Archives par mot-clé : La Chambotte

La Chambotte, balcon de l’irréel…

Avant-propos

Les gens du pays le savent encore, les nouveaux venus l’ignorent généralement : le Belvédère de La Chambotte a une histoire, et une belle histoire, qui ne laissera personne indifférent et qu’il était peut-être temps de mettre sur pied. Ce rôle ne pouvait mieux convenir à Kronos.

En rassemblant divers documents et renseignements, et surtout en compulsant le livre d’or de la maison Lansard, nous sommes parvenus à reconstituer cette histoire qui vous est ici contée. Elle ne manque pas de piment. Le livre d’or de La Chambotte est membre à part entière du patrimoine albanais, savoyard et français. Sans lui, Bernard Fleuret pour les illustrations et moi-même pour le texte n’aurions pu mener à bien notre travail.

L’examen de ce livre est un véritable travail de chartiste, qu’il aurait été ardu d’exécuter sans les travaux antérieurs de quelques journalistes qui ont bien aidé à cette tâche : Jean Ercé, Stéphane Faugier, Paul Vincent et surtout A. Vuillet.

Cependant, outre les signatures célèbres disparues parce que dérobées par des indélicats, d’autres ont pu échapper à notre investigation en raison de leur illisibilité. De plus, certaines célébrités de l’époque, tombées maintenant dans l’oubli, n’ont pas toujours éveillé en nous l’écho de leur gloire déchue et sont passées au travers de l’enquête… C’est pourquoi nous ne saurions donner ici une liste exhaustive de toutes les personnalités qui ont visité le Belvédère.
Malgré tout, celle que nous vous présentons reste joliment gratinée, comme vous pourrez le constater… Mais ne déflorons pas le sujet dans son introduction et, avant d’entrer dans le vif de ce dernier, nous tenons à remercier l’actuel propriétaire du livre et du restaurant du Belvédère, Jeannot Lansard pour son concours et la confiance dont il a fait montre en nous laissant accès à de bien précieux documents.
Que cet article l’honore.

Gilles Moine

La Chambotte : un lieu, des hommes

Le belvédère de La Chambotte et le lac du Bourget.
Le belvédère de La Chambotte et le lac du Bourget.

Il est des lieux qui sont appelés par le destin à être non seulement élus des Dieux, mais aussi vénérés des hommes. Ainsi des sites historiques, ainsi de certains sites naturels.
Celui de La Chambotte, honoré des grâces de la Grande Mère Nature, devait inévitablement devenir un jour prisé des hommes. Son point de vue exceptionnel sur le lac du Bourget ne pouvait échapper longtemps à la curiosité des promeneurs de tout crin point trop effrayés par l’ascension du Belvédère. Lieu privilégié, il l’a été de tous temps et l’est encore, entré dans l’Histoire grâce à la visite des grands de ce monde. Si les pierres demeurent là où l’homme passe, on ne peut rejeter dans les limbes de l’oubli la mémoire des personnages illustres que se rendirent là-haut, conférant au lieu un prestige qui ne pouvait qu’ajouter à sa beauté.

Juché au faîte des falaises calcaires qui dominent à l’est le lac d’une impressionnante hauteur (940 m), le Belvédère offre en spectacle toute la longueur des 18 kilomètres du Bourget, délimité au nord par les marais de Chautagne, eux-mêmes dominés par la Colombière et ceinturés par le Rhône, frontière avec la France de l’ancien Duché ; au sud-est, Aix-Les-Bains se niche sur les pentes douces qui descendent du Revard, et Chambéry pointe plein sud derrière la piste du terrain d’aviation du Bourget. À l’ouest, le massif du Chat dresse son infranchissable rempart et protège, blottie à ses pieds, l’abbaye d’Hautecombe des vicissitudes du temps.

Sauf en cas de brouillard, la palette de toutes les couleurs du ciel peinturlure le site d’une grandeur et d’une majesté auxquelles l’homme ne peut rester indifférent.
Sans doute le simple bougre en conçoit-il un élan du cœur vers les cieux, et le puissant la vanité de son pouvoir. Les splendeurs naturelles sont un facteur d’égalité autrement plus radical qu’une révolution.

Les premiers pas dans l’histoire

Le belvédère au début du siècle.
Le belvédère au début du siècle.

Le Belvédère de La Chambotte fit ses premiers pas dans l’histoire en 1882. Un banquier d’Albens, C. Favre, décida alors d’y construire un bâtiment destiné à recevoir un cercle dont on ne connaît pas les particularités. Terminé en 1884, l’établissement fit faillite au bout de deux ans, en 1886. La banque Commerciale d’Annecy, principal créancier, confia alors la gérance à Monsieur Louis Lansard et son épouse, Mary Killing Robertson, une écossaise qui s’occupe des fourneaux. Cette dernière était née à Killing, dans le Perthshire (Écosse), et apportait avec elle une spécialité gastronomique dont le secret a été jalousement gardé par les générations suivantes. Il s’agit des scones, sortes de petits pains sucrés qui se mangent chauds avec du beurre, de la confiture de myrtille et du miel, accompagnés de thé ou de cidre. Il existe d’autres formules, comme on verra.

Le belvédère au début du siècle.
Le belvédère au début du siècle.

Ces deux fondateurs de la dynastie Lansard à La Chambotte s’étaient connus en travaillant en saison, l’été à Aix-Les-Bains, l’hiver sur la Côte d’Azur.
Séduits par la proposition de la banque annécienne, ils ignoraient sans doute alors qu’ils seraient à l’origine d’une prodigieuse tradition et que leur hôtel-restaurant recevrait les plus importantes personnalités de l’Europe et du Monde. Les époux Lansard tinrent la gérance de l’hôtel jusqu’en 1891, et en devinrent propriétaires en 1892, date à laquelle ils firent construire la route qui conduit du village de La Chambotte jusqu’au Belvédère, dans le même temps qu’était entreprise celle reliant Chaudieu en Chautagne jusqu’au même village.

Le belvédère à la fin du siècle dernier.
Le belvédère à la fin du siècle dernier.

Auparavant, les clients arrivaient à La Chambotte en voiture à chevaux par La Biolle ou Albens et Saint-Germain. Une écurie, toujours existante (chez Mr Georges Arbarète), accueillait les bêtes. Depuis là, les promeneurs pouvaient gagner le Belvédère à pied, en empruntant les chemins et sentiers muletiers existants.
D’autres moyens plus originaux étaient à leur disposition : de petits ânes ou des chaises à porteurs. L’excursion ne manquait pas de charme, ainsi qu’on peut le constater en relevant dans le livre d’or les commentaires de certains visiteurs : le 14 Août 1887, un certain Will Lovel écrit qu’il « trouve la vue charmante et l’ânesse très belle ». À sa suite, Eugène Bretel « trouve la chaise bonne pour monter, mauvaise pour descendre ; avis aux personnes sujettes au mal de mer ! »
En 1890, le célèbre écrivain, poète et académicien, Jean Richepin (1849-1926) écrit :

Signature de Jean Richepin.
Signature de Jean Richepin.

Personne ne reste indifférent.

Monsieur Fernand Philippe, dit « Mosse », né en janvier 1904 à La Chambotte, nous a confié quelques aspects du passage des promeneurs, choses vues par lui-même ou qu’il tient de son père.

Fernand Philippe dit Mosse
Fernand Philippe dit Mosse

Les voitures à deux chevaux ou les grands breaks à trois chevaux arrivaient par la route de Saint-Germain. Les enfants guettaient les promeneurs pour leur offrir du muguet ou des marabouts(1) contre deux sous.

Les chaises à porteurs, se souvient Mosse, appartenaient aux gens du pays qui faisaient eux-mêmes office de porteurs. Le père de Mosse et son ami Jean-Jules ont eu porté des passagers dans cet étonnant véhicule. Il se souvient également, lorsqu’il était à l’école, avoir poussé des voitures sur la route qui avaient quelque peine à monter.
Du temps des mulets et de la chaise, il en coûtait trois francs aux touristes pour franchir les dernières centaines de mètres les séparant du Belvédère. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le passage des huiles de ce monde ne provoquait pas d’animation, d’émotion particulière autre que l’activité commerciale. Les personnages les plus prestigieux n’ont pas ameuté les foules, car il faut croire qu’à cette époque ils se déplaçaient incognito, sans suite ni gardes du corps, du moins sans ostentation aucune. N’oublions pas qu’ils se rendaient chez les Lansard pour se délasser, pour la poésie des yeux, du cœur et l’agrément de l’estomac.
À vrai dire, sans le précieux livre d’or qui en a gardé la trace, on aurait oublié beaucoup des heures glorieuses de La Chambotte.

Le livre d’or de La Chambotte : un trésor

Le présent article n’aurait, répétons-le, qu’une raison d’être mineure sans l’existence de cet incomparable et rare volume, datant de 1886, qui porte le seing de moult personnalités du plus haut rang, essaimées de cette date à nos jours.

Plusieurs articles de presse, au cours du temps, ont mentionné le livre d’or de La Chambotte comme l’un des plus prestigieux existant en France ; ce qui n’est pas une moindre référence. Ceux de La Tour d’Argent ou de Bocuse ne sont que cadets face au droit d’aînesse incontestable de celui des Lansard qui comporte d’innombrables signatures des plus rares au plus obscures, et encore ; malins et judicieux, les Lansard possédaient en fait deux livres d’or : un, celui qui nous sert de source, recevant la main des « quelqu’uns » de ce monde, l’autre recevant celle des quelconques.

À l’origine, le Grand Livre n’était qu’un cahier d’écolier. Dans les années 40, les dédicaces les plus remarquables ont été découpées et regroupées dans un volume adéquat. Sans doute, au passage, quelques-unes d’entre elles ont-elles disparu, au moins celles qui étaient au verso… Cela sans compter que des touristes malveillants, envieux ou collectionneurs ont arraché quelques pages rares et précieuses ; la guerre de 39-45 étant elle aussi passée par là, comme on le montrera. Ces malversations ont obligé les Lansard à retirer le livre de la circulation. Elles ne sont pas les seules. Au fil du temps, la qualité des signatures, commentaires et dédicaces s’appauvrit. À cela deux autres raisons.
La première est que le tourisme de la Haute, celui des privilégiés, disparaît complètement après la Seconde Guerre mondiale, en raison du déclin de la cité thermale d’Aix qui se démocratise, se popularise, se vulgarise depuis que les cures sont remboursées par la Sécurité Sociale et que les grosses fortunes changent de mains ou de centres de loisirs. Lorsque les grands hôtels de la ville ferment les uns après les autres, les illustres personnalités deviennent rares à La Chambotte et ainsi de leurs sceaux dans le Grand Livre. On ne le présente plus au tout venant.

Il est essentiel de savoir que les grandes heures de La Chambotte dépendent de la belle époque du tourisme aixois. Depuis l’avènement du romantisme, au début du XIXe, Aix était à la mode dans la belle société française et européenne. La petite ville et son site exceptionnel attiraient les beaux esprits en mal de vague à l’âme sur les bords sauvages du Bourget. Ils rivalisaient de poésie dans des salons fréquentés par la fine fleur de l’intelligentsia, flambaient des fortunes au casino ou excursionnaient dans les parages : Gorges du Sierroz, Val de Fier, Alby-sur-Chéran, forêt de Corsuet, Mont Revard, Semnoz, Hautecombe, Châtillon et bien entendu, La Chambotte.
N’oublions pas également que les bouleversements politiques de la France du XIXe ont poussé beaucoup de monde en Savoie, qui y a pris des habitudes.

On venait à Aix chercher la détente et l’oubli des soucis. En sus des excursions, la reine des stations thermales des Alpes offrait des spectacles musicaux, dramatiques, chorégraphiques ; tout un cachet de finesse et d’élégance séduisant pour les condottieres de l’art et de la politique.
Jusqu’en août 14, ce fut l’apothéose aixoise. Ensuite, la clientèle étrangère disparut complètement du pays. C’était l’agonie de la Belle Époque. Heureusement, les années 20 et 30 ramenèrent un certain faste ; mais après le second conflit mondial, l’élimination générale des anciennes classes privilégiées, l’avènement de nouvelles modes, de nouvelles valeurs, de nouveaux moyens et façons de vivre, en un mot la nouvelle génération porta le coup de grâce à la cité. De cet éclat perdu, le livre d’or a subi le contrecoup.

