Archives du mot-clé 1ere guerre mondiale

Le retour d’une infirmière de la Grande Guerre

Lorsqu’au milieu du flot des soldats démobilisés, l’infirmière major Clémence Brunet revient à Albens en 1919, il est vraisemblable que peu de gens sont alors en mesure d’imaginer le périple insensé que cette fille de commerçant du village a effectué durant les quatre ans de guerre européenne.
Certains ont alors possiblement en mémoire le court article paru deux ans auparavant dans le « Journal du Commerce » relatant son parcours de guerre sous le titre éloquent « Une infirmière deux fois citée à l’ordre de l’armée ». Les fidèles du journal pouvaient y lire ceci « Nous apprenons avec plaisir que la fille aînée de M. Joseph Brunet négociant à Albens, vient d’être l’objet de deux citations pour sa courageuse conduite : Mlle Clémence Brunet, infirmière major de l’Union des Femmes de France, débuta en 1914 en Belgique, à Bruxelles. La ruée teutonne l’obligea à se replier avec nos troupes ; elle soigna nos blessés à Epernay, Nancy etc…et fut désignée pour faire partie de la Mission militaire française en Roumanie, où elle reçoit la médaille d’honneur des épidémies le 14 avril 1917…Mlle Brunet est actuellement sur le front italien. Toutes nos félicitations à cette courageuse Femme de France ».
Clémence Brunet est une de ces figures féminines emblématiques de la Grande Guerre, l’ange blanc comme on surnomme alors les infirmières. Ces dernières côtoient dans l’imagerie de l’époque trois autres types de femmes, la munitionnette travaillant dans les usines d’armement, la marraine de guerre qui soutient le moral des soldats sans famille et enfin la douloureuse figure de la veuve murée dans son malheur sous ses voiles noirs.
Grâce aux archives que la famille Brunet a mis à notre disposition nous pouvons voir Clémence, en tenue d’infirmière, photographiée sans doute lors d’un de ses retours à Albens en 1916.

Clémence Brunet
Clémence Brunet

Cette femme de 31 ans est alors une infirmière confirmée qui a débuté dans le métier bien loin de son albanais natal en 1911 au Maroc à l’hôpital Saint-Martin de Casablanca. Elle a quitté son statut d’infirmière professionnelle dès août 1914 pour effectuer un service bénévole pendant toute la durée de la guerre. C’est à ce moment là qu’elle incorpore l’Union des Femmes de France, une des trois sociétés de la Croix rouge française, la plus populaire. Elle se démarque ainsi de la SSBM (Société de Secours aux Blessés Militaires) et surtout de l’aristocratique ADF (Association des Dames de France).
Son parcours d’infirmière de guerre va d’abord la conduire de 1914 à 1916 dans de nombreux hôpitaux du front occidental (Bruxelles, Lille, Nancy, Compiègne) où elle soigne la plupart du temps les contagieux. Partout on relève son zèle et son dévouement.
Est-ce ces qualités ou sa capacité à se retrouver à la tête d’unités de 80 à 100 lits qui la qualifie pour partir en Roumanie avec la Mission militaire française en octobre 1916.
Pourquoi un départ si loin de la France et que va faire cette mission en Roumanie ? Ce pays qui vient de rentrer en guerre à nos côtés se trouve aux prises avec les armées des empires centraux (Autriche-Hongrie et Allemagne). La mission française va apporter à l’armée roumaine une aide logistique indispensable d’autant plus indispensable que la Roumanie voit son front enfoncé. C’est au cours de cet épisode dramatique que Clémence Brunet va faire preuve d’un remarquable courage dont nous avons un aperçu à la lecture de la citation qui accompagne sa médaille d’honneur des épidémies en avril 1917 « A fait preuve d’un grand dévouement et d’une complète abnégation dans les différents services des hôpitaux de Bucarest, Braïla, Galatz et Jassy, où elle a été affectée. S’est particulièrement distinguée en prodiguant ses soins aux malades atteints de typhus exanthématique pendant l’épidémie qui a sévi à Jassy en février-avril 1917 ».
Le récit de son séjour effroyablement dangereux à Jassy mérite un plus long développement que nous nous proposons d’aborder une autre fois. Il suffit de savoir qu’elle ne quitte ce lieu qu’à la dernière extrémité pour partir terminer son service d’infirmière de guerre sur le front italien. Elle est envoyée en septembre 1917 à l’hôpital français de Livourne où elle va assurer le service de la salle d’opération et de pansements avec une compétence absolue, un dévouement de tous les instants toujours prête à rendre service et à seconder ses collègues. En 1919, elle est toujours en Italie et s’occupe d’une unité de 80 lits pour soigner les malades atteints de la grippe, la fameuse grippe espagnole qui allait faire plus de 274 000 morts dans la péninsule et toucher un italien sur sept. Le directeur de l’hôpital la voit partir à regret, appelée « chez elle par des raisons impérieuses ». De retour en Savoie, on la retrouve très vite en activité dans un hôpital temporaire n°103 de Chambéry où elle dirige une unité d’une centaine de lits.
Cette « courageuse Femme de France » comme on la nomme dans l’article du « Journal du Commerce » de février 1918 fait partie de l’immense cohorte des oubliées de l’histoire que sont les femmes de la Grande Guerre.
Clémence Brunet avait reçu de nombreuses médailles attestant de son courage et de son dévouement, un siècle plus tard on peut penser qu’il lui manque peut-être une dernière distinction, celle de voir une rue de son village natal porter son nom.

Jean-Louis Hébrard

Commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918

Kronos participera le dimanche 11 novembre 2018 à la commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

9h : messe à l’église d’Albens
10h15 : évocation de l’Armistice du 11 novembre 1918 au Mémorial des Combattants, par Jean-Louis Hebrard, avec la participation des élèves des écoles d’Entrelacs et de La Biolle, et du collège Jacques Prévert
10h45 : Cérémonie commémorative au Mémorial des Combattants

De plus, une exposition des œuvres réalisées par les élèves sera présente au centre administratif René Gay.

Affiche Armistice 11 nov 2018

La fête des conscrits – classe 1917

Avec la création de la conscription est apparue un peu partout en France une tradition durant laquelle les jeunes gens de chaque commune se réunissaient et faisaient la fête avant de partir à l’armée.
Les conscrits entamaient d’abord un tour de ville au cours duquel une halte s’imposait dans chaque café rencontré. Un repas copieux et bien arrosé les réunissait au milieu de la journée ; il se prolongeait tard dans l’après-midi avant que ne soit réalisée la traditionnelle photographie.
Dans la cour du café où ils sont réunis nous les voyons groupés autour du drapeau tricolore. Seule une partie de celui-ci est visible mais on lit bien la fin des inscriptions qu’ils ont fait broder : « vingt ans – 1917 – Albens ». Pas de doute, tous sont nés en 1897 ; les archives en ligne permettent aujourd’hui de retrouver les noms de ceux qui naquirent cette année là et dont un certain nombre devrait se retrouver ici photographiés.

ConscritsAlbens1917
Photo des conscrits d’Albens en 1917

Le photographe a disposé ces vingt jeunes hommes de telle façon que tous soient identifiables. Le cliché sera tiré en carte postale pour être envoyé à la famille et aux amis. On lit au dos de celui-ci : « Chère cousine, je t’envoie la photo de ma classe afin de ne pas perdre de vue les différentes figures des garçons d’Albens ». On aimerait connaître l’auteur de ce cliché. Tout au plus trouve-t-on imprimé au verso de la carte cette indication : « R. Guillemot, Boespflug et Cie, Paris ». Appel est lancé à tous ceux qui pourraient fournir des informations.
Ces conscrits ont pris la précaution d’acheter durant les semaines précédentes toutes leurs décorations, rubans, cocardes, pancartes et chapeaux dont ils sont parés. Ils ont dû les trouver dans les magasins d’Albens (établissements Jacquet ou Montillet) à moins qu’ils n’aient fait affaire auprès d’un de ces nombreux colporteurs présents sur place le jour du conseil de révision. Ainsi décorés, ils s’affirment les successeurs des jeunes gens de la classe 1916 qui leurs ont remis le « crochon », symbole d’une sorte de « passation de pouvoir ».
Par ces cocardes, rubans et drapeau ils signifient leur engagement patriotique, celui d’une classe pour laquelle la Grande guerre n’est pas finie, nous situant au moment de la grande bataille de la Somme puis des offensives de 1918. Mais ils arborent aussi de nombreux « bon pour le service » qu’ils portent fièrement au revers du veston. Par ces pancartes ils affichent comme un brevet de masculinité à destination des jeunes filles de leur classe. Ne disait-on pas alors :  « bon pour le service, bon pour les filles » !
Ces dernières vont s’organiser durant les semaines qui suivront pour, à tour de rôle, les régaler tous d’un bon repas qu’elles auront préparé à leur intention.
Ainsi se soudent alors des relations de « classard-classarde » qui dureront toute une existence à condition qu’ils surmontent l’épreuve du feu qui les attend tous.

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

La réquisition des chevaux

Dans la France rurale d’avant 1914-1918, le cheval est alors un animal indispensable, propre à toutes sortes de travaux.
D’après la « Statistique des animaux en Savoie » le nombre de chevaux ne cesse de progresser entre 1860 et 1913 passant d’environ 2000 à plus de 3500 à la veille du conflit.
Voyez cette carte postale présentant les établissements Picon à Saint-Félix. Le photographe a placé au centre de son cliché une belle automobile mais a fixé par ailleurs la domination de la traction hippomobile. Parmi les nombreux employés de l’usine on remarque la présence de cinq charrettes et de six chevaux que l’on emploie entre autre pour le transport de la production vers la gare d’Albens. Une charrette lourdement chargée va sans doute acheminer jusqu’au chemin de fer une partie des 1500 fromages que l’entreprise expédie chaque année à destination des grandes villes.

CartePostalePicon
Carte postale de la fromagerie Picon, Saint-Félix

L’importance du cheval pour la société de l’époque est aussi mise en évidence par les lectures que les maîtres d’école proposent à leurs élèves. Les enfants du cours moyen sont invités dans une d’elles à « traiter le cheval avec bonté » au regard des nombreux services qu’il rend à tous. À la campagne, lit-on, où « le cultivateur l’associe à ses opérations culturales », en ville où on « l’utilise pour traîner les pesants fardiers, les lourds omnibus » et à l’armée qui l’emploie pour « rouler les pièces d’artillerie ». Cette dernière a en effet d’énormes besoins d’autant plus importants quand on sait qu’une batterie d’artillerie nécessite 225 chevaux et que la cavalerie compte alors 89 régiments. C’est pourquoi la réquisition des chevaux avait été prévue de longue date. La loi de juillet 1877 qui l’organisait avait permis la mise en place des dispositifs nécessaires pour que l’armée puisse se mettre rapidement en ordre de bataille. Tous les propriétaires de chevaux, juments, mulets et mules devaient en faire déclaration en mairie. Une commission se déplaçant chaque année dans la moitié des communes de Savoie permettait de connaître les effectifs équestres à mobiliser.
C’est ce qui va se passer en août 1914 ; l’usine Picon et les autres entreprises vont désormais avoir plus de mal pour acheminer leurs productions, les nombreux cultivateurs devoir se passer de leur « compagnon de labours ».
Madame Clochet enregistrée par Kronos en 1990 se souvenait bien de la pénibilité des travaux à la ferme, leur « unique cheval » ayant été réquisitionné par l’armée dès le mois d’août 1914.

