Archives par mot-clé : années 20

Incendies dans l’entre-deux-guerres : mieux lutter contre le feu

« Samedi matin, vers 4 heures, un violent incendie a détruit près de l’église de Cessens un vaste bâtiment d’habitation et d’exploitation agricole » peut-on lire dans le Journal du Commerce en janvier 1934.
Ce type de d’information revient périodiquement car l’incendie, fléau de tout temps redouté, n’est en rien spécifique des années d’entre-deux-guerres. Toutefois, à partir de ces tragiques nouvelles, on relève des permanences mais on voit aussi se dessiner des évolutions touchant les moyens de lutte, les types de sinistre, la souscription d’assurances. En Savoie, des lettres-patentes signées en 1824 par le roi de Piémont-Sardaigne permettent la création de corps de sapeurs pompiers. Des compagnies se constituent dans les villages de l’Albanais. Les archives permettent parfois d’en dater l’apparition : 1876 pour La Biolle, 1899 pour Albens, vers la même époque pour Saint-Félix (voir l’article de G. Moine, Pompiers d’Albens, dans Kronos n°6).
Dans un environnement très rural, à l’habitat dispersé, les incendies touchent en priorité les fermes et les bâtiments agricoles dans lesquels on stocke tout ce qui est nécessaire à l’alimentation du bétail. C’est ce que l’on apprend en janvier 1934 à propos de l’incendie qui « a éclaté au hameau de Marline dans un corps de bâtiment comprenant : écurie, fenil, granges et hangar… le feu trouvant un aliment facile dans les foins et pailles, tout le bâtiment fut embrasé en peu de temps ».

Gravure illustrantGravure illustrant le combat contre le feu le combat contre le feu
Gravure illustrant le combat contre le feu

La même année à Dressy, c’est « un jeune enfant voulant s’amuser avec des allumettes qui mit imprudemment le feu au foin qui était proche ». Quelques mois plus tard, au hameau de Tarency, dans une ferme, le feu trouve « un aliment facile dans les récoltes engrangées ainsi que dans les nombreux instruments aratoires » et ravage en quelques instants le bâtiment long d’une trentaine de mètres. Dès que l’on s’aperçoit de l’incendie, aux premières flammes visibles, les voisins apportent leur aide en attendant l’arrivée des pompiers : « au même instant, des voisins ayant eux aussi aperçu des flammes accouraient sur les lieux. Un jeune homme du village… qui fut un des premiers sauveteurs accourus, organisait les secours, pendant qu’on s’empressait de prévenir les pompiers ».
L’approvisionnement en eau conditionne l’efficacité de la lutte contre l’incendie. À l’époque, il n’existe pas de réseau d’approvisionnement ni de borne à incendie. On se mobilise donc pour amener de l’eau : « des personnes de l’endroit (Dressy) allaient chercher de l’eau assez loin avec des seaux : des voitures sur lesquelles étaient posés de grands tonneaux allaient aussi chercher de l’eau ». Les seaux comptent parmi les premiers instruments de lutte. Les pompiers en amènent avec la pompe un grand nombre de ces seaux de toile. Pliants, solides, munis d’une poignée renforcée, ils peuvent contenir une bonne dizaine de litres comme on peut le constater sur ce cliché. On les passe de main en main dans d’impressionnantes chaînes humaines.

Seau des pompiers de Saint-Girod (cliché de l'auteur)
Seau des pompiers de Saint-Girod (cliché de l’auteur)

Quand on dispose d’un point d’eau abondant (source, rivière, étang), la lutte est plus efficace comme l’indique le Journal du Commerce à propos d’un incendie à Saint-Girod en 1934 : « l’alerte fut donnée et la pompe de la commune fut rapidement sur place. Peu après, arrivaient les pompiers d’Albens avec leur motopompe. Les pompes purent facilement s’alimenter grâce à la proximité d’un ruisseau et réussirent à circonscrire le sinistre en protégeant les maisons voisines ». Mais bien souvent, comme à Dressy, « l’eau étant insuffisante, au bout d’un instant, la motopompe ne put fonctionner ». La même difficulté se retrouve à Cessens en 1934 où « en raison de la violence du vent du nord et de l’absence d’eau, rien, à part le bétail, n’a pu être sauvé ».
Des progrès se font jour dans l’entre-deux-guerres avec la généralisation de la motopompe qui vient relayer la pompe à bras dont tous les villages sont équipés depuis la fin du XIXème siècle. L’Espace patrimoine d’Albens conserve un exemplaire d’une pompe à bras qui fut achetée après 1860 grâce aux subsides accordés par l’impératrice Eugénie au moment de son passage en Savoie.

Pompe à bras (cliché Kronos)
Pompe à bras (cliché Kronos)

C’est avec elles que les compagnies de pompiers de Saint-Girod, La Biolle, Saint-Félix, Alby, Marigny, Bloye entrèrent en action lors du grand incendie de juillet 1914 à Saint-Félix. Le Journal du Commerce rapporte comment « des chaînes furent organisées et les nombreuses pompes alimentées par l’eau d’un bief et par des bornes-fontaines ». Après la Grande guerre, les compagnies, quand elles le peuvent, s’équipent d’une motopompe.

Motopompe (cliché en ligne)
Motopompe (cliché en ligne)

Celle d’Albens dispose d’un modèle De Dion Bouton, remorquable avec des roues à bandage qui va lui permettre de monter en grande vitesse combattre l’incendie qui touche Dressy en 1934. Quand l’alimentation en eau ne fait pas défaut, son moteur à 4 cylindres permet une aspiration à 8m de 400m3/h. L’emploi réuni de tous ces moyens « modernes » ne permet pas toujours de venir à bout de « nouveaux » sinistres frappant des établissements industriels ou des entrepôts commerciaux. « Un violent incendie a anéanti », nous apprend un article du Journal du Commerce de 1937, « samedi après-midi un bâtiment en maçonnerie à usage d’entrepôt au village des Combes, sur le territoire de la commune de La Biolle, dans les sous-sols duquel étaient conservés près de cent mille douzaines d’œufs ». Avec l’incendie des Combes, ce ne sont pas les foins, la paille ou les récoltes qui sont à l’origine du sinistre mais un camion de livraison qui prend feu dans le garage de l’entreprise après que l’on ait fait le plein d’essence. Le propriétaire réagit au plus vite se saisissant « d’un extincteur, mais gêné par l’intense chaleur dégagée par l’essence enflammée, comme aussi par la fumée, ses efforts furent vains ». Le propriétaire est obligé de s’enfuir car « la chaleur du brasier était telle qu’un pommier se trouvant de l’autre côté de la route, à quinze mètres de là, a été entièrement desséché ». Les pompiers d’Albens, de La Biolle puis ceux d’Aix-les-Bains se révélèrent impuissants devant l’immensité du brasier qui va tout emporter. L’auteur de l’article dresse au final un terrible bilan matériel « Outre le camion de trois tonnes tout neuf, chargé lui-même de 5 000 douzaines d’œufs et du matériel de l’entrepôt, c’est 90 000 douzaines d’œufs conservés dans d’immenses bacs en maçonnerie, situés dans le sous-sol, qui ont été entièrement perdus ». Comme les « coquetiers » d’antan, cet entrepreneur collecte, stocke et vend la production avicole locale. Les dégâts que l’on annonce « s’élèvent à plus de 500 000 francs » mais on apprend qu’ils sont couverts par une assurance.
C’est le plus souvent le cas, mais il y a toujours quelques négligents. Aussi, chaque année les mutuelles rappellent à leurs adhérents la date de l’assemblée générale et l’appel à cotisation. Dans un compte-rendu de février 1937, on apprend que la mutuelle d’Albens « compte 199 adhérents et assure plus de 18 millions de risques ». Les sommes remboursées varient de 75 000 francs à plus de 500 000 francs aussi est-il important de bien évaluer sa couverture. C’est le conseil que donne le président de la mutuelle d’Albens qui rappelle « aux quelques membres encore insuffisamment assurés de bien vouloir vérifier leurs polices et souscrire le cas échéant des avenants ».

Jean-Louis Hebrard

Pratiquer le ski dans les années 30 à Cessens et au Revard

L’engouement pour le ski débute quelques années avant la grande Guerre. « On ne peut ignorer les sports d’hiver » affirme alors un chroniqueur. Le plateau du Revard devient une destination à la mode. Chaque dimanche, plus de 1400 skieurs débarquent du train à crémaillère pour goûter les joies de la glisse. Après la guerre, outre la population aixoise, c’est une clientèle sportive et aisée qui n’hésite pas à venir par le train pour passer une semaine au Revard. « De passage à Aix-les-Bains, j’apprends que l’on skie encore sur le plateau » écrit en 1923 B. Secret dans la revue du Club Alpin Français « La Montagne ». Dans son article de trois pages, sous le titre « Neige de printemps, huit jours au Revard en mars », il laisse libre cours à son émerveillement : « De la neige skiable… ! J’ai voulu en avoir le cœur net. Je sautai dans le train. Une heure durant la machine haleta à travers sapins et rocs, tandis que le plus idéal paysage se déroulait à mes yeux. Un tunnel, une dernière rampe et l’éblouissement soudain, la féérie de la neige dans le soleil ».

Sur le plateau du Revard (collection privée)
Sur le plateau du Revard (collection privée)

Toutes les sorties de cette semaine sont passées en revue : « Revenus à Crolle un autre matin, nous nous enfonçons résolument à l’est, dans la forêt, tâchant de gagner la crête qui domine la Magne. Toutes traces de skis et de sentiers ont disparu. C’est la marche à l’aventure dans le sous-bois broussailleux ». Un vaste espace montagnard alors peu aménagé, voilà qui satisfait pleinement notre skieur et ses amis à condition de maîtriser un tant soit peu la technique : « Le Revard au matin, sous la neige fraîche, alors que tout ruisselle… c’est une telle heure qu’il faut choisir pour glisser au gré des vallonnements berceurs, vers le Nivolet… Un instant de contemplation et c’est l’idéale griserie de la descente sur les chalets, face au Mont-Blanc qui flamboie. Un arrêt, Télémark ou Briançon… selon les compétences ! ». Tout va évoluer dans les années 30 quand ces espaces skiables vont devenir accessibles à un plus grand nombre avec la réalisation de l’accès routier. Voici comment le Journal du Commerce rend compte de l’affluence nouvelle en décembre 1934 : « Le Revard a connu dimanche, l’animation des belles journées d’hiver… Sept trains sont montés par la crémaillère et ont déversé près de trois cents personnes. D’autre part la route a connu une belle animation. Le parc formé par toutes les voitures était imposant, et la foule qui circulait sur les pentes du Revard était non moins imposante ». Ce jour-là, se disputait la première course à ski de la saison : « elle remporta un joli succès et la descente du chalet du Sire à la Féclaz a-t-elle été dévalée à grande allure ».
Dans « La Savoie terre de défis et de conquête », le géographe Pierre Préau fait de la décennie 1925-1935 le moment d’un changement décisif « quand se constitue vraiment la clientèle des hivernants parmi les classes moyennes ». L’espace montagnard dédié jusque là à l’activité pastorale et touristique estivale s’anime désormais en hiver. Le grand linceul de neige qui autrefois figeait les activités se transmute alors en « or blanc ». Le monde des villes importe maintenant ses codes, ses modes vestimentaires à l’image de ce que l’on peut lire dans le Journal du Commerce : « Le Revard a revu avec élégance s’éparpiller les chandails multicolores mettant une note gaie sur la neige ».

Tous les équipements pour l'hiver (collection privée)
Tous les équipements pour l’hiver (collection privée)

Dans les mêmes années 1925-1935, apparaissent de nombreux clubs et sociétés qui organisent des concours et des sorties sportives. Ainsi, en janvier 1934, apprend-on dans un article du Journal du Commerce que la Société de Sports d’hiver de Cessens organise pour le dimanche suivant un grand concours de ski auquel sont conviés « le Club Montagnard Rumillien avec son groupe d’Albens et l’Amicale Sportive du Mont Saint-Michel, Curienne ». C’est au Sapeney que vont se dérouler les épreuves : course de fond de 7 kilomètres par groupe de quatre, course de vitesse avec virages. Lors de l’annonce du concours, tous espèrent que « la neige reste belle et poudreuse, que le temps soit favorable, car les organisateurs n’ont rien négligé pour satisfaire tous les visiteurs ». Mais la semaine suivante, dans le compte-rendu de la course, on apprend que celle-ci fut rendue difficile par le temps maussade et la neige détrempée par un dégel subit. C’est durant la course de fond que les concurrents montrèrent « leur ardeur en prenant le départ malgré les difficultés du parcours, accrues encore par le mauvais état de la neige ». Au final ce fut « l’Amicale Sportive du Mont Saint-Michel, Curienne, admirablement entraînée, d’une parfaite homogénéité » qui remporta la première place au classement par équipes. Ces conditions difficiles révélèrent aussi toute la motivation du Club Montagnard Rumillien qui « un peu handicapé par quelques jeunes recrues ne connaissant point les pistes, fut admirable de courage et d’endurance ». Les vingt et un concurrents de l’épreuve de vitesse participèrent à cette course maintenue de justesse. Tous furent récompensés par de nombreux prix. Les organisateurs remercièrent particulièrement « la Compagnie Générale du Lait de Rumilly pour sa généreuse offrande de produits Tonimalt ».

Les skieurs d'Albens au concours de Cessens vers 1938 (archive Kronos)
Les skieurs d’Albens au concours de Cessens vers 1938 (archive Kronos)

Les familles conservent encore le souvenir de ces sportifs des années 30 que l’on voit photographiés à Cessens lors d’un concours organisé en 1938. Le cliché nous montre une équipe de dix jeunes gens d’Albens, dossards bien visibles, posant à proximité du café restaurant du village. Tout est bien enneigé comme le précise une brève du Journal du Commerce « hauteur de neige à Cessens, 30 cm ; au col du Sapeney, 50 cm de poudreuse ; route peu recommandée ». Beaucoup de ces skieurs profitent des sorties organisées par les clubs pour parfaire leur technique. On trouve fréquemment dans la presse l’annonce de ces excursions comme celle du dimanche 7 février 1937 où « un car spécial partira du chef-lieu de Cessens à 6h du matin et amènera les skieurs à Aix-les-Bains où depuis là, ils monteront au Revard par le téléphérique. Les repas seront tirés des sacs ».

Depuis 1935, on gagne le Revard par téléphérique (collection privée)
Depuis 1935, on gagne le Revard par téléphérique (collection privée)

Pour les meilleurs skieurs locaux, il existe une autre façon de progresser sur le plan technique : passer son brevet de skieur militaire. L’un des inscrits de la sortie du 7 février 1937 va participer à l’épreuve qui a lieu ce jour-là au Revard. Malgré le mauvais état de la neige et son manque d’entrainement, Rémi Bontron va se classer 7ème sur 60 concurrents dont seuls 32 sont reçus. Dans la presse, on salue le jeune sportif « pour ses remarquables qualités d’endurance ».

Éclaireurs skieurs photographiés en 1939 (collection privée)
Éclaireurs skieurs photographiés en 1939 (collection privée)

Lorsque la Seconde guerre mondiale va éclater, ces jeunes sportifs se retrouveront dans les éclaireurs skieurs de l’armée. Certains vont peut-être participer à l’extraordinaire expédition de Narvik dans le grand nord scandinave en 1940. Une parenthèse douloureuse s’ouvrait et il faudra attendre les années 50 pour que le ski puisse à nouveau renouer avec la glisse heureuse.

Jean-Louis Hebrard

Tuilerie Poncini, s’adapter au monde de l’entre-deux-guerres

Après la Grande Guerre, la tuilerie Poncini va poursuivre une progression économique amorcée quarante plus tôt lorsque Joseph Poncini, venu du Tessin, s’installe à Braille près d’Albens. Lorsqu’il décède en 1918, ses fils reprennent le flambeau et vont adapter l’entreprise aux conditions nouvelles des années 20.
À Braille, l’usine exploite une grande poche d’argile à côté de laquelle furent implantés avant la guerre les fours, séchoirs et ateliers mécaniques de type Montchanin. Deux grandes cheminées signalent désormais la tuilerie à des kilomètres à la ronde. Elles figurent en bonne place sur les photographies et cartes postales éditées à l’époque.

Carte postale traditionnelle (archive Kronos)
Carte postale traditionnelle (archive Kronos)

La proximité de la gare d’Albens est un atout pour assurer la livraison d’importantes quantités de briques et de tuiles en direction des départements voisins ou plus éloignés. Une partie des cinq millions de produits sortant chaque année de la tuilerie est acheminée vers la gare par une locomotive routière. Pour maintenir sa progression, l’entreprise innove. Dès 1918, elle met au point un système de brique creuse à propos duquel la revue « La Céramique » donne les précisions suivantes : « cette brique creuse en forme de prisme triangulaire fabriquée en céramique, ou terre à brique, sert à construire en ciment armé des planchers-plafonds, des murs, et à édifier, au besoin, une maison entière ».

Extrait de la revue technique (archive en ligne)
Extrait de la revue technique (archive en ligne)

Dès 1920, l’entreprise est régulièrement présente dans les allées de la foire de Chambéry où l’on remarque son stand devant lequel, précise le journaliste du Petit Dauphinois, « nous trouvons une affluence considérable de visiteurs s’intéressant à la très belle et très complète exposition de tuiles de tous modèles et pour toutes toitures ». L’année suivante, le même journal se fait l’écho du succès de cette vieille Maison savoyarde « qui s’est signalée depuis peu à l’attention de la grande industrie du bâtiment par sa fabrication de premier ordre ».
L’entreprise aurait pu être lourdement affectée en août 1923 par le terrible incendie qui détruisit complètement l’immense séchoir et les 65 000 tuiles qui y étaient entreposées. Heureusement, comme le relate la presse locale : « la sirène de l’usine donna aussitôt l’alarme. Les pompiers d’Albens, Saint-Félix, Bloye et Saint-Girod se transportèrent immédiatement sur les lieux et avec le concours de la population purent préserver les machines de grande valeur qui se trouvent dans le même bâtiment ». L’incendie maîtrisé, le redémarrage se fit assez rapidement, « tous les bâtiments annexes à l’usine n’ayant pas été détériorés ». L’année suivante, les anciens séchoirs en bois furent remplacés par un séchoir à vapeur, plus performant et plus sécurisé. Après cet « accident industriel », la presse s’intéresse au devenir des ouvriers pour lesquels « on espère que le chômage sera de courte durée ».
La tuilerie au même titