se multiplient dans l’avant pays savoyard ; déjà ces paysans remontent les vallées savoyardes (Tarentaise, Maurienne).

C’est un de ces groupes d’agriculteurs qui va s’installer à La Biolle vers 3 000 ans avant JC. (planche d’illustrations ci-dessous)

L'arrivée des populations du néolithique (D'après Archéologie n° 64, A. Bocquet et A. Houot)
L’arrivée des populations du néolithique (D’après Archéologie n° 64, A. Bocquet et A. Houot)

Vue de la Grotte de La Biolle (D'après Archéologie n° 64, A. Bocquet et A. Houot)
Vue de la Grotte de La Biolle (D’après Archéologie n° 64, A. Bocquet et A. Houot)

D) Des paysans à La Biolle

C’est un petit groupe qui arrive là avec ses animaux domestiques et ses réserves de céréales.

Il est porteur de la civilisation de Cortaillod, reconnaissable à ses vases (munis de boutons perforés) et ses pointes de flèches particulières.
Ce petit groupe est un élément avancé de la nappe de population, qui à partir du lac de Neuchâtel, s’est étendue sur la Haute-Savoie et la Savoie, des bords du lac Léman jusqu’à Génissiat et La Balme sur le Rhône.
Au Sud, ce groupe va entrer en contact avec les chasséens, qui s’avancent alors jusqu’à Challes et au lac d’Aiguebelette.

La rencontre entre les deux civilisations se serait effectuée à partir de Saint-Alban-Leysse ou La Biolle. C’est dire l’importance du site.

Ce petit groupe s’installe dans un abri sous roche qui domine l’Albanais, faisant face au Revard et au Semnoz.
Un s’attendrait plutôt à les voir construire cabanes et villages, mais comme le disait le grand historien F. Braudel « au début, pas de rupture : grottes et abris sont toujours fréquentés mais les campements de plein air se stabilisant ».
L’abri est vaste, s’ouvrant en plein nord sur le versant de la montagne de La Biolle. La grotte s’enfonce sur plus de 80m, haute de 6m pour 15m de large environ. Elle possède une source qui s’écoule vers l’entrée. Les avis sont partagés quant à la valeur de cet abri.

Voici les témoignages des archéologues qui l’ont fouillé depuis un siècle.
– Celui du Vicomte Lepic qui, au 19ème siècle, insiste sur la position dominante du site :
« de l’entrée, le regard embrase toute la vallée de La Biolle jusqu’aux ruines de l’ancien château de Longefan ; des prairies fraîches et verdoyantes, parsemées de bouquets d’arbres et de petits cours d’eau, rappellent la Normandie ; une succession de collines boisées sépare cette vallée de la vallée d’anneau, dont les montagnes dénudées se découpent sur le ciel et semblent une ville en ruines, à l’horizon, le Grand Salève et les montagnes de Bonneville se perdent dans la brume bleue, particulière aux pays alpestres ».

L’aspect spacieux de la grotte, la présence d’eau à 300m au dessus du fond de la vallée sont présentés aussi comme des avantages non négligeables.

– A. Beeching, attaché de recherche au CNRS, qui a repris des fouilles dans l’abri en 1975, est moins persuadé de ces avantages.
Les conditions d’exposition (plein nord, à 450m d’altitude) ne lui semblent pas très favorables ; l’eau qui traverse la grotte sur toute sa longueur est, pour lui, un élément d’inconfort supplémentaire.
Il précise d’ailleurs que cet abri n’a été habité qu’à deux ou trois reprises au cours des temps (néolithique, age du Bronze, âge du Fer) et qu’il s’agissait à chaque fois de passages assez brefs. Il faut donc plutôt voir dans cet abri un habitat de secours devant les menaces extérieures.

En fait, c’est en termes de « géographie préhistorique » que la position de ce site apparait comme remarquable : à la fois proche du cours du Rhône et de l’Isère et en bordure des voies de passages obligées entre le plateau suisse et le couloir rhodanien.
Encore aujourd’hui, les hommes de l’Albanais tirent parti de cette situation privilégiée.

Nous avons commencé a donner la parole aux fouilleurs de la Grande Barme de Savigny, il est temps maintenant de parler des recherches archéologiques qu’ils y ont ménées et qui conditionnent ce que nous savons du mode de vie des paysans néolithiques d’il y a 5 000 ans.