Jean-Louis Hébrard
Article initialement dans l’Hebdo des Savoie

La « rumeur du monde » dans l’Albanais de 1914

L’aggravation de la tension qui règne en Europe depuis l’attentat de Sarajevo (28 juin 1914) aurait dû alerter l’opinion publique d’Aix-les-Bains, Rumilly ou Annecy dès la fin du mois de juillet. Mais comme pour le monde rural, la mobilisation constitue pour la population des villes une surprise totale.
Jusqu’au dernier moment, les paysans occupés aux travaux de la moisson refusent d’envisager l’hypothèse de la guerre. À Saint-Félix beaucoup comptaient « que les choses s’arrangeraient ». Comment les hommes et les femmes de 1914 étaient-ils informés de la « rumeur du monde » ?

La presse et les cafés jouent un grand rôle mais on ne doit pas négliger les lieux de rassemblement et d’échanges que constituent la messe dominicale, les marchés, les fruitières ni un tout nouveau média, le cinématographe. Ce dernier semble faire son apparition à Albens en 1911 puisque l’on sait par le registre de délibération du conseil municipal que ce dernier répond positivement à une demande de « location de la grande salle de la mairie pour représentation de cinématographie, deux fois par semaine pendant la période hivernale ».
Si le cinéma ouvre sur le monde, n’imaginons pas qu’il soit déjà un vecteur d’information puissant. On doit plus sûrement se tourner vers la presse et les cafés.

Hebdomadaire de grand format (42 x 62 cm), imprimé sur huit pages, le « Journal du commerce » est alors bien lu dans tout l’Albanais. Comme beaucoup d’autres titres publiés dans les Savoie il s’intéresse en priorité aux questions d’ordre économique et d’intérêt général. L’organisation de sa première page, sans grand titre ni illustration, ne facilite pas la mise en relief des évènements. Les affaires internationales doivent être recherchées en page deux car ce journal privilégie les « nouvelles savoisiennes », la vulgarisation agricole et les informations pratiques : mercuriales, annonces commerciales et judiciaires, horaires du chemin de fer.
La presse aixoise tout comme le « Journal du commerce » ne semble pas avoir perçu l’imminence de la guerre. L’éditorialiste de « l’Avenir d’Aix-les-Bains » écrit encore le 1er août que « malgré la précipitation avec laquelle les bruits plus ou moins alarmants se sont succédés depuis samedi dernier, la saison continue à être de plus en plus suivie ». On le voit, si l’idée de guerre est présente dans les journaux, tout est fait pour en faire une hypothèse lointaine. Les nombreux autres titres de la presse aixoise sont à l’unisson ; ils s’intéressent en priorité à la vie de la station, à la venue des têtes couronnées, aux plaisirs du lac (régates, promenades en bateau, excursions diverses…).
Diffusé largement de Saint-Gingolph à Albens et de Seyssel à Bonneville, le « Journal du commerce » tire à 3000 exemplaires environ qu’un bon nombre de ses abonnés reçoivent chaque semaine par la poste. Son influence ne se limite pas à son seul tirage quand on sait le pouvoir de relais d’opinion que constituent alors les cafés et les bistrots. Il en existe une quarantaine dans le canton d’Albens en 1914 pouvant fournir potentiellement 1300 à 1800 lecteurs à l’image de ceux qui fréquentent le « café du chemin de fer » à Albens ou ceux du « café de la poste » à Saint-Félix.
Les fruitières sont aussi des lieux d’échanges dont on peut repérer l’importance à travers quelques faits divers. Ainsi ces automobilistes qui se plaignent dans les colonnes du « Journal du commerce » du comportement des cultivateurs qui « chaque soir à l’intersection des routes de Rumilly, Saint-Félix et la Chambotte… venant livrer le lait, tiennent des conciliabules, obstruant complètement la chaussée ».
On parle des affaires locales, du prix des denrées et peut-être du résultat des dernières élections législatives qui ont eu lieu ce printemps mais il ne semble pas que l’imminence du conflit soit bien perçue de tous.
Ce n’est pas étonnant quand on sait que « La croix de Savoie » ne voyait dans l’assassinat de Sarajevo qu’un drame familial (numéro du 5 juillet 1914) et que le 1er août « le Démocrate savoisien » écrivait encore « tous espèrent que la raison triomphera ».
On peut y voir l’influence des autorités ne voulant pas affoler les populations mais également une sorte d’aveuglement en symbiose avec le manque d’intérêt des populations pour les questions extérieures.
Comme à pu l’écrire Antoine Borrel : « personne n’y croyait ».