À la grande classe succède les fantaisies d’artistes, puis les grivoiseries et l’esprit frondeur des années soixante. Devant certaines inscriptions scatologiques ou pornographiques, les Lansard retirèrent le livre du public. C’est là la seconde raison.

À l’heure qu’il est, l’actuel propriétaire ne le sort plus qu’exceptionnellement de son coffre. Il l’a fait pour Kronos.

Vienne la Reine et règne la gloire

La reine Victoria Reine d'Angleterre et Impératrice des Indes
La reine Victoria
Reine d’Angleterre et Impératrice des Indes

… pour des lustres et des lustres, pourrions-nous ajouter ! Toute histoire connaît un jour un déclic. Celui de La Chambotte eut lieu le 16 avril 1887. Louis et Mary tenaient la gérance depuis un an à peine. Ce jour-là, arrive au village un landau traîné par plusieurs chevaux. Qui en descend ? Sa Majesté la Reine Victoria d’Angleterre, maîtresse incontestée du gigantesque Empire Britannique, accompagnée de sa fille, Son Altesse la Princesse Béatrice de Battenberg, et leur suite. Elles utiliseront la chaise à porteurs pour grimper au Belvédère. D’après Mosse, son propre père escortait le royal cortège.
Là-haut, les Lansard leur offriront les scones, « gâteaux nationaux écossais, ronds, de pâte traitée à la levure et qu’on fourre de beurre et de confiture de framboise ».
Leur signature ornera le livre d’or.

Sur le chemin de la Reine (on ignore si c’était à l’aller ou au retour), à la traversée de La Biolle, eut lieu un arrêt de quelques minutes pour recevoir l’hommage d’un très jeune admirateur, Monsieur Laurent(2), qui offrit à Victoria un bouquet. Celle-ci lui donne un louis d’or.
Dix jours plus tard, le 26 avril 1887, Victoria enverra aux Lansard sa photo et celle de sa fille dédicacées, en souvenir de leur visite.
Le Lord Chancelier de la Reine, chargé de l’expédition de la missive, et dont la signature ainsi que les cachets royaux font foi, écrit : « Monsieur, Sa majesté la Reine m’a commandée (sic) de vous envoyer son portrait comme souvenir de sa visite à La Chambotte. Agrééz, Monsieur, mes civilités empressées. »

Cachets et lettre de sa Majesté la Reine Victoria.
Cachets et lettre de sa Majesté la Reine Victoria.

Victoria, qui d’après Mary Robertson-Lansard n’était guère gracieuse, voulait sans doute signifier par là sa sympathie… Un exploit quand on connait les gracieusetés que s’échangent historiquement Écossais et Anglais ; mais une Reine doit être au-dessus de ces différends.
Ces précieuses photos furent dérobées ultérieurement par un visiteur indélicat.
La chaise à porteur sur laquelle « celle dont l’Empire s’étendait sur le monde entier et dont le soleil ne se couchait jamais sur les États » faillit bien être perdue ! En 1941, lorsque les Allemands arrivèrent au Belvédère, ils découpèrent d’abord un grand nombre de signatures dans le livre. Puis un officier tombe en arrêt devant le siège historique.
Lansard ne perdit pas le nord : « Ça ? dit-il, souvenir de famille. C’était la chaise percée de ma pauvre grand-mère ! » L’Allemand n’insista pas. Sans cela, nous n’aurions pas pu la photographier pour vous la présenter.

Chaise à porteurs dans laquelle Victoria vint.
Chaise à porteurs dans laquelle Victoria vint.

Le passage de Victoria à La Chambotte fut donc le coup de tonnerre qui déclencha l’engouement international pour le site par l’incroyable publicité qu’il lui fit.
Dès lors affluèrent régulièrement les « monchus » et dames dont vous retrouverez les noms ci-dessous. C’était le début d’une ère de prospérité pour les Lansard, qui leur permit d’acquérir cinq ans plus tard l’hôtel à leur nom et de le transmettre à leurs descendants que voici : Charles et Sylvie tout d’abord, Marcel et Maryse ensuite et Jeannot et Monique actuellement.

Jeannot et Monique Lansard, actuels propriétaire [au moment de la publication originale].
Jeannot et Monique Lansard, actuels propriétaire [au moment de la publication originale].

Charles, en bon savoyard matois, sut donner un coup de pouce à la postérité. Toutes les années, une fois l’an, il invitait pour un banquet les tenanciers de tous les hôtels de luxe et restaurants cotés d’Aix. En échange, ceux-ci envoyaient leur clientèle.
« Comment donc ? Vous ne pouvez quitter Aix sans avoir vu La Chambotte ! » Et de montrer une belle photo du site, habilement offerte par Charles, en en vantant les beautés et les charmes !
Aide-toi, le Ciel t’aidera…

Outre ces signatures grandioses, le livre d’or est égayé de remarques spirituelles, de dessins et de poèmes dont nous vous ferons part des plus intéressants. Ainsi que l’a fait en 1979 A. Vuillet dans sa série de trois articles sur le livre d’or, nous jugeons préférable de procéder à l’examen des signatures en faisant part tout d’abord de celles des responsables politiques et religieux, puis de celles des artistes et des fantaisies humoristiques ou inspirées d’auteurs obscurs ou célèbres. La règle n’est pas stricte bien sûr.

D’abord vinrent les gouvernants…

L’une des premières signatures qui ouvrent le livre est celle de Félix Faure, alors ministre, qui devint Président de la République en 1895. Il était accompagné de son épouse, ainsi que de Mr et Mme Jules Ferry, qui ne sont plus à présenter.
C’était en 1886.
En 1887, donc, Victoria signe et ajoute Comtesse de Balmoral. Sa fille Béatrice précise elle Comtesse de Hartenau, s’abstenant d’ajouter Princesse de Battenberg.

Le 13 août 1897 vinrent le Duc de Schoenberg et la Comtesse de Luc. En 1896, le Maharaja de Kapurthala écrit en hindi. Revenu en 1929, il ajoute : « Enchanté encore d’être venu dans cet endroit charmant. Un délicieux déjeuner ».
Il signera encore en 1939.

En 1899, comme on le voit ci-après, se déplace la Banque Morgan de New-York au grand complet. La haute finance américaine vient-elle prêter hommage à la beauté du site ?

Signatures de la banque Morgan de New York.
Signatures de la banque Morgan de New York.

Le 12 juillet 1901, Maria Pia, Princesse de Savoie et de Bragance, Reine Mère du Portugal en exil, trace ces quelques mots :
« … En souvenir de la douce et idéale soirée passée loin des bruits de ce triste monde, en ce beau pays de Savoie que j’aime, berceau de ma famille… »

Sa Majesté Marie Pia, Reine-Mère du Portugal, Princesse de Savoie.
Sa Majesté Marie Pia, Reine-Mère du Portugal, Princesse de Savoie.

En 1910, Paul Deschanel, point encore Président de la République ni tombé de son train légendaire (il fut retrouvé par un garde-barrière qui se douta que c’était un monsieur à sa robe de chambre et à ses pieds propres !), écrit : « Heures Exquises ».

Le 19 août 1918 apparaît la première signature de l’Aga Khan, sans commentaires. Il reviendra régulièrement avec toute sa suite somptueuse et notera en 1929 : « Vue merveilleuse, excellent lunch ».
Aga Khan est le titre religieux et temporel du chef des musulmans de la secte des Ismaéliens de l’Inde et du Pakistan. Ce titre a été créé en 1850 par Hasan Ali Shah, un descendant du prophète Mahomet, lorsqu’il fut chassé de Perse (Iran) par Fath Ali. Notre Aga Khan de La Chambotte était le troisième de la dynastie. Né en 1887 au Pakistan, à Karachi, il est mort en Suisse Romande, à Versoix, en 1957. Il fonda en 1906 la ligue Pan-musulmane de l’Inde. Il appréciait La Chambotte qui lui était exclusivement réservée lorsqu’il venait avec son cortège de limousines.

En 1921 viennent plusieurs ministres grecs dont le bien connu à l’époque Vénizelos, qui reviendra souvent. C’était le 2 juin.

Le 25 août de la même année, c’est le Prince Christophore de Grèce qui signe avec son épouse Anastasie.

Signatures du Prince Christophore de Grèce et de son épouse Anastasie.
Signatures du Prince Christophore de Grèce et de son épouse Anastasie.

Le 7 septembre 1923, Stanley Baldwin, premier ministre du Royaume d’Angleterre et de l’Empire Britannique, visite pour la première fois le Belvédère. Il reviendra pratiquement toutes les années et laissera aux Lansard sa pipe ainsi qu’un portrait qui existent toujours.

Signature de Stanley Baldwin.
Signature de Stanley Baldwin.

En 1936-37, il signera Baldwin de Bewdley : il venait d’être fait Lord…

Portrait et pipe de Sir Stanley Baldwin.
Portrait et pipe de Sir Stanley Baldwin.

En 1928, Carl, Prince de Suède, Comte de Carlsborg, signe aux côtés de son épouse Ingeborg, née Princesse du Danemark. Ainsi que le fait remarquer A. Vuillet, les grands de ce monde affichent curieusement leurs titres comme des parvenus… mais nous rend leur signature aisément identifiable.

Signature du Prince de Suède Carl et de son épouse Ingeborg.
Signature du Prince de Suède Carl et de son épouse Ingeborg.

En 1929, derrière Arsène de Serbie, un général Crawford note : « A beautiful view ». Sur la même page apparaît Jaime de Bourbon. La même année, ce n’est ni plus ni moins que le Roi Fayçal d’Arabie qui pose sa griffe.

Signature du Roi Fayçal d’Arabie.
Signature du Roi Fayçal d’Arabie.

En 1931, après un retour de Vénizeloe (Le Pirée), le fameux sculpteur Alfred Boucher laisse sa carte de visite et ajoute Grand Officier de la Légion d’Honneur. Il reviendra en 1932.

En 1933, Pierre Mendès France ne fait pas de commentaires. Par contre un convive sans doute de la même tablée écrit : « À Aix, j’ai tout perdu, à La Chambotte j’ai tout gagné ». Le casino a encore frappé. Après un « Je reviendrai », Marcelle Mendès France dit : « Moi aussi ».

Signatures de Pierre et Marcelle Mendès France.
Signatures de Pierre et Marcelle Mendès France.

En 1935, c’est le Prince Achille Murat, Vice-Roi des Indes, qui précède Monseigneur Florent du Bois de la Vilarebel, évêque d’Annecy (1938). La même année Georges Philippar, armateur, voit sa signature suivie de l’étonnent paragraphe que voici :
« Du Georges Philippar (navire appartenant audit sieur et qui brûla en Mer de Chine), je suis un rescapé ; de La Chambotte, je reviens enchanté. »
Signé un gars de la marine, Faky. Suisse !

Le 24 août 36, Son Altesse Marie Louise d’Angleterre apparaît entourée d’une nombreuse compagnie. Suit Son Altesse la Maharani Masahélé, mouchée juste après par un groupe de Seysselans.

« Ni des Indes, ni d’Angleterre,
Ni Maharaja, ni Princesse,
Malgré tout aimant la bonne chère,
De gravir La Chambotte nous n’avons eu de cesse. »

Ce même mois d’août 36, le livre recèle la trace d’un certain Morleux :
« Souvenir d’un très vieux Savoyard, d’une visite à La Chambotte en 1890 ! »

Le 19 août 39, c’est Édouard Herriot, Président, qui écrit :

Signature d’Édouard Herriot.
Signature d’Édouard Herriot.

Il est suivi six jours plus tard par le Maharaja de Tripura.

Signature du Maharaja de Tripura.
Signature du Maharaja de Tripura.

En 1942, le Général Weygand et sa famille honorent les lieux.
Suit en 1951, l’archevêque de Chambéry Louis-Marie de Bazelaire.
En 48, il avait écrit :
« En souvenir d’une belle matinée ensoleillée où le lac apparaissait dans toute sa splendeur, reflet terrestre de la beauté divine. »

En 1953, Clémentine S. Churchill, l’épouse du célèbre Winston, vient déguster les scones.

En 1955, Georges Riond, qui eut de nombreux titres dont celui de Président de l’Association de la Presse Savoyarde, notait :
« J’ai fait… douze fois le tour du monde,
Il me manquait la révélation d’un des plus beaux panoramas de mon pays,
Et de toute la Terre.
»

En août de la même année, Madame Anne Chamberlain, épouse d’Arthur Neville Chamberlain, exprime son « Merci Millefois » qui pèse son poids.

En 1957, vient le Sheik Ali Al Thaml, Roi du Quatar, un émirat du golfe Persique.

En 1961, un professeur d’Athènes rend cet hommage au site :
« Les Dieux de l’Olympe ne changeraient-ils pas leur domicile s’ils connaissaient La Chambotte ? »

Par la suite, les gouvernants de ce monde ne viendront plus guère au Belvédère. On trouve encore cependant l’Évêque Du Bois d’Annecy en 1965, Madame C. Bettencourt, la plus grosse fortune de France qui écrit en 1979 :

« Voilà des années que je viens ici,
Et c’est toujours avec le même plaisir.
La chaleur de l’accueil,
La vue inoubliable,
Et la fraîcheur de la cuisine en font
Un restaurant délicieux.
»

Et le Général de La Chambotte Alexandre Nojon, en 1981, qui résume la Résistance qu’il effectua en 42 au Belvédère. Nous en parlerons plus loin.

Place maintenant aux artistes.

… Ensuite vinrent les gens de l’Art et les fantaisistes

Un des premiers poèmes ornant le livre d’or.
Un des premiers poèmes ornant le livre d’or.

Dès le début de la maison Lansard, les gens de l’Art y vinrent en nombre. On ne compte plus par exemple les artistes de l’Opéra de Paris qui émaillèrent le livre de quelques notes de musique sur quelques paroles sympathiques, cela dès 1886.

Signature de l’Opéra de Paris.
Signature d’une artiste de l’Opéra de Paris.

En 1890, la même année que Jean Richepin, cité plus haut, le Marquise de Morande écrit qu’elle arrive très fatiguée, n’ayant pas voulu de chaise à porteur, croyant trouver au sommet les bras de son Amédée pour la recevoir… Hélas, il était déjà reparti de l’autre côté !

En 1891, le 15 janvier, Elle et Lui, ont voulu venir passer deux jours à La Chambotte. « Le vent, la neige… » Il y avait 35 centimètres de neige et 10° en dessous de zéro ! Mais l’Amour n’a pas froid aux yeux !

En 1897, nous avons relevé cette perle d’un joueur qui s’est fait plumer à Aix et qui pastiche les imprécations de Camille (Horace de Corneille) pour exprimer sa fureur :

« Aix, l’unique objet de mon ressentiment,
Aix, dont le cercle infâme a raflé mon argent,
Aix où le décavé si tristement chemine.
Aix où le rastaquouère enfle sa haute mine,
Aix que chanterait mal ma bienveillante muse,
Aix enfin que je hais parce qu’on s’y amuse !
Puisse-je de mes yeux y voir tomber la foudre !
Voir tes villas en feu, tes casinos en poudre,
Voir le dernier des Grecs à son dernier soupir
Vomissant ses portées… et mourir de plaisir. »

Il signe Camille D.K.V. Être décavé signifie au jeu avoir perdu jusqu’à son dernier sou. Notre ami, en tout cas, ne semble pas avoir perdu l’inspiration !
Un certain Badeck lui reprend dans la foulée, inspiré lui aussi :

« Et vous, braves bourgeois, que ne laissez-vous pas
À la ville aux tripots ses tramways et ses grues
Pour venir ici même à la belle Chambotte
Où chaque déjeuner chaque convive botte
Et où vous trouverez partout, à chaque pas
Avec le seul Lansard la plus belle des vues ! »

En 1901, la danseuse étoile Loïe Fuller trace un magnifique paraphe. Américaine du music-hall, née en 1862 près de Chicago et morte en 1928 à Paris, elle fut la créatrice d’un type de spectacle chorégraphique très original, par l’usage de projections lumineuses jouant sur les voiles mobiles des danseurs. Ces fééries furent longtemps appréciées. Toulouse-Lautrec l’a représentée.

Signature de Loïe Fuller.
Signature de Loïe Fuller.

En 1911, quelqu’un écrit de La Chambotte qu’on s’y croirait en dirigeable. Sans doute un aviateur…

En 1920, le fabricant d’avions parisien Ledord signe sa publicité :

« Avions marque LEDORD
Les ceusses qui gazent le mieux !
Depuis 1909, pas un sou de bois cassé ! »

L’hommage d’un inconnu…
L’hommage d’un inconnu…

Sur une montagne colorée, posée,
CHAMBOTTE, au soleil exposée,
Fait la risette au Mont du Chat,
Disant, coquette, « Hé, je suis là »

Mais Minet prenant l’air méchant,
À la pauvrette, montre la dent,
De son tunnel, il se rengorge,
Et, de son col, fait de chaudes gorges.

Tout près, là, le Lac aux eaux sombres,
Vues le soir, dans la pénombre,
Reflétant toujours mêmement
Du monastère, le monument.

Enchanteuse Chambotte,
Avec tes bois, avec tes grottes !
Quel regret de quitter tes lieux
Où l’on se sent si près des Dieux.

R.D.
le 19 octobre 1962

La même année signe la poétesse Rosemonde Gérard, épouse d’Edmond Rostand, suivie par l’écrivain Pierre Loti (Ramuntcho, Pêcheur d’Islande…), Roland Toutain, le Rouletabille de l’écran…

Signatures de Rosemonde Edmond Rostand et de Pierre Loti.
Signatures de Rosemonde Edmond Rostand et de Pierre Loti.
La signature de Roland Toutain en bas à droite de cet étonnant dessin.
La signature de Roland Toutain en bas à droite de cet étonnant dessin.

En 1929, c’est La Argentina, grande cantatrice espagnole.
En 1938, à l’occasion du Tour de France, le champion cycliste Charles Pelissier fait un détour par La Chambotte, suivi de Georges Thill de l’Opéra de Paris ;

Signatures de Charles Pélissier et de Georges Thill.
Signatures de Charles Pélissier et de Georges Thill.

En 1939, Maurice Chevalier écrit : « Regrets. Pas assez de talent pour décrire La Chambotte. »
Dix ans plus tard, en 49, le joyeux écrivain lyonnais Marcel Grancher(3) s’avouera tenu en respect : « Devant la beauté de ce site je n’ai plus envie de rire ! »

En 1953, à l’occasion du tournage d’un film, signent ensemble Alain Cuny, Marie Sabouret, Yvonne Printemps et le célèbre Pierre Fresnay.

Signatures d’Yvonne Printemps et de Pierre Fresnay.
Signatures d’Yvonne Printemps et de Pierre Fresnay.

Un peu plus loin la même année, l’écrivain Maurice Druon note :

Signature de Maurice Druon.
Signature de Maurice Druon.

Lui succèdent les Sœurs Étienne, chanteuses connues dans les années cinquante, qui dédicacent « avec leur cœur ».

Le 19 septembre 55, l’écrivain catholique Daniel Rops, déjà souventes fois venu : « En souvenir de belles heures à La Chambotte, Balcon de l’Irréel. » Il n’ajoute pas sa qualité d’académicien français.

Signature de Daniel Rops.
Signature de Daniel Rops.

En 1959, quelqu’un de Saint-Innocent trace :

« Dans ce site enchanteur ma panse satisfaite
Rend hommage à Lansard et à la belle Maryse
Et sur ces hauts sommets, malgré le vent, la bise,
Je reviendrai bientôt dans les moments de fête,
Admirer ce beau lac aux reflets argentés
Et goûter la splendeur des dernières clartés. »

En août 59, c’est Danielle Delorme qui apprécie l’accueil et la cuisine.
En 1960, derrière un Vice-Ministre du Commerce Extérieur de la Bulgarie, un chirurgien-dentiste aixois, Paul Couturier, joue du calembour :

« C’est du Bulgare,
Et Bulgarie bien qui bugarira le dernier,
Ou tel qui bulgarie vendredi, dimanche pleurera… »

Jean-Claude Brialy écrit mystérieusement la même année :

« Ma chère Maman, j’ai rencontré ici, très haut, une dame qui avait de très jolis yeux et qui m’a donné beaucoup d’argent. J’ai été très sage, je t’embrasse. »

Plus loin, Georges Grondin rimaille :

« L’immense lac frémit sous les barquettes grises
Et le soir comme un crêpe agité par la brise
Laisse errer sur les flots ses languissants contours
Du haut de La Chambotte où fleurit la myrtille
On éprouve un besoin à ignorer la ville
Et devant un grandiose et beau panorama
On n’a qu’un seul désir, rester là et rêver là ! »

Imparfait, mais sincère !

Juste derrière, l’actrice de cinéma Ginette Leclerc se félicite d’être venue. Sur la page d’en face, le fameux Henry Bordeaux, venu pour ses 90 ans dédicace quelques mots. Né en 1870, trois ans après son passage à La Chambotte en 1960.
Sur les pages suivantes, les chansonniers du Grenier-Montmartre se déchaînent : Gabriello reste sans voix devant la beauté du site, Robert Amiel sans phrase, mais Jean Valton réclame, lui, une ligne directe Paris-La Chambotte.

Ensuite, le niveau baissera dangereusement poussant donc les Lansard à retirer le livre, quitte à le ressortir à bon escient. Ainsi, en 1963, à l’occasion du tournage de « Mort où est ta victoire ? », signent alors Michel Auclair, Pascale Audret (la sœur d’Hugues Aufray) etc… D’autres séquences de films ont été tournées là-haut : « L’auberge rouge », « Julie Charles »…

Viennent encore Jean Valton qui laisse quelques paroles de Léo Férré.
Anne-Marie Carrière « qui dit parfois du mal des hommes mais jamais – et pour cause de satisfaction – des cuisiniers ! » Raymond Souplex : « Point ne suis en ribotte mais Dieux ! Que me botte La Chambotte. »

Signature d’Anne-Marie Carrière.
Signature d’Anne-Marie Carrière.

Jacques Provins leur cloue le bec de la manière suivante :

« Derrière Souplex
Je reste perplexe
Derrière Valton
Je reste… lion
Derrière Carrière
J’en fais mon affaire
Et derrière moi
Je reste coi ! »

Par la suite, on compte encore un champion de l’harmonica, Jean de Nîmes et Lou Nissarté, le groupe « Il était une fois », quelques animateurs de radios, Sophie Darel en 1982.
Bien sûr, quelques visiteurs restent spirituels, ainsi cette certaine Odette de Matour en 1964 :

« L’ânesse antique s’est vengée. Christine est montée, mais non Mercèdès : D.S., elle fut doublement. Vive l’automobile française et haro sur le mauvais baudet germanique. Et vive La Chambotte. »

D’autres gardent l’esprit à la hauteur des lieux… et de leur rang pourrait-on ajouter :

« À Maryse, notre inoubliable « cousine »
Dont le sourire charmant embellira nos soirées hivernales avec l’esprit de retrouver bientôt
Ce merveilleux ermitage. »

Comtesse de Montdidier
Juillet 1965

Une bien gentille attention pour Madame Lansard.
Curieusement on trouve cette même année 1965 le sentiment d’une certaine comtesse Marina de Meylan, ou Meyden, « ancienne demoiselle d’horreur des deux dernières tzarines russes ». Comme il n’y a pas à douter de la véracité de ce témoignage, cette comtesse est sans doute le dernier grand personnage de l’histoire à signer dans le livre.

Pour le reste des signatures, on pourrait reprendre le sentiment de deux visiteurs en 1945. Le premier avait feuilleté le livre populaire et s’exclamait :

« Devant un tel édifice d’âneries, on n’est pas très fier d’appartenir au peuple le plus spirituel de la Terre. »

À quoi, il lui est répondu philosophiquement :

« Consolons-nous en contemplant un des plus beaux coins de France… »

La France : un fait d’armes de la dernière guerre

Avant de clore cet article, nous voudrions mentionner l’épisode guerrier qui marqua La Chambotte en 1939-45.

Du 23 septembre 39 au 17 octobre 39, un poste de guet de la D.C.A. fut installé à La Chambotte.
En juin 40, une section du général de La Chambotte, Alexandre Nojon, soit les 240 hommes de la 2e compagnie du 440e régiment de pionniers, sous les ordres du sous-lieutenant Chauvy et de l’adjudant Deniaux, repousse victorieusement les attaques allemandes, le 23 juin, lors des ultimes combats en terre savoyarde.
Ils résistèrent une journée et tuèrent huit soldats allemands qui sont d’ailleurs enterrés à Saint-Germain, empêchant l’ennemi d’envahir Annecy. La section s’est ensuite repliée en bon ordre et sans perte jusqu’à Annecy, puis Gex, d’où elle revint à Annecy pour être démobilisée.

Ce matin du dimanche 23 juin, vers 6h30, toute la compagnie occupait les positions installées pendant la nuit : barrage de la route et du tunnel, emplacement de fusils mitrailleurs, etc…
Ses défenseurs avaient comme armes leurs fusils, quatre fusils mitrailleurs et une caisse de 24 grenades.
L’adversaire attaqua à 7h45 avec détachement d’infanterie, mortiers et artillerie de 105. Le combat fut sérieux et la canonade et les rafales de mitraillettes durèrent presque continuellement jusqu’à 13h30, où les effectifs allemands engagés se retirèrent après avoir subi des pertes et se rendant compte de l’impossibilité de franchir le passage.
Les Pionniers reçurent l’ordre de se retirer, les Allemands ayant exécuté un mouvement d’encerclement par Cessens. Leur compagnie était comprise de Chablaisiens, de Bressens et de Lyonnais…
Un officier allemand a même écrit :

« Une jolie vue, mais une difficile bataille. »

La bonne bouche pour finir

De tout temps, à La Chambotte, les visiteurs ont pu apprécier la qualité gastronomique de la nourriture servie par les générations successives de Lansard. Depuis 1856, les éloges ne manquent pas, en voici le plus significatif et le plus honorable. En août 36, Paul Gauthier de l’Institut du Club des Cent, Secrétaire Général de l’Académie des Gastronomes écrit :

« Bon déjeuner, à la mode de La Chambotte. »

Un brevet flatteur ! Outre les scones et les poissons frais du lac, les Lansard ont la spécialité du Poulet Chambotte, que nous vous laissons le soin d’aller découvrir, après tant de gloires nationales et internationales. L’accueil et le site y sont toujours aussi charmants, même si les célébrités ne viennent plus guère…

Comme on peut le constater, le Belvédère de La Chambotte a véritablement connu des heures de gloire dont cet article n’est que le reflet, s’il en est le témoin.
Comme il n’était pas possible de tout retranscrire, nous avons choisi de reproduire entre ces pages quelques-uns des poèmes du livre d’or qu’a inspiré le site, qui, n’en doutons pas, taquinera bien d’autres muses encore… Ce clin d’œil à Lamartine permettra de quitter le sujet sans trop de regrets.

Gilles Moine et Bernard Fleuret
Article initialement paru dans Kronos N° 4, 1989

Défi de Jeanne Harter à Lamartine
Défi de Jeanne Harter à Lamartine

À Lamartine

DÉFI

On dédaigne ta grotte ? On ignore ta stèle ?
Ton noble corps drapé, du roc de Châtillon ?
Parmi tous les ingrats, Je te reste fidèle |
Vols, Ô chantre divin, mon exaltation

Je voudrais dans mes bras enserrer ton image
Qui domine le Lac pour les temps à venir ;
Reposant sur la pierre un franc que décourage
La froide indifférence, hostile au souvenir,

Je pleurerais sans fin sur l’ère disparue,
sur l’ère de Génie où tu régnais jadis
Et puis je t’offrirais une ferveur accrue
Un amour plus intense, et des élans grandis.

Jeanne Harter
Société des Poètes Français
1er août 1959

La formule du titre est de Daniel Rops.
1) Marabout : plante appelée en patois « plumache », poussant sur les rochers escarpés de La Chambotte et que les habitants récoltent à la mi-mai, pour la vogue du village. Apparemment banales, les tiges vertes de la « plumache » se transforment en séchant en un somptueux panache duveteux dont les volutes sont très décoratives.
2) Né au Montcel en 1869, élevé à La Biolle, Laurent devint instituteur à Paris. Il y mourut en 1971, à 102 ans. Un âge royal !
3) Il a fondé l’Académie Rabelais avec Paul Vincent.

Intervention dans les écoles de Saint-Germain-La Chambotte

Le vendredi 24 juin après-midi, Jean-Louis Hebrard fera une présentation aux écoliers sur le thème « D’aujourd’hui à 1880, l’école en remontant le temps », avec support numérique et présentation d’objets anciens (encrier, plumes , buvards, cahier d’écriture, cahier de rédaction).

Buvard Picon
Buvard Picon

Cette présentation sera suivie le soir par une causerie avec les anciens, sur le thème « L’école d’antan », à partir de 20h30.

L’ennemi est là : juin/juillet 1940

Durant les trois semaines que va durer la première occupation allemande de l’Albanais, l’ennemi enterre ses morts à Saint-Germain, tente de pavoiser, installe partout sa force mécanique au risque de susciter parfois des réactions énergiques. Toutefois l’occupant fait tout pour accréditer l’image de la plus parfaite correction.
À l’ombre des pommiers, neuf soldats allemands reposent dans un petit cimetière champêtre à Saint-Germain-la-Chambotte. C’est en fin de journée, le 23 juin 1940, que furent enterrés ici ces soldats tués au cours des durs combats qui se déroulèrent entre Saint-Germain et Villette.

Le cimetière allemand à Saint-Germain-la-Chambotte (archive privée)
Le cimetière allemand à Saint-Germain-la-Chambotte (archive privée)

D’abord sommaire, le cimetière allait être organisé durant les trois semaines d’occupation de l’Albanais (24 juin – 15 juillet 1940). Le comte de Buffières, dans son ouvrage publié en 1942, le décrit longuement : « les Allemands ont laissé derrière eux un petit cimetière à Saint-Germain. Neuf de leurs morts y sont couchés. Placé à côté de l’église, dans un pré, sous deux pommiers, entouré d’une barrière de bois, le cimetière se protège sous une grande croix de bois qui porte l’inscription : GEFALLEN FUR GROSS-DEUTSCHLAND (tombés pour la Grande Allemagne). Le sol autour des tombes est semé de gravier blanc. Chacune des neuf tombes est surmontée de la croix. Il y a là un lieutenant, des sous-officiers et des soldats. Ils appartenaient tous à la 11ème compagnie du 93ème d’infanterie de Magdebourg. L’aumônier militaire allemand qui séjourna à Aix-les-Bains, professeur à Magdebourg, y assura le service religieux pendant l’occupation ».
Un cliché photographique non daté complète la description donnée par le comte de Buffières. Il permet d’apercevoir des détails supplémentaires. Les croix sont toutes surmontées d’un casque d’acier typique des forces allemandes. Sur les montants transversaux des croix, on devine une inscription, probablement le nom du soldat qui repose là. Disposée sur deux ou trois rangées, chaque tombe est bordée par un arbre à fleurs. L’entrée du cimetière est fermée par une simple chaîne.
C’est en rentrant d’un hameau au dessus de Saint-Germain après les combats du dimanche 23 juin, que la propriétaire du terrain derrière l’église découvre les tombes fraichement creusées. Dans un article publié dans la revue Kronos en 1990, l’auteur Michel Germain décrit ainsi la surprise de cette paysanne : « Il est plus de 7 heures du soir. Depuis près d’une heure, on n’entend plus de coups de feu. Peut-être sont-ils partis ? En arrivant chez elle, près de l’église de Saint-Germain, elle trouve toute une section attablée à la cuisine. L’officier se lève à son entrée « La porte était ouverte, Madame… ». Remise de sa surprise, elle pense à ses vaches. L’officier l’autorise à se rendre à l’étable… Les Allemands, vautrés sur des chaises, ou assis par terre, sont visiblement fatigués. Sous les pommiers, à côté de la ferme, ils ont enterré, roulés dans des toiles de tentes, huit des leurs, morts pendant les combats de la Chambotte. Quelques jours plus tard, les Allemands feront planter des croix de bois qu’ils surmonteront de casques ».
Le cimetière sera à nouveau remis en état de 1943 jusqu’en août 1945, lorsque les forces allemandes, occupant toute la France, reviendront dans l’Albanais.

L'église de Saint-Germain (collection privée)
L’église de Saint-Germain (collection privée)

Durant ces journées de juin 1940, dès qu’elles occupent une ville ou un village, les forces allemandes déploient leurs immenses oriflammes à croix gammée. À Saint-Germain-la Chambotte, cette « pratique » va entraîner la vive réaction du curé de la paroisse, l’abbé Bérenger. Le comte de Buffières rapporte l’attitude énergique et digne de l’ecclésiastique : « Les allemands avaient arboré sur le clocher un immense drapeau à croix gammée. Le curé fait remarquer aux amateurs de pavoisement « pour cause de victoire » que le drapeau empêche de sonner les offices. Le drapeau fut enlevé et le capitaine allemand tint à expliquer au prêtre que ce drapeau n’avait pas été mis pour l’ennuyer mais pour fêter l’armistice ». Lorsque la cessation des combats devint effective, le matin du 25 juin, les Allemands demandèrent de faire sonner les cloches à Saint-Germain, le curé s’oppose encore, écrit le comte de Buffières « déclarant qu’il n’était pas le maître de ses cloches et que, hormis pour les cérémonies du culte, il ne pouvait les laisser sonner « sans ordre de l’autorité supérieure ». Et toujours disciplinés, les Allemands s’inclinèrent ».
Dès 1942, le même auteur note la force du refus de l’abbé Bérenger. Il rapporte l’attitude des Allemands qui « lorsqu’ils partirent, avaient acquis une véritable estime pour ce vieillard de 67 ans aux cheveux blancs, énergique et alerte qui n’avait pas craint de leur tenir tête ». Ce prêtre, ancien brancardier de la guerre de 14-18, pourrait, par son attitude ferme face à un occupant énergique, être considéré comme une figure précoce de résistance dans l’Albanais. Déjà en 1990 dans la revue Kronos, Michel Germain écrivait à son sujet : « on n’a pas sonné les cloches pour les Allemands le jour de l’armistice à la Chambotte. Ce pourrait être le premier acte de résistance ».
Pour éviter toutefois des oppositions plus violentes, l’occupant s’efforce d’être d’une grande « correction » avec la population locale. « Il faut le dire : d’une façon générale » écrit Maurice Bonnard, journaliste au Petit Dauphinois, « la population ne se plaint pas outre mesure des rigueurs de l’occupation qu’elle subit. Si on signale de ci de là quelques excès, on ajoute presque toujours que lorsque ces excès sont signalés aux officiers allemands, ceux-ci s’empressent de punir les coupables et de faire rendre justice aux habitants qui ont été lésés ».
Lorsque les forces du Reich occuperont à nouveau la Savoie en 1943 dans un contexte militaire plus tendu, « l’attitude correcte » de 1940 ne sera plus de mise et laissera la place à la souffrance et à l’horreur.

Jean-Louis Hebrard