Archives du mot-clé Montfalcon

Conférence : Une plongée dans l’Albanais de l’An Mil avec Gautier, seigneur de Montfalcon

Le vendredi 21 décembre prochain, l’association Kronos vous proposera une conférence animée par Rodolphe Guilhot (professeur d’Histoire-Géographie et membre de Kronos), qui vous emmènera dans « Une plongée dans l’Albanais de l’An Mil avec Gautier, seigneur de Montfalcon  ».

L’acte de fondation du prieuré de Saint-Innocent (1084) sera le point de départ permettant d’évoquer les origines de la seigneurie de Montfalcon, dont les ruines du château se trouve sur la commune de La Biolle. La famille de Montfalcon sera aussi replacée dans son contexte féodal entre un royaume de Bourgogne finissant, la suzeraineté des comtes de Genève et la cohabitation avec les comtes de Savoie.

En effet, si la châtellenie de Montfalcon des XIVème et XVème siècle est bien connue grâce aux travaux menés par l’Université Savoie-Mont-Blanc, les origines de cette seigneurie étaient restées jusqu’ici peu étudiées.

À 20h, à l’Espace Patrimoine, 177 rue du Mont-Blanc, à Albens (73410 Entrelacs). Entrée libre et gratuite.

affiche_conf_montfalcon

Comment des inscriptions latines de l’Albanais furent sauvées de l’oubli ?

Proche du donjon, sur la colline de Montfalcon à La Biolle, on rencontre couchée au milieu d’un pré une belle inscription latine. Elle fut inventoriée en son temps par les archéologues dont Pierre Broise qui en donne un magnifique relevé après sa découverte vers 1967 dans un mur proche de la tour du château (voir le n°7 de la revue Kronos).

Le bloc de calcaire
Le bloc de calcaire

Le bloc de calcaire sur lequel elle fut gravée il y a 2000 ans est de belle taille (1m x 0,60 x 0,60) et même si l’inscription est fragmentaire, on suppose qu’il a fallu produire bien des efforts pour transporter ces 1700 kg d’Albinum la romaine jusqu’à ce château médiéval.
Quand ce transport a-t-il été effectué ? On l’ignore mais on peut en imaginer une des raisons, s’approvisionner en beaux matériaux prélevés dans les ruines du site romain d’Albens.
Une autre inscription a probablement suivi le même itinéraire, celle gravée en l’honneur de Caius Vibrius Punicus et découverte il y a fort longtemps au pied de la tour « des prisonniers » à Montfalcon. Ce sont les humanistes savoyards qui la font connaître et en offrent les premiers relevés. Ils se nomment E. Philibert de Pingon (1525-1582) et Alphonse Delbene (1558-1608). Le premier est né à Chambéry à l’époque du duc Charles III le Bon. Il fit de solides études classiques d’abord à Chambéry puis à Lyon, Paris et enfin Padoue où il fut reçu docteur en droit civil et en droit canon. Quand il revint à Chambéry vers 1550, ce fut pour s’y installer comme avocat avant de devenir syndic de la ville. C’est à ce moment qu’il réalise son périple épigraphique, relève avec beaucoup d’exactitude nombre d’inscriptions latines locales dont celle de Montfalcon.
Alphonse Delbene, de treize ans son cadet se consacrera aussi à de semblables recherches. Nommé par le duc Emmanuel-Philibert abbé de Hautecombe en janvier 1560, il allait se consacrer à la paléographie, à l’épigraphie mais aussi à l’histoire et à l’archéologie. Lui aussi allait effectuer des relevés d’inscriptions latines locales dont plusieurs à Montfalcon.
Ainsi ces érudits de la Renaissance font entrer l’inscription de Caius Vibrius Punicus dans le champ de la connaissance historique.
Nous perdons sa trace durant près de trois siècles avant que d’autres érudits, ceux du XIXème siècle, ne la portent à nouveau à notre connaissance. Tous travaillent dans le cadre de sociétés savantes, Académie de Savoie, Académie Florimontane, Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie et se désolent de la destruction du patrimoine historique. « Comme tous les anciens châteaux abandonnés » écrit l’un d’eux en 1895 à propos de Montfalcon, « il est devenu pour les paysans une carrière à bâtir ; au risque de leur vie, ils ont descellé les pierres angulaires, arraché les poutres… ».