AvenirdAix
Avenir d’Aix-les-Bains, du 4 janvier 1908

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Le conseil de révision de 1909

Au printemps se tient dans chaque chef-lieu de canton le conseil de révision qui va déterminer l’aptitude militaire des jeunes gens et étudier les demandes de dispense. La date est fixée par une loi, à charge du préfet de la faire appliquer. Une décision préfectorale organise le conseil de révision et plus particulièrement son parcours dans le département. L’itinéraire se fait suivant des dates précises valables pour toute la France, entre le 3 février et le 3 juin pour l’année 1910, du 8 mars au 27 mai pour l’année précédente.
« Les jeunes gens inscrits sur la liste de recensement de la classe 1908 dans le département de la Savoie » lit-on dans le Recueil des actes administratifs de la préfecture « sont tenus de comparaître en personne devant le conseil de révision… conformément à l’itinéraire ci-après ».

ConseilDeRevision
Itinéraire du conseil de révision 1910

Un peu plus de 3000 conseils de révision passent chaque année en revue entre 210 et 220 000 recrues dans la France d’avant 1914. En Savoie ce sont plus de 2100 jeunes hommes qui vont être examinés par les membres des conseils de révision pour l’année 1909. Pour le canton d’Albens, 55 conscrits de la classe 1908 sont convoqués à la mairie du chef-lieu le samedi 20 mars à 11h15 précise du matin.

C’est un moment important dans la vie du canton. Selon un rituel bien établi, le conseil est arrivé tôt, escorté par les gendarmes, pour s’installer dans la grande salle de la mairie. Autour du préfet il y a quelques militaires ainsi que le médecin qui fera passer « l’épreuve physique » aux futures recrues. Tous siègent en grande tenue et portent leurs insignes distinctifs. La séance est publique, le maire et les conseillers municipaux d’Albens assistent à la réunion en présence des familles des conscrits. Ces derniers sont partis très tôt de leurs communes respectives accompagnés par le maire qui a ceint pour l’occasion l’écharpe tricolore.
Ils sont quinze d’Albens à se présenter, deux pour Ansigny, treize de La Biolle ; onze viennent de Saint-Germain et trois de Cessens. Les sept jeunes de Saint-Girod sont déjà arrivés à Albens quand les quatre conscrits de Saint-Ours, les trois d’Epersy auxquels se sont adjoints les quatre de Mognard parviennent à l’heure au chef-lieu.

CartePostaleAlbens
Carte postale d’Albens

Les jeunes gens vont être appelés dans l’ordre du tableau de recensement, c’est-à-dire en commençant par ceux qui sont nés en janvier 1888 jusqu’à ceux nés en décembre. Depuis la loi de 1905, le conseil de révision juge les aptitudes physiques des recrues ; les garçons passent nus devant le médecin qui vérifier leur taille ainsi que leurs particularités physiques avant de les classer dans une des quatre catégories prévues par la loi : bon pour le service (catégories 1 et 2), ajournement, exemption (catégories 3 et 4). Au passage sont enregistrés leur profession ainsi que le degré d’instruction générale (cinq degrés peuvent être repérés). La classe 1908 ne présente aucune recrue « ne sachant ni lire ni écrire » ; seize sont inscrites en catégorie « sait lire et écrire » et trente-six possèdent une instruction primaire plus développée. Cette année là un conscrit se signale comme ayant « obtenu le brevet de l’enseignement primaire ». Il se déclare étudiant et va obtenir un sursis pour les années 1909 à 1911. Incorporé en 1912, il deviendra caporal puis sergent avant de périr au front lors des offensives de 1914.
Comme on le voit, plus de 68% de cette classe d’âge possède un niveau d’instruction conforme aux objectifs visés par l’école de république.

Le conseil terminé, c’est la fête pour les jeunes gens reconnus « bon pour le service ». Ils se répandent dans les rues du chef-lieu arborant cocardes, rubans, chapeaux, avant de se faire photographier. Un recalé pour cas de maladie ne participera pas aux réjouissances cette année là, n’ayant pas satisfait aux exigences de ce « rite de passage ».
Les « bons pour le service » attendront encore quelques mois avant de recevoir leur affectation, les incorporations s’effectuant à l’automne.

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Faire son service militaire

Passés devant le conseil de révision au printemps, les conscrits sont appelés à rejoindre leur affectation à l’automne de la même année.
Il y a quelque temps que la récolte de céréales a été rentrée, les pommes de terre stockées, on se prépare à broyer les pommes pour le cidre lorsque Jean-Claude D. quitte Saint-Ours le 9 octobre 1911 pour rejoindre le 30ème RI à Rumilly.
Sur l’autre versant du canton, Alexandre F. s’apprête à en faire de même. Déjà les forêts de Saint-Germain ont revêtu leur parure multicolore, le raisin a été récolté dans les vignes de Challières, Alexandre fait mentalement le chemin qui va le conduire demain 10 octobre de sa ferme jusqu’à la caserne Curial à Chambéry pour être incorporé au 97ème régiment d’infanterie.

Comme eux, la moitié des conscrits de 1910 sont affectés dans les garnisons des Alpes, de Thonon à Bourg-Saint-Maurice et Briançon. Ils serviront dans l’infanterie alpine, l’artillerie de montagne ou le génie. Rien de surprenant à cela, la frontière avec l’Italie doit être protégée car notre voisin immédiat est membre de la Triplice depuis 1882 date à laquelle il s’est rapproché des empires centraux, Allemagne et Autriche-Hongrie.

CartePostaleChasseursAlpins
Carte postale illustrant un bataillon de chasseurs alpins

Formés durant deux ans, nos jeunes recrues participent aux manœuvres alpines qui se déroulent chaque été de la Tarentaise jusqu’au Briançonnais et au Queyras. « Toutes les batteries alpines – lit-on alors dans le Journal du Commerce – quitteront leurs garnisons début juillet. Dès leur arrivée dans leurs secteurs elles exécuteront des tirs réels de quatre jours, dans les hautes vallées ou montagnes, en présence de leur bataillon de chasseurs respectifs ».
Ceux qui ne sont pas envoyés défendre au plus près la frontière alpine se retrouvent dans les garnisons de Grenoble, Lyon et au camp de Sathonay.

CartePostaleSathonay
Carte postale du camp de Sathonay

Situé sur un vaste plateau au nord de Lyon, le camp de Sathonay est équipé pour accueillir 8000 hommes et 400 chevaux. Création du Second empire, au départ simple camp de toile, il s’est peu à peu transformé en une installation moderne avec baraquements en dur, approvisionnement en eau, poudrière, champ de tir, protection fortifiée et liaison ferroviaire avec le réseau national. Depuis 1901, les régiments de zouaves d’Afrique du nord envoient ici un bataillon, en particulier le 2ème zouaves d’Oran et le 3ème zouaves de Constantine. Ces régiments de Sathonay recrutent leurs effectifs dans tous les cantons de la métropole, c’est ainsi que trois conscrits d’Albens se retrouvent affectés au 3ème zouaves par le conseil de révision de 1911. Un beau matin du 11 octobre, partis de la gare d’Albens par le train de 4h46, ils se présentent donc aux portes du camp dans la matinée.
Jean-Claude G. d’Albens, François G. de Cessens et Georges Marcel G. de Mognard ne vont pas tarder à se familiariser avec l’uniforme si particulier qu’ils vont porter durant deux ans. Copié de la tenue des Kabiles d’Algérie, il se compose d’une chéchia comme couvre-chef, d’une veste courte et ajustée sans boutons, d’une large ceinture, de culottes bouffantes, de guêtres et de jambières. Dans toutes ces pièces vestimentaires c’est sans doute la ceinture de toile longue de trois mètres qui dû poser le plus de difficultés à nos jeunes recrues albanaises et les conduire à s’entraider pour pouvoir l’enrouler rapidement autour de sa taille.
Leur période d’instruction achevée ils partiront servir en Tunisie – alors protectorat français – de mai 1912 jusqu’au début de l’année 1913. On peut imaginer tout ce qu’ils eurent à raconter au retour dans leurs foyers respectifs le 8 novembre 1913.
Si l’un de vos ancêtres a lui aussi servi dans les troupes coloniales durant la Grande Guerre, vous pouvez nous en faire part en contactant l’association Kronos.

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Les enfants avant 1914 – Courage, petit Jacques ! fais ton devoir !

CartePostaleLaBiolle
Elèves regroupés autour du maître d’école à Saint-Germain ou Ansigny, garçons de la classe 1912-1913 et groupe de filles disposé devant la fruitière à La Biolle par le photographe L. Grimal, nous ne manquons pas d’image du très nombreux peuple des enfants.

Dans le monde d’avant 1914, l’enfant unique n’est pas l’idéal familial qu’il deviendra par la suite. Qu’il naisse dans une famille de cultivateur si nombreuse dans le canton ou chez divers artisans et commerçants du bourg d’Albens, l’enfant semble alors le « bienvenu ». L’étude du recensement de 1911, le dernier effectué avant la Grande guerre, laisse bien percevoir l’importance des familles dans lesquelles les fratries de 3 à 6 enfants se rencontrent souvent. N’oublions pas que l’absence de contraception, le discours moral ou religieux ambiant, l’économie avide de bras peuvent être avancés comme autant d’éléments explicatifs.
Tous ces enfants sont alors éduqués dans la « religion du devoir ». Voici un livre de lecture expliquée destiné aux cours moyens. Il s’ouvre par un texte intitulé « Le devoir » ; Jacques travaille courageusement à bêcher son jardinet quand, à cause de la chaleur, il décide de faire une pause et s’endort. Soudain il se réveille, se lève d’un bond, car il vient de se souvenir qu’il a promis à son père de tout terminer avant la nuit. Il se remet aussitôt au travail car, lit-on en conclusion :  « notre petit homme veut tenir sa promesse ».

La rédaction proposée en complément demande de « raconter un fait prouvant que vous avez tenu une promesse faite à votre instituteur ».
Devoir vis-à-vis de son père, de son instituteur prépare l’enfant à un devoir supérieur, celui qu’il doit à la patrie.
« Devoir et Patrie », tel est le sous titre d’un livre très apprécié à l’époque : « La Tour de France par deux enfants ». Comme annoncé dans l’avant-propos, le livre se veut un hymne à la patrie. Faisant l’éloge des ressources nationales après la défaite contre l’Allemagne, il établit la base de la « Revanche ».

PlancheEpinalPetiteGuerre

Voyez aussi cette planche d’images d’Epinal intitulée « La petite guerre ». On y voit un groupe d’enfants costumés en soldats, pantalon rouge et veste bleue, repoussant hardiment l’ennemi « prussien ».
Les jeunes « poilus » de 1914 auront tous joué à la petite guerre et appris à lire dans « Le Tour de France par deux enfants ».

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

1914 – Préparer les esprits

Cela fait quarante quatre ans que la Savoie et la France gardent le souvenir de ce que Victor Hugo nomma « L’année terrible », c’est-à-dire la guerre de 1870/1871, la défaite face à l’Allemagne, la perte de l’Alsace et de la Lorraine.
Dans de nombreuses communes un monument aux morts rappelle ce douloureux épisode de l’histoire nationale.
La Biolle est l’une d’elles. Le premier cadastre français dressé en 1907 (consultable en ligne sur le site des Archives départementales de la Savoie) permet d’en localiser l’emplacement, au sud de l’église et du cimetière, à proximité de la fontaine publique que surmonte un buste de Marianne. On ignore malheureusement l’aspect qu’il devait avoir.
Les anciennes d’Albens se souvenaient encore en 1914 du temps où, en novembre 1870, le tambour communal avait été mis à disposition de la compagnie des Gardes nationaux mobilisés pour la défense du territoire. Elles pouvaient raconter aux plus jeunes comment, en février 1871, en pleine guerre, Albens s’étant vidé de ses hommes, les chevaux de la commune ayant été vendus au gouvernement, elles s’étaient retrouvées dans l’impossibilité d’acquitter les prestations réclamées par le préfet de Savoie.
Bien d’autres canaux étaient sollicités pour préparer les jeunes esprits à une probable confrontation avec l’Allemagne. Les exercices de « Lecture courante » enseignent aux enfants des écoles du canton les devoirs qu’ils auront plus tard à remplir envers la société et la patrie. L’un d’eux, intitulé « La discrétion pendant la guerre » est très significatif : il héroïse une jeune paysanne des environs de Metz qui, interrogée par des cavaliers allemands à la recherche d’un régiment français, se tait jusqu’au sacrifice ultime. « Je suis Française, dit-elle, et ce n’est pas à moi de dire ce qui peut perdre les Français ».
Les hommes iront au front, les femmes tiendront à l’arrière !
Des ouvrages pour la jeunesse relaient ce discours en dehors de l’école comme ces contes patriotiques publiés par la « Librairie des enfants sages » ; ils mettent en avant le courage, l’obéissance, l’abnégation et le sacrifice.
Ainsi n’est-il pas étonnant de lire dans cette lettre d’avril 1913 invitant les membres d’une amicale patriotique à son banquet, cette envolée finale :  « Nos enfants nous ressemblent ; s’il le faut, ils verseront la dernière goutte de leur sang, encouragés par leurs héroïques mères, pour la défense de notre riche sol, de notre grande patrie : la France, de notre petite patrie : la ravissante Savoie ! Ils sont patriotes comme nous ».
Comment peut-on aujourd’hui se représenter ce « consentement au sacrifice » que les habitants de nos communes allaient accepter dès août 1914 ?

CartePostaleGuerre
Carte postale expédiée à Mognard en 1914

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Louis Perroud raconte la « Grande Guerre »

L’histoire ne s’écrit pas toujours avec le grand H, majestueux et tutélaire, mais souvent avec le petit h anonyme d’un homme simple et inconnu.
Kronos se fait donc un devoir d’aller à la rencontre de ces hommes et de ces femmes que les livres savants ignoreront jusqu’à la fin des temps, ces « Gens » qui par leur expérience à dimension humaine, témoignent directement et concrètement de ce siècle au visage de Janus. C’est un appel aux souvenirs, ces vestiges enfouis dans des têtes chenues, pour qu’ils revivent et nourrissent les générations actuelles et futures d’une substantifique moelle qui ne soit pas nappée d’une sauce passéiste mais présentée sur le plateau de notre conscience collective.

Nous inaugurons cette rubrique par un évènement qui s’éloigne inexorablement dans le temps sans jamais estomper sa présence qui nous interpelle sans cesse et sans ménagement : LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE qui devait être la « DER DES DER ».

De ce conflit sans réels vainqueurs surgit un Mémorial dédié à la folie suicidaire, et sur lequel s’inscrivent en lettres sanglantes, les vies brisées d’un million trois cent mille soldats de notre pays, dont 675 000 périrent au front et 225 000 en captivité. Une France devenue exsangue avec la perte du sixième de ses hommes âgés de 20 à 45 ans ; une France au corps social meurtri ayant la charge d’un million d’invalides et de blessés.

La Savoie n’échappa point au jeu de massacre, sacrifiant 9 000 de ses enfants pour une population de 237 000 âmes (soit 4 %).

Quant à Albens, le monument aux morts, érigé au centre du cimetière, livre son funèbre « palmarès ». De cet enfer inventé par la race humaine, des Albanais revinrent. L’un des derniers survivants, Louis Perroud, 88 ans, du hameau d’Orly se souvient et raconte.

(Une interview de Fabienne Gonnet pendant l’année scolaire 1982-83. Présentation et mise en page réalisées par Alain Paget).

Un Albanais en Alsace

Kronos : À quel âge avez-vous été incorporé et dans quelle arme ?
Louis Perroud : À dix-huit ans et demi. J’ai été appelé au 30è régiment d’infanterie d’Annecy.

Kronos : Quand la guerre a-t-elle véritablement commencé pour vous ?
Louis Perroud : En Alsace, avec le 97è dans lequel je fus versé. Très précisément le 3 novembre 1916 quand nous sommes montés en première ligne.

Kronos : Dans les tranchées ?
Louis Perroud : Et oui, dans les fameuses tranchées que l’on occupait pendant un mois, sans « déséquiper », sans même poser une seule fois les souliers, sans se changer bien sûr.