II Du Vicomte Lepic (1872) à Beeching (1976) ou l’évolution des recherches archéologiques sur un siècle

La grotte a été fouillée à trois reprises de façon connue ; en 1872, 1942 et 1976. Il est intéressant de comparer une fouille du 19ème siècle aux recherches actuelles pour voir de quelle manière le problème archéologique s’est déplacé, de la recherche de l’objet à une recherche scientifique visant à conserver le plus possible le souvenir du sol que l’on détruit en fouillant.

A) Fouiller au XIXème siècle

Le Vicomte Lepic est un des pionniers de 1s recherche préhistorique en Savoie. Il mène des campagnes de fouilles à La Biolle entre 1872 et 1873.
Où en est la recherche préhistorique à ce moment ?
Cette jeune science commence juste à être prise au sérieux. L’existence de l’homme préhistorique et son origine reculée ne sont plus mises en doute.
Aussi, 1s recherche va-t-elle connaître ses grandes heures entre 1870 et 1914 et le Vicomte Lepic s’inscrit dans cette séquence.

Les méthodes de fouilles sont alors plus que sommaires.
Un article de la revue Sabaudia de 1872 résume bien l’esprit de l’époque.
« Des découvertes plus intéressantes pour nous et pour le pays sont celles que cet explorateur a faites dans la grotte de Savigny. Trois vitrines sont remplies des objets recueillis dans le foyer de la grotte… C’est là une bonne fortune pour le musée d’Aix-Les-Bsins, et un bon exemple à suivre pour les explorateurs et les savants. »

L’archéologue est qualifiés d’explorateur, accessoirement de savant. Le but de sa recherche, c’est le recherche des objets – l’objet étant une bonne fortune – pour les musées ou les collectionneurs particuliers.
Cette conception de la recherche peut conduire à des débordements déplorables. Les stations lacustres que l’on commence à mettre à jour en feront les frais.
Gravures et textes de l’époque en témoignent.

La pêche aux « antiquités lacustres » au XIX<sup>ème</sup> siècle, d'après une gravure ancienne in « Il y a 3 000 ans. Les artisans du Lac du Bourget à la fin de l'âge du Bronze »
La pêche aux « antiquités lacustres » au XIXème siècle, d’après une gravure ancienne in « Il y a 3 000 ans. Les artisans du Lac du Bourget à la fin de l’âge du Bronze »

« Les derniers explorateurs ont fait connaître deux exemplaires d’un objet nouveau curieux en bronze. Une place d’honneur doit être réservée aux objets lacustres dans le musée d’Aix-Les-Bains. Il est déplorable que quelques bateliers se soient substitués aux savants explorateurs pour la continuation des sèches lacustres et en aient fait un objet d’industrie et de commerce. »

Qu’est-ce qui différencie le savant explorateur du batelier ? Rien au niveau de la méthode ; la seule différence réside dans le sort réservé aux objets, le musée dans un cas, le commerce de l’autre.
En tous cas, aucune conscience de ce que l’on détruit en pratiquant pêches lacustres ou fouilles. Il faudra attendre le milieu de XXème siècle pour qu’une conception véritablement scientifique l’emporte.

Une publication précieuse

Toutefois, le Vicomte Lepic présente un immense intérêt, c’est d’avoir consacré à ses fouilles, fait assez rare pour l’époque, une monographie de douze pages, illustrée de cinq planches.
Publiée en 1874, sous le titre « Grottes de Savigny », elle est une source d’informations très précieuse sur les objets mis à jour, dont la plupart ont disparu depuis.

Noua présentons ici quelques unes de ces planches, dont les titres sont éloquents « objets en os et cornes – céramique, silex, matériel en os – outils. armes. céramique ». Leur qualité graphioue est remarquable.

– La céramique est caractéristique du néolithique ancien. Le tour n’était pas employé, le vase monté au colombin. L’argile mêlée de grains de quartz et de mica a une pâte grossière. Les vases cuits dans un foyer portent des traces de cuisson directe. Leurs formes sont diverses : jarre, marmite, gobelets, coupes. À noter les trous de suspension (proche du col des céramiques) percés.