Inscription en l'honneur de Caius Vibrius Punicus
Inscription en l’honneur de Caius Vibrius Punicus

Ils se nomment Jules Philippe, le vicomte Lepic, le docteur Davat ou encore François Rabut. Ce dernier donne en 1861 dans les « Mémoires de la Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie » une des premières études de cette inscription. « C’est un monument funéraire élevé par Caius Vibrius Punicus Octavianus à son père, affranchi d’Auguste, qui a été général de cavalerie, tribun militaire et chef des troupes romaines en Corse. Tout permet d’attribuer cette inscription au 1er siècle de notre ère : forme des lettres, style et détails ».
Dans le même article, il mentionne que l’inscription est visible dans le musée archéologique du docteur Davat à Aix-les-Bains. Ce dernier, au même titre que le vicomte Lepic est collectionneur d’antiquités et cette passion va le conduire à sauver cette inscription de sa triste situation. Lorsqu’il la découvre dans une ferme de La Biolle en réemploi dans la fosse à fumier, il l’achète et l’installe au sein de ses collections. Comme celles du vicomte Lepic, ses collections vont en partie se retrouver dans le musée lapidaire d’Aix-les-Bains. C’est là que Caius Vibrius Punicus coule aujourd’hui des jours heureux, dans le silence profond du musée, ne reprenant vie qu’au moment des visites intitulées « Aix à l’époque romaine ».
Terminons notre périple épigraphique en revenant sur Albens pour conter les tribulations d’une dernière inscription de belles dimensions (1,30m x 0,62 x 0,22) gravée sur un calcaire mouluré. Réalisée en l’honneur de l’empereur Trajan, cette plaque de calcaire fut découverte au XVIIIème siècle à Albens lors de la démolition d’une tour mal localisée aujourd’hui. Encore une fois le site antique d’Albens a dû servir de « carrière » aux bâtisseurs médiévaux lors de l’essor de la ville neuve d’Albens peu après 1300.
Dans la seconde moitié du XIXème siècle on retrouve sa trace au moment de la construction de la cure en 1874. L’épigraphiste allemand Otto Hirschfeld la publie alors dans le Corpus des Inscriptions Latines (CIL), sorte de collection générale des inscriptions latines anciennes rédigée en latin. Le curé d’Albens Joseph Lemoine la fait sceller dans un des murs de la cure donnant sur le jardin.

L'ancienne cure d'Albens
L’ancienne cure d’Albens

Il fait aussi installer une autre inscription moins lisible qui avait été trouvée dans un mur de l’ancienne église au quartier du Paradis (elle est actuellement visible à l’Espace Patrimoine d’Albens). Ces inscriptions vont rester là, bien protégées jusqu’à la démolition de la cure à la fin du XXème siècle.
Comme on le voit, les curés du XIXème siècle furent au même titre que les nobles et plus tard les instituteurs les seules personnes se préoccupant de la préservation du patrimoine ancien, aidés le plus souvent par le fait qu’ils lisaient le latin. C’est sans doute le cas du curé Lemoine, né à Saint-Pierre-d’Albigny, qui arrive à Albens après 1871 au moment de l’édification de la cure et reste à la tête de la paroisse jusqu’en 1891.
Bernard Rémy, professeur à l’université, allait réaliser une nouvelle étude de cette inscription qu’il publie dans différentes revues dont Kronos (n°8 – 1993). Aujourd’hui visible devant le centre administratif d’Albens, elle sera bientôt incorporée dans le circuit découverte du patrimoine de la commune. Les visiteurs pourront alors, grâce à une application, faire connaissance avec ce généreux donateur (le fils de Certus) qui offre vers 116/117 aux habitants du vicus d’Albens un temple en l’honneur de l’empereur Trajan.
Ainsi en ce début de XXIème siècle, la longue chaîne des amoureux des choses antiques a permis qu’elles parviennent jusqu’à nous. Pour en savoir encore plus, voyez l’article de Daniel Davier paru dans le dernier numéro de la revue Kronos.

Jean-Louis Hébrard

Le château de Montfalcon

C’est sur un mamelon isolé de la commune de la Biolle que s’élèvent les ruines du château de Montfalcon ; situées au sud-ouest d’Albens, cette position domine au nord le vallon de l’Albenche et à l’est, toute la vallée de l’Albanais et même au delà puisqu’au sud-est, l’on devine dans le lointain, Aix-les-Bains, Chambéry et la combe de Savoie. C’est du reste, le fait que cette position était située entre la grande route venant de Rumilly et Annecy par Albens sur Chambéry et le débouché des cols conduisant sur le lac du Bourget via la Chautagne qui lui a conféré au moyen-âge une réelle importance.