Kronos : Pouvez-vous nous décrire la vie du « Poilu » dans ces boyaux de la mort ?
Louis Perroud : Le soir, on doublait les postes. Le matin, à sept heures, on les dédoublait. L’un des hommes restait au poste pendant que son camarade allait remplir des sacs de terre pour reconstruire les tranchées abimées pendant la nuit. Nous prenions la garde toutes les quatre heures ; quatre heures de garde suivies de quatre heures de repos.

Kronos : Quand retourniez-vous à l’arrière ?
Louis Perroud : On descendait au « pot » huit jours dont deux jours réservés au seul nettoyage après un mois complet sans se changer et sans se laver ! Par la suite, tous les matins, nous effectuions l’exercice. L’après-midi se succédaient différentes corvées : par exemple, nous mentions les chevaux de frise pour réparer les réseaux de fils de fer barbelés arrachés par le canonnage adverse.

Kronos : Avez-vous souffert de la faim ?
Louis Perroud : Le ravitaillement s’opérait deux fois par jour. Une soupe à 10 heures, une seconde à 16 heures. Des hommes d’équipes devaient aller les chercher à trois kilomètres de notre campement. Aux soupes, s’ajoutaient de la viande, des légumes, des pâtes ainsi que des sardines au casse-croûte du matin.

Kronos : Votre campement ?
Louis Perroud : Un abri formé de quatre planches et d’un grillage. Deux couchettes superposées, et pour « oreiller », le casque et le sac.

Kronos : Et sous quelle température ?
Louis Perroud : Durant l’hiver 16-17, le thermomètre est descendu à moins 24°.

Kronos : Quelques divertissements ?
Louis Perroud : Quelques fois, nous jouions aux cartes dans les « cagnas » quand nous n’étions pas de garde.

Les opérations militaires

Kronos : Le combat contre les Allemands ?
Louis Perroud : Le secteur était assez calme et donc le moral pas trop mauvais. La guerre des tranchées a duré jusqu’en 18 avec des coups de mains pour savoir ce qu’il y avait devant nous ; les Allemands employaient la même stratégie, et cela sous un bombardement qui durait parfois 24 heures.

Kronos : À quelle distance étiez-vous des Allemands ?
Louis Perroud : À deux cents mètres.

Kronos : Décrivez-nous l’un de ces « coups de main ».
Louis Perroud : Des groupes se portaient volontaires pour effectuer ces sorties. Il fallait d’abord couper les barbelés pour libérer un passage. Le but de l’opération consistait à s’aventurer le plus près possible des lignes allemandes avec mission de capturer si possible un ennemi pour l’interroger.

Kronos : Revenons aux tranchées elles-mêmes.
Louis Perroud : Tous les dix mètres, existait un tournant qui permettait à ceux qui se trouvaient de l’autre côté de ne pas recevoir un déluge de bombes en cas de bombardements. Les tranchées démolies devaient être reconstruites avec les sacs de terre.

Kronos : Quelle parade contre la pluie ?
Louis Perroud : Grâce aux « canigoutis », des traverses surélevées, on échappait à la boue, qui sinon arrivait à la moitié des mollets.

Kronos : Vous étiez nombreux dans l’abri ?
Louis Perroud : Une section de seize hommes avec un sous-lieutenant, un sergent et un caporal.

Kronos : Vous avez passé combien de temps dans les tranchées ?
Louis Perroud : Deux ans sans arrêt, et heureusement sans blessures.

Kronos : Combien de mois aux avant-postes ?
Louis Perroud : Onze mois.

Du chemin des dames jusqu’en Belgique

Louis Perroud : En 17, les Allemands se sont repliés au mois de mars (1). Finies les tranchées ; on se battait à découvert. Jusqu’au mois de juillet, quand nous participâmes aux combats du « Chemin des Dames » (2), puis à Reims et sur la Marne, en tant que division d’attaque, on gardait les lignes un jour ou deux, puis les camions nous emmenaient ailleurs, pour d’autres attaques. Après l’attaque de Reims, nous sommes repartis pour la Belgique. En novembre 18, nous nous trouvions en Belgique.

Kronos : Quels souvenirs des batailles champenoises ?
Louis Perroud : Plutôt des mauvais. Nous avons passé de sales moments. Surtout au « Chemin des Dames » et à Reims. On a perdu des troupes et du matériel. Au « Chemin des Dames », nous n’étions pas nombreux en lignes. Nous étions installés sur une crête. Nous sommes restés un mois en ligne sans que personne ne nous relève. Nous allions à la soupe une fois par jour, et encore à minuit.
Nous fumions pour faire passer la faim. Une fois, dans l’Aisne, nous sommes restés quatre jours sans manger, le ravitaillement n’arrivant pas.
Pendant l’hiver 16-17, le pain gelait. Nous le faisions dégeler sur des braseros dans les abris.

Kronos : Vous avez survécu à ces conditions et au combat.
Louis Perroud : Avec beaucoup de chance. Dans notre section, sur les seize nous n’étions que deux à ne pas avoir été touchés.
Lors de l’attaque des Monts de Reims, au bout de huit jours, nous redescendions avec 75% de pertes.
Au Ravin de la Mort, ils transportaient les cadavres sur des camions, tellement ils étaient nombreux.

Kronos : Ensuite, ce fut la Belgique (3) ?
Louis Perroud : Oui, et là, le combat à découvert. On attaquait tous les jours sans répit. On possédait des tentes.