Objets néolithiques de la Grande Barme de Savigny, à la Biolle, figurés en 1874 par le Vicomte Lepic. A. Anses percées pour suspension ; B. Orifice d'un pot ; C. Lampe en terre ; D. Diverses décorations de vases
Objets néolithiques de la Grande Barme de Savigny, à la Biolle, figurés en 1874 par le Vicomte Lepic. A. Anses percées pour suspension ; B. Orifice d’un pot ; C. Lampe en terre ; D. Diverses décorations de vases

Ces formes sont à rattacher à la civilisation de Cortaillod.

– Les objets d’os, sont présentés comme des perçoirs. Il semble en fait que ce soit tout simplement des os éclatés.

– Les objets de silex, présentés par le Vicomte Lepic comme des couteaux semblent être en réalité des lamelles chasséennes.
Ces objets attestent bien, qu’à la Biolle, les deux civilisations néolithiques se sont rencontrées et mélangées pour la première fois.

Objets néolithiques de la Grande Barme de Savigny, à la Biolle, figurés en 1874 par le Vicomte Lepic. A. Côte aiguisée ; B. Os de cerf portant des traces de travail ; C. Deux silex ; D. Dent percée pour suspension ; E. Fragment de collier, analogue à ceux d’Ilallstatt et Golasecca ; F. Ossement taillé, peut-être un manche d’outil ou d’arme ; G. Débris de poterie
Objets néolithiques de la Grande Barme de Savigny, à la Biolle, figurés en 1874 par le Vicomte Lepic. A. Côte aiguisée ; B. Os de cerf portant des traces de travail ; C. Deux silex ; D. Dent percée pour suspension ; E. Fragment de collier, analogue à ceux d’Ilallstatt et Golasecca ; F. Ossement taillé, peut-être un manche d’outil ou d’arme ; G. Débris de poterie

– Une mention spéciale pour le poignard de Bronze. Présenté avec des objets néolithiques, il met en évidence l’absence d’intérêt pour la classification chronologique des vestiges à cette époque.
Ce poignard, qui ne nous est plus connu que par cette gravure, est caractéristique de l’âge du bronze moyen (1 500 – 1 200 avant JC) avec une soie et deux rivets intacts. Ainsi, il témoigne d’une nouvelle occupation du site, plus d’un millénaire après ses premiers habitants.

poignard de bronze
poignard de bronze

B) Le saccage d’un site

Durant soixante-dix ans, l’abri n’est plus visité officiellement par des fouilleurs lorsqu’en 1942, une équipe de scouts, « la tribu d’étude de la nature », réalise entre janvier et mars six séances de fouilles.

Leurs techniques n’ont pas beaucoup évolué depuis les recherches du Vicomte Lepic. Ils recherchent des objets et pour cela réalisent trop rapidement de nombreux sondages à l’entrée et au fond de la grotte. Ces fouilles furent très dommageables pour le site. On comprend mieux pourquoi une législation précise a été élaborée de nos jours afin de préserver les sites et de garantir le suivi scientifique des recherches.

Nos scouts publient la même année, dans le n°2 de le Revue de Savoie, sous le titre « Exploration aux grottes de Savigny », le résultat de leurs aventures.

Si le contenu scientifique de cette littérature est plus que sommaire (la stratigraphie publiée est sans intérêt), cet article a le mérite de nous faire connaître les objets recueillie ainsi que l’existence de sépultures dans la grotte.

Pointes de flèches

Fouilles de 1942 a le Grande Barme de Savigny

Forme losangique ; L : 39 mm ; 1 : 23 mm ; retouches sur les deux faces ; arêtes supérieures portent des retouches verticales (aspect finement dentelé) ; roche : silex
Forme losangique ; L : 39 mm ; 1 : 23 mm ; retouches sur les deux faces ; arêtes supérieures portent des retouches verticales (aspect finement dentelé) ; roche : silex

Forme : losange allongé ; L : 45 mm ; 1 : 16 mm ; Les deux arêtes supérieures portent des retouches ; Pédoncule bien visible ; roche : silex
Forme : losange allongé ; L : 45 mm ; 1 : 16 mm ; Les deux arêtes supérieures portent des retouches ; Pédoncule bien visible ; roche : silex

– Des flèches, qui d’après leurs formes, appartiendraient à la civilisation Saône Rhône succédant aux premières civilisations néolithiques. Cette civilisation se développe entre 2 650 et 1 950 ans avant JC, la grotte de Savigny aurait connu alors de nouveaux occupants.

– Un galet poli, percé en son milieu, intrigue beaucoup nos scouts, qui ne reconnaissent pas une fusaïole (partie lourde d’un fuseau servant a filer la laine).

– Les sépultures les occupent beaucoup ; ils découvrent de nombreux squelettes et trois cranes bien conservés.
Le squelette d’une fillette était accompagné d’un bracelet en bronze. Ce bracelet fermé, de 69 mm de diamètre, est décoré d’une série d’incisions où alternent des traits perpendiculaires ou parallèles à une liane centrale.
bracelet

Il s’agit d’un bracelet du bronze final (900 à 750 ans avant JC) ; à cette époque, la grotte a pu être utilisée comme lieu de sépulture.

Une partie de ces objets (des fragmente de céramique surtout) est présentée dans les vitrines du Musée Savoisien ; le reste semble avoir disparu.

C) Une véritable recherche scientifique

Lorsqu’en 1976, A. Beeching et son équipe s’intéressèrent à leur tour à la grotte de Savigny, ce fut dans une perspective scientifique précise.

Les archéologues ont demandé une fouille de sauvetage au Ministère des Affaires Culturelles, qui devant les menaces pesant sur le site (fouilles clandestines, extension d’une carrière), donne une autorisation pour l’année 1977.
L’objectif de l’équipe sera l’étude d’un site où deux civilisations néolithiques (Cortaillod, Chasséen) ont dû se rencontrer. Elle devra préciser les caractères particuliers et l’appartenance des néolithiques de La Biolle.
La situation de départ est difficile, comme le raconte A. Beeching dans la brochure « 10 ans d’Archéologie en Savoie » :

« Compte tenu des fouilles anciennes et excavations intempestives diverses, une grande partie du gisement avait déjà beaucoup souffert. Il a fallu cinq sondages prospectifs pour trouver les sols anciens conservés et pour en fouiller un petit échantillon de 2m³. Il est évident que c’est bien insuffisant pour tirer des leçons de grande envergure sur le mode de vie de ces néolithiques, l’organisation de leur habitat… il faut pour cela une fouille de grande surface ».

Toutefois, ces propos montrent à quel point la recherche a changé de sens. Il s’agit de « trouver les sols anciens conservés », de les étudier à fond avec le concours de nombreuses sciences auxiliaires, afin d’en tirer le maximum d’informations sur le néolithique.
L’archéologie a réalisé que « fouiller, c’est se renseigner en lisant un livre (le site) qui se détruit au fur et à mesure qu’on en tourne les pages (les couches) ».

1) La recherche archéologique scientifique et méthodique
Une fouille méthodique :

les archéologues décapant les couches de terrain en les suivant et notent la position des objets (silex, poteries), des vestiges très petits (pollens, micro-faune) comme celle des structures (foyers, troue de piquets).
Afin de garder la trace de la position de chaque objet, on doit dessiner des plans ; le terrain est donc divisé en carrés dont les limites sont maintenues verticales pour qu’on puisse contrôler la lecture de la stratigraphie. Un matériel simple (truelles, pinceaux) permet un travail délicat ; de petits sachets, boites permettent de ranger au cours de la fouille les tessons de céramique ou les autres objets, vestiges de la vie quotidienne.

Grande Barme de Savigny, à La Biolle (Savoie). Coupe stratigraphique nord-sud, relevée dans le sondage 3 situé sous le porche de la grotte. L'ensemble formé par les couches IIa, IIc et IId paraît combler une fosse creusée dans les couches IIb et IIh. - D'après A. Beeching, Études Préhistoriques 1976
Grande Barme de Savigny, à La Biolle (Savoie). Coupe stratigraphique nord-sud, relevée dans le sondage 3 situé sous le porche de la grotte. L’ensemble formé par les couches IIa, IIc et IId paraît combler une fosse creusée dans les couches IIb et IIh. – D’après A. Beeching, Études Préhistoriques 1976
Une fouille scientifique :

– Elle fait d’abord appel à la pédologie pour l’étude des sol.
Elle permet de voir la succession des installations humaines, mais aussi de retrouver les traces des climats d’autrefois (plafond de la grotte qui s’effondre à cause du froid, par exemple).

– La physique nucléaire à son tour, intervient. Elle a permis, par la méthode du radiocarbone ou C14 de dater les charbons de bois recueillis dans les foyers et les sédiment charbonneux (voir coupe stratigraphique). C’est elle qui a permis de faire remonter l’établissement des paysans néolithiques à 3 060 ans avant JC.

– Un aurait pu faire appel à d’autres disciplines, si le site n’avait pas été autant perturbé. Signalons pour mémoire, la pollénologie (étude des pollens permettant de reconstituer, par statistique, le couvert végétal d’autrefois. (voir la reconstitution présentée par P. Binz pour le magdalénien) et la dendrochronologie qui permet de dater des pieux ou des piquets par l’étude des cernes du bois. Cette méthode utilisée à Charavines, en Isère, a permis de savoir a quelle saison de l’année le buis a été coupé.

L’étude des objets recueillis, en particulier les fragments de céramique, a permis de reconstituer les formes de ces céramiques (illustration ci-après), de les identifier et de disposer d’informations sur les techniques de fabrication. D’après l’aspect de la pâte, on sait que la température de cuisson n’était ni élevée ni régulière. Le finition reste imparfaite, bien maîtrisée pour le modelage, sommaire pour le lustrage.
Ces récipients étaient décorés, munis d’anses à plusieurs perforations verticales (système de suspension).

Tous ces éléments, formes, décors, anses ont permis à A. Beeching et son équipe d’apporter une réponse aux questions qu’ils se posaient au départ de leur recherche.

L’origine de ces paysans

Les marmites se retrouvent le plus souvent dans la civilisation chasséenne, alors que les jarres appartiennent à la civilisation de Cortaillod. Leur fabrication remonte aux alentours de 3 060 ans avant JC. Ce qui permet à A. Beeching d’écrire :
« La céramique situe très nettement cet habitat dans la tranche chronologique néolithique moyen – IVè millénaire, en frontière de deux cultures d’une même grande civilisation : celle dite de « Chassey » occupant sous sa forme originelle tout le sud de la France avant de s’étendre au reste du pays et celle dite de Cortaillod, centrée sur le plateau suisse et dont les influences sont encore sensibles jusqu’en Savoie ».

Ainsi, l’archéologie moderne, en retrouvant ici moins d’objets importants, mais en considérant tous les indices possibles, les étudiant à la lumière des sciences les plus modernes, a été en mesure de dater l’arrivée des paysans à La Biolle et d’en déterminer leurs provenances.
Le site est donc bien caractéristique de l’Albanais, lieu de passage en rapport avec le monde alpin, les espaces méridionaux et rhodanien et le monde germanosuisse ; cela il y a déjà 5 000 ans.

On reste rêveur à l’idée de ce qu’A. Beeching et son équipe auraient pu tirer de l’étude de ce site important, si de multiples fouilles sauvages ne l’avaient pas irrémédiablement endommagé.
Aussi est-il bon de rappeler ici au lecteur curieux, enthousiasmé par l’archéologie que cette dernière n’est plus affaire d’amateur mais de spécialiste. Respectons les sites archéologiques comme autant de « réserves du passé » et sachons que l’on peut, tous les étés, participer à des chantiers de fouilles officiels (liste publiée dans la revue Archéologie).

Les différents campagnes de fouilles permettent, même de façon insuffisante, de se faire une idée sur le mode de vie de ces néolithiques. À partir des objets et vestiges découverts a La Biolle et à la lumière de ce qui a été reconstitué ailleurs (Charavines surtout) voyons comment on vivait dans ces temps reculés.

III La vie d’une petite communauté de paysans il y a 5 000 ans

Outre l’habitat et les ressources alimentaires, nous pourrons étudier les activités artisanales et artistiques de ces premiers agriculteurs.
fig14

A) L’habitat

Les paysans s’installent à l’entrée de la grotte, sur le porche où ils établissent leurs foyers.
Peut-être construisent-ils un petit mur de 1m de large à l’entrée de la caverne afin de se protéger.
Comme le plus grand nombre d’objets a été trouvé le long de la paroi Est, on peut penser qu’ils la préféraient, étant la plus abritée et exposée au soleil.
On ne sait rien d’autre sur l’habitat. On ignore s’ils avaient construit des abris en bois et peaux, même si on est en droit de le supposer.

B) Les ressources alimentaires

Les ressources alimentaires vont nous occuper plus longuement. On abordera les activités (agriculture, élevage, chasse) de l’alimentation et de la préparation des alimente.

1) Agriculture, cueillette, élevage et chasse

Les paysans pratiquent l’agriculture et l’élevage, sans négliger la cueillette et la chasse.
Après un défrichement préalable par brûlis, on cultive le blé et l’orge dans les clairières.

Culture - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Culture – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

Moisson - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Moisson – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

La moisson s’effectue à l’aide de faucilles de silex. On scie les blés plutôt qu’on ne les coupe à l’aide de lames de 20 cm environ, qui portent encore aujourd’hui l’usure provoquée par les tiges de céréales ; cela donne à la lame un lustré particulier.
La cueillette procure une grande part de la nourriture. Des glands, qui avaient été stockés dans des vases, ont été retrouvés dans la grotte, ainsi que des noisettes.
Ainsi, la grande forêt fournissait une nourriture diverse (fruits, baies) et les nombreux chênes, la base de l’alimentation du troupeau de porcs, dont on va voir maintenant l’importance.

Si la cueillette et la culture des céréales fournissent une grande part de l’alimentation des paysans, l’élevage et la chasse sont également importants.
Un peut s’en faire une idée grâce aux nombreux restes osseux découverts et minutieusement décrits par le Vicomte Lepic. Grâce à ces indications, j’ai pu réaliser le tableau ci-dessous.
fig17
À travers lui, on voit l’importance accordé a l’élevage du bœuf et du porc.
L’importance du bœuf, qui demande des pâturages durant l’été et du foin en hiver, laisse supposer l’existence de pâturages.
Le porc, animal robuste qui s’accomode de conditions difficiles, devait vivre en semi-liberté dans la vaste chênaie environnante ; il pouvait même être élevé à proximité de la grotte, comme pourrait l’indiquer la réserve de glands.
La chasse au gros gibier, cerf et chevreuil, se pratiquait, entre autre, à l’arc (quatre pointes de flèches ont été découvertes) avec l’aide des chiens, dont la présence dans l’abri est attestée par une métacarpe de bœuf rongée.

Voici donc les ressources alimentaires mais avant de passer a table, voyons comment elles étaient préparées.

2) Cuisiner au néolithique – Techniques de cuisson et préparation des grains

Ce sont les femmes qui broient les grains, à l’aide d’une meule et d’un broyeur dont on a trouvé deux exemplaires dans l’abri. Le farine obtenue permet de confectionner des galettes.

Les grains sont moulus par un mouvement de va-et-vient du broyeur sur la meule - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Les grains sont moulus par un mouvement de va-et-vient du broyeur sur la meule – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

Il faut ensuite faire cuire ces galettes ainsi que les autres aliments végétaux.
Les foyers sont établis sur des pierres plates, à l’entrée de l’abri. Allumés à l’aide d’un silex et d’une pyrite que l’on frappe ensemble, ils sont alimentés avec bois blancs et résineux ; comme l’indiquent les restes de charbon de bois.
Les néolithiques jettent dans ces foyers toutes sortes de débris.

Certains aliments sont cuits sur des pierres chaudes, d’autres dans des pots en terre. Ces derniers, résistant mal à la chaleur directe du foyer, les néolithiques font chauffer des pierres qu’ils jettent ensuite dans l’eau des récipients afin qu’elle entre en ébullition.
De telles pierres ont été trouvées près des foyers de l’abri (cailloux roulés portant les traces du feu). Elles pouvaient être utilisées plusieurs fois.

Des galets de quartzite, pierre réfractaire siliceuse, ramassée sur les moraines alentour, étaient chauffés très fort dans le foyer. - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Des galets de quartzite, pierre réfractaire siliceuse, ramassée sur les moraines alentour, étaient chauffés très fort dans le foyer. – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

Ils étaient jetés dans les vases où ils communiquaient leur chaleur à l'eau de cuisson. Pour entretenir l'ébullition,il suffit de rajouter un galet chaud de temps à autre. - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Ils étaient jetés dans les vases où ils communiquaient leur chaleur à l’eau de cuisson. Pour entretenir l’ébullition,il suffit de rajouter un galet chaud de temps à autre. – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

« Passons à table ». Les aliments peuvent être servis dans des coupes, des bols. On boit dans des gobelets.
On apporte les aliments dans des marmites dont les formes sont déjà celles que nous connaissons encore aujourd’hui.

Un dernier aspect non négligeable est l’apparition de nouvelles techniques comme le filage et la cuisson des céramiques, dont nous parlerons maintenant.

C) Les activités artisanales et artistiques

Les paysans d’alors avaient trois activités artisanales essentielles : le filage, la céramique et la réalisation de parures et de bijoux.

Le filage est attesté par la découverte de fusaïoles. On devait filer et donc tisser la laine. Mais on n’a pas d’élevage de moutons bien attesté ; de même métiers a tisser, peignes, fabriqués en bois, ont disparu.
L’allure que devait avoir les vêtements est méconnue.

Pour obtenir des fils, les femmes employaient la quenouille et le fuseau. Le fuseau en bois est lesté avec une fusaïole de pierre ou de terre. - D’après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Pour obtenir des fils, les femmes employaient la quenouille et le fuseau. Le fuseau en bois est lesté avec une fusaïole de pierre ou de terre. – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

La céramique était fabriquée selon la technique du colombin ; on n’utilise pas encore le tour. Comme on l’a déjà dit, les vases portent des traces de cuisson directe. La cuisson des céramiques devait avoir lieu en plein air, dans un feu à ciel ouvert. La température atteinte (inférieure à 600°) ne permettait pas d’obtenir des vases très solides.
L’argile devait provenir des marais voisins, la forêt fournissant un abondant combustible.

Cuisson des céramiques - D'après Archéologie n° 64 - A. Bocquet et A. Houot
Cuisson des céramiques – D’après Archéologie n° 64 – A. Bocquet et A. Houot

Ayant déjà parlé de la forme de ces céramiques, voyons plutôt leurs décors et parlons des activités artistiques.
Les vases présentent des décors incisés ; comme dans le plupart des productions artistiques de l’époque, les motifs sont géométriques. L’art du néolithique se caractérisait par une simplification et une stylisation des formes. Ainsi les décors en relief, les petits mamelons que l’on trouve sous la lèvre des jarres à La Biolle.

Des restes de parures, de bijoux ont été retrouvés (des dents de cochons percées, pouvant constituer des colliers). Des bracelets en pierre devaient être produits sur place, tels ceux mis à jour par le Vicomte Lepic et que nous pouvons voir sur l’une des planches qu’il a publiée.

On peut penser que le travail du bois devait être important, dans une civilisation si proche de la foret, sans pouvoir en dire plus ici.

Ainsi vivaient ces premiers agriculteurs de l’Albanais il y a 5 000 ans.
Déjà, ils étaient sédentaires, producteurs, même si la foret et ses ressources étaient encore très présentes, préparant leur nourriture selon des recettes précises, usant de vaisselle aux formes actuelles… On peut dire que ce sont les bases matérielles de notre civilisation qui se mettent en place dans ces temps reculés et que nous sommes les descendants de ces petits groupes de paysans.

En guise d’épilogue, je vous renvoie à une chronologie plus générale, replaçant le site de La Biolle dans une large perspective, allant du paléolithique supérieur au début de l’Antiquité en Savoie.

La Préhistoire dans l'Albanais
La Préhistoire dans l’Albanais

Jean-Louis Hébrard 1987

Bibliographie
I Pour une vision d’ensemble

– La Savoie des Origines à l’An mil – Ouest France Édition
– La vie au Néolithique. Charavines, un village au bord d’un lac il y a 5 000 ans – Histoire et Archéologie n° 64 juin 1981
– Les grandes étapes de la préhistoire en Savoie – Archéologie n°121 août 1978

II Pour approfondir

– A. Beeching in « 10 ans de recherche archéologique en Savoie »
– A. Beeching : La grande Barme de Savigny à La Biolle (Savoie) – premiers résultats in Études préhistoriques n° 13. 1976
– Vicomte Lepic : monographie « Grottes de Savigny » 1874

Article initialement paru dans Kronos N° 3, 1988

Le château de Longefan

Situé à l’ouest du village de La Biolle, au pied de la colline du même nom, le château de Longefan par son implantation contrôle le chemin qui permet de se rendre d’Antoger (Aix-les-Bains) à Saint-Germain la Chambotte via la Chautagne. Tout comme Montfalcon, Longefan a eu une réelle importance pour la surveillance des voies de circulation dans cette partie de l’Albanais.