blason_pierre

Le fief de Montfalcon comprenait dans l’Albanais, Saint Germain, La Biolle, Albens et Saint Girod. Il entre dans l’histoire avec la famille de ce nom. En 1084, Gautier et sa femme Bulgrade fondent le prieuré de Saint Innocent sur le lac du Bourget. On retrouve Bompair, fils de Gautier, dans un acte concernant l’abbaye d’Aulps, peu avant 1113, puis Willelme, chevalier en 1149, Berlion en 1173, Girard en 1225, Gautier en 1287, etc… La première mention du château date du 12 janvier 1252, jour où la comtesse de Savoie achète tous les biens provenant de Bernard Farguil de Montfalcon. Dans son testament du 7 mai 1268, Pierre de Savoie donne à sa fille Béatrice ses biens du Genevois, sauf les droits à Seyssel et à Montfalcon. La terre et le château passent ensuite à ses nièces, filles de la comtesse de Provence, Aliénor, femme d’Henri III, roi d’Angleterre, et Marguerite, femme de Louis IX, roi de France. Mais elles déclarent le 19 juin 1275 que ces biens ont fait retour aux enfants de Thomas de Savoie, comte de Flandre.

ruines_montfalcon

Ainsi, la suzeraineté sur ce château semble avoir appartenu très tôt à la maison de Savoie. Dans l’accord entre les deux frères, le Comte Amédée et le Comte Louis, en 1286, ce dernier remet Montfalcon à Amédée. Pour compliquer le problème de la suzeraineté de ce château, nous voyons, en 1305, le Comte Amédée II de Genève en faire hommage lige à l’évêque de Genève Aimon du Quart. Comment lui était-il parvenu ? Guillaume III, comte de Genève, prête hommage de nouveau en 1313 à l’évêque Pierre de Faucigny, avec d’autres fiefs, pour ce château.

blason_dessin

Il y avait certainement une indivision pour la possession de ce fier car, en 1327, le dauphin de Viennois fait un accord avec Humbert de la Balme, chevalier, au sujet du château de Montfalcon et de sa juridiction, mais il s’agit ou bien d’un autre Montfalcon ou d’une des seigneuries dans le château. Les la Balle avaient en effet des biens à Montfalcon.

Pendant le début de la guerre féodale, l’évêque rapporte que Guillaume de Genève, en 1329, montant dans les Bornes, au lieu dit le « Bois Noir », vit au loin brûler à Montfalcon, le « rafour », soit le four à chaux, appartenant au comte de Savoie, incendie allumé par Hugues de Genève. Ceci se passait après la destruction du château de Genève et l’évêque déclare que le comte de Genève ne tenait pas à faire la guerre au comte de Savoie, car il s’était entendu avec lui au sujet de son château. À l’extinction des comtes de Genève et après l’acquisition du Genevois par Amédée VIII, Montfalcon revient entièrement à la maison de Savoie.

plan_blondel
Châteaux de l’ancien diocèse de Genève, Louis Blondel, 1956, Genève, société d’histoire et d’archéologie.

À côté de la suzeraineté comtale sur le château et son bourg, il existait plusieurs seigneuries dans ses murs. Leur histoire et leur succession forment un écheveau difficile à débrouiller. Cependant, nous voyons, et cela est prouvé par l’état des lieux, que, à côté du donjon comtal où siégeait le châtelain en A, il existait en B une tour qui, pour finir, est revenue aux Allinges, marquis de Coudrée. Cette tour était le centre de la seigneurie provenant des Montfalcon. Comme ailleurs, la famille originale avait conservé une maison forte à côté du château, siège du souverain. Les Montfalcon la possédaient déjà en 1236. Martin et Girard, frères, sont investis de ce fief en 1329, 1343 et 1346. En 1326, Aymon, damoiseau, vend des biens à Pierre de la Balme entre autres illud bastimentum, soit une construction fortifiée, laquelle devait être élevée derrière sa maison de Montfalcon.