Kronos : Vous vous estimez réellement chanceux ?
Louis Perroud : Tous ceux qui ont combattu avec moi dans les tranchées sont morts aujourd’hui. J’étais un des plus jeunes. Du coin, ils étaient quelques uns d’Albens, mais aussi d’Épersy, de Mognard, de Grésy. J’ai avalé les gaz, mais je ne me plains pas puisque j’arrive à 88 ans.

Notes complémentaires tirées de l’encyclopédie Larousse.

1) Le repli allemand s’exécuta très précisément le 16 mars 1917 dans le cadre d’une stratégie nommée « ligne Hindenburg ». Cette ligne était constituée de l’ensemble des positions fortifiées dont l’état-major allemand décida la création en septembre 1916 pour économiser ses effectifs et consolider son occupation du Nord-est de la France.
Organisée en six mois, la ligne Hindenburg, articulée en profondeur sur trois positions successives, comprenait essentiellement :
a) La position Siegfried, passant à l’ouest de Lille, puis joignant Arras à Vailly-sur-l’Aisne par la Fère, en formant la corde du front passant par Péronne, Roye et Soissons.
b) Une deuxième position allant de l’Escaut à la Moselle et jalonnée par les lignes Hermann, Hunding, Brünhild, Kriemhild et Michel.
c) Plus en arrière, une troisième position, dite Anvers-Bruxelles-Meuse, dont la construction ne fut qu’amorcée.
Le repli du 16 Mars 1917 s’opère sur la ligne Siegfried, raccourcissant ainsi le front de 70 km. L’enlèvement de cette position fut, à partir du 26 septembre 1918, le principal objectif des offensives alliées en direction de Cambrai.

2) Le Chemin des Dames
a) situation géographique : route stratégique importante dans le département de l’Aisne, suivant sur une trentaine de kilomètres la crête entre l’Aisne et l’Ailette, depuis le fort de la Malmaison, à l’ouest duquel elle se sépare, non loin de Laffaux, de la route de Soissons à Laon, jusqu’au plateau de Californie, où elle rejoint, près de Corbeny, celle de Reims à Laon. La première bataille eut lieu dans la région située aujourd’hui entre les localités de Pontavert et de Berry-au-Bac (57 av. J.-C.). Jules César y vainquit les Gaulois. Construite au XVIIIè siècle sur l’emplacement de la voie romaine, la route moderne permettait aux « Dames de France », filles de Louis XV, de se rendre à Bouconville, au château de la Bove, chez leur dame d’honneur, la duchesse de Narbonne. Le chemin des Dames, à une altitude moyenne de 185 m traverse de nombreux lieux-dits qui illustrèrent les combats de 1814 et, surtout, ceux de la Première Guerre mondiale : fermes de l’Auberge de l’Ange gardien, de Vaurains, des Bovettes, Hurtebise ; plateaux de Craonne, de Vauclerc, des Casemates et de Californie, souvent percés de grottes, ou creutes.
b) Bataille de 1917. Le plan d’action, pour 1917, du nouveau généralissime Nivelle, comprenait essentiellement une bataille de rupture sur le Chemin des Dames, précédée d’une attaque de fixation en Artois et accompagnée d’une offensive sur les monts de Champagne. L’ensemble de ces opérations, prévues pour mars, fut retardé d’un mois par le repli allemand sur la ligne Hindenburg. L’attaque d’Artois, débouchant le 9 avril, précéda de sept jours l’offensive générale sur le front de l’Aisne, où les Allemands, utilisant habilement le terrain, s’étaient puissamment organisés de Vailly au plateau de Vauclerc. Les VIè (Mangin) et Vè (Mazel) armées françaises s’y épuisèrent en peu de jours. Malgré de faibles gains de terrain, notamment à Laffaux, à Hurtebise, sur le plateau de Craonne et à Berry-au-Bac, où les français employèrent pour la première fois les chars de combat, l’offensive dut être suspendue le 21 avril.
L’échec total, sur le plan stratégique, de la bataille du Chemin des Dames, dont beaucoup avaient attendu avec la rupture la décision finale de la guerre, porta un coup sensible au moral lies troupes françaises, usées par près de trente mois de guerre de position. Il fallut l’énergie et le doigté de Pétain, appelé le 15 mai à remplacer Nivelle, pour redonner à chacun la confiance et le sens du devoir.

CheminDesDames
Chemin des Dames (Combats de 1917)

3) Après la bataille de Reims du 15 Juillet 1918 qui marque l’avancée maximale des forces allemandes commandées par Ludendoff, Ferdinand Foch qui en mars a été désigné généralissime des troupes alliées sur le front occidental, déclenche une contre-offensive victorieuse dès le 18 juillet. À partir de là, le phénomène s’inverse. Foch prescrit un retour définitif à l’offensive visant en premier lieu au dégagement des voies stratégiques.
L’offensive générale est déclenchée le 3 septembre. Elle se développe par trois grandes opérations menées par les Français, les Anglais et les Belges, dans les Flandres, en direction de Gand, par les Français et les Anglais sur la ligne Hindenburg, en direction de Cambrai et Saint Quentin, par les Français et les Américains de part et d’autre de l’Argonne, en direction de Sedon. Le 4 novembre, à la suite de l’attaque concentrique des 12 armées alliées, les Allemands décident la retraite générale sur le Rhin. Le 11 novembre, alors qu’à Rethondes, les Allemands obtenaient l’armistice, Louis Perroud apprend en Belgique que la guerre s’achève.

carte offensives 1918
carte offensives 1918 2
Atlas historique, Larousse, 1978

Article initialement paru dans Kronos N° 1, 1986