Une situation privilégiée au pied de la montagne de la Biolle
Une situation privilégiée au pied de la montagne de la Biolle

Le fief et le château (1) appartenaient, à l’origine, à Montfalcon, puis tout comme lui, à différentes familles nobles de la région, telles les La Balme, les Oddinet, les Seyssel…
Jean de La Balme, fils de Jacques, de 1478 à 1485, puis Aubert, fils de Jean de 1499 à 1509 en furent les occupants. En 1524, la femme d’Aubert et ses enfants vendent la moitié des terres de Longefan et le Colombier à Jean Oddinet. La première moitié était déjà parvenue à Oddinet par acceptation de la dot de la fille d’Aubert de la Balme et de Marie du Colombier, Jeanne, qui avait épousé Jean Oddinet. En 1554, leur descendant Gaspard Oddinet, écuyer et seigneur de Longefan, est syndic de Chambéry.
Aux Oddinet succèdent les Mouxy. Georges de Mouxy, seigneur de Saint Paul, comte de Montréal qui hérite en 1575 de son oncle Louis Oddinet, baron de Montfort, président du Sénat de Savoie, trouve dans l’héritage Montfalcon et Longefan. À sa mort en 1595, Georges de Mouxy ne laisse qu’une fille, Jullienne Gasparde, qui apportera le fief en dot en 1607 à son mari Louis de Seyssel, marquis d’Aix.
Après la famille de Seyssel, Longefan parvint aux Allinges, marquis de Coudrée qui en sont seigneur en 1700.
À la Révolution Française, le mobilier du château est vendu aux enchères à La Biolle le 22 Avril 1793. Les familles Canet et Rosset achètent une grande partie de ce mobilier. Le château est acquis par les familles Sostegno et Alfieri ; leurs héritiers le vendent entre 1850 et 1860 à Monsieur Girod, marchand de domaine, qui vendit le tout au détail aux paysans des des alentours en réalisant au passage un bénéfice de 80 000F. Le château fut acquis par Monsieur Rosset qui le démolit en partie pour en vendre les pierres.

État actuel et entrée de la salle basse, cachée par la végétation
État actuel et entrée de la salle basse, cachée par la végétation

L’enceinte générale, haute de plusieurs mètres, est visible sur tout le pourtour. Par son aspect global, la forme du château fait penser à l’avant d’un navire. Le portail, datant du XVIIIème siècle, situé dans la partie Ouest permet l’accès à l’intérieur du château. Au Nord-Nord-Est, le mur qui domine le nant des Plagnes ou nant de Savigny est marqué par une avancée demi-ronde dont l’utilité n’est pas véritablement connue mais ne gâchant en rien la beauté de cette partie du rempart.
À l’Est, le mur en forme de proue de navire domine le vallon et le hameau de Lapérière.
Au Sud, le mur est percé d’une porte et de fenêtres donnant accès dans ce que l’on peut appeler une salle basse et dont le plafond voûté attire l’œil du visiteur qui pénètre à l’intérieur.
La partie habitable a subi beaucoup de travaux aux XVIIème et XVIIIème siècles, à la suite notamment de l’incendie du 4 octobre 1649 qui détruisit les toitures, mais aussi pour l’amélioration du bâtiment, travaux entrepris par Louis de Seyssel et sa femme Adriane de Grammont entre 1622 et 1644.

Malgré ses vicissitudes et ses transformations successives, le château de Longefan garde sa place dans le patrimoine de l’Albanais et de la commune de La Biolle.

Eric Gaudiez

Que renfermait cette niche ?
Que renfermait cette niche ?
Porte d'entrée du XVème
Porte d’entrée du XVème

1) L’origine étymologique de Longefan peut recevoir deux hypothèses :
– LONGA FAMES qui signifie grande renommée ;
– LONGUE FAIM car il aurait été construit en période de famine par des ouvriers mal nourris.

longefan_plan

Commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918

Kronos participera le dimanche 11 novembre 2018 à la commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

9h : messe à l’église d’Albens
10h15 : évocation de l’Armistice du 11 novembre 1918 au Mémorial des Combattants, par Jean-Louis Hebrard, avec la participation des élèves des écoles d’Entrelacs et de La Biolle, et du collège Jacques Prévert
10h45 : Cérémonie commémorative au Mémorial des Combattants

De plus, une exposition des œuvres réalisées par les élèves sera présente au centre administratif René Gay.

Affiche Armistice 11 nov 2018