Cet acte est approuvé par Pierre de la Ravoyre, Châtelain de Montfalcon, pour Pierre de Savoie, archevêque de Lyon et seigneur dudit Montfalcon. On voit donc que le château dans son ensemble était devenu un apanage dévolu à divers membres de la famille de Savoie. On retrouve dans la région, des Montfalcon avec des biens et maisons fortes jusqu’au XVIe siècle ; il n’est pas certain que toutes ces maisons étaient situées dans le château même. Le sommaire des fiefs indique que le baron de Montfalcon et Antoine, son frère instituent le duc Charles comme héritier en 1504. Aux Montfalcon succèdent les Mouxy qui avaient déjà une maison dans le château à la fin du XIVe siècle (1392). Les d’Orlier possédaient aussi un fief en 1344 et 1447 avec maison forte dans « les closures » du château et au « molard » de Montfalcon, mais il n’est pas certain que cela soit le même que celui des Mouxy. Le fief principal, semble t-il, est inféodé ensuite le 24 mai 1488 à Anselme de Miolans, seigneur de Montfort, comte de Montmayeur, en échange avec Cusy. Dès ce moment, il y eut des indivisions qui causèrent dans la suite d’interminables procès, car les Miolans auraient cédé en 1525 ce fief à Louis de Gallier, seigneur de Breyssieu, et n’auraient été remis en possession du château qu’en 1536, trouvant cependant « la porte de la tour close ». Ce qui est certain, c’est que Louis Odinet, baron de Montfort, comte de Montréal, fut investi de ce fief vendu par le duc le 24 avril 1566 (inféodations en 1566 et 1571). Par héritage, ce fief passa à Georges de Mouxy en 1583, puis, par Jeanne-Gasparine de Mouxy, à son mari Louis de Seyssel de la Chambre en 1629 et par Enriette de Seyssel à son mari Jacques d’Allinges, marquis de Coudrée en 1655. Le marquis Joseph d’Allinges consigne ce fief en 1753. Les dates varient suivant les auteurs, car il y a des différences considérables entre la date des inféodations et la consignation des fiefs. Cette seigneurie concerne la parcelle de la tour B et non de la tour comtale A qu’on appelait peut-être la « tour des prisonniers ». Pour la tour A, nous savons qu’au XVIIIe siècle elle appartenait à Guillaume-Joseph d’Oncieu, comte de Douvres, son grand-père François, au XVIIe siècle, avait déjà une maison-forte à Montfalcon ainsi que son oncle Rd. Adrien, mort en 1675, qui y possédait des rentes. Il nous semble probable qu’ils l’ont eue par les Mouxy et les Odinets et qu’au XVIe siècle, les ducs de Savoie ayant remis à ces familles cette seigneurie, celle-ci a été divisée en deux parties avec les deux tours distinctes. Il n’y a aucun renseignement sur la destruction du château et du bourg. Mais il est vraisemblable que cette destruction a eu lieu au XVIIe siècle par les armées françaises. Près du Château il y avait une chapelle dédiée à Saint-Antoine.
Montfalcon dépendait d’Albens au point de vue paroissial, la Biolle n’étant qu’une filiale d’Albens.

L’enceinte générale, très visible et haute de plusieurs mètres à l’est, est reconnaissable sur tout le pourtour, sauf une partie au nord. Elle dessine un polygone irrégulier suivant le haut des déclivités de ce mamelon, de forme ovalaire. Les pentes ne sont rapides qu’à l’ouest, point culminant de la position. On distingue bien une tour ronde, face à Albens, avec la trace des fossés. L’entrée est au haut du chemin venant du hameau de Montfalcon, dans l’angle méridional, mais la porte a disparu. Il y avait deux divisions dans la partie basse, le bourg, plus exactement le plain-château, car on ne parle jamais de bourg, et dans la partie haute, l’enclos du château, comprenant le donjon, avec le logis comtal « A », et l’ancienne tour des Montfalcon en « B ». En haut de la position, il existait encore une tour « C » qui peut être inféodée à une famille seigneuriale. L’entrée du château avait lieu par un passage au nord du donjon.

La grande tour A ou donjon, en partie conservée, sauf une large brèche au levant, présente une construction importante avec deux étages sur rez-de-chaussée. Ses dimensions sont de 11,10 m sur 11,10 m. Ses murs montrent de nombreuses réfections, avec parements en molasse à partir du second étage. Ce revêtement n’a été effectué qu’aux faces extérieures, excepté au couchant, du côté du logis, maintenant détruit. Les assiettes inférieures en appareil petit à moyen, de 0,15 m à 0,30 m, sont de tradition romane, de la fin du XIIe siècle, plus probablement du début du XIIIe siècle. On remarque au sud une fenêtre en plein cintre. À l’angle nord-ouest, il y avait une très petite tourelle en saillie, sans doute pour une échelle ; aucune voûte, les étages reposant sur des planchers.

inscription

On a trouvé des inscriptions romaines et des pierres antiques réemployées, elles proviennent certainement d’Albens.

La tour B des seigneurs devait être moins importante, environ 8 mètres sur 10 mètres ; il n’en reste que quelques murs. On distingue mal le plan de la tour « C » effondrée et couverte de végétations. Avec le bourg contenant des maisons seigneuriales, le donjon comtal s’élevant au centre, ce château de Montfalcon devait avoir un aspect important.

Article initialement paru dans Kronos N° 1, 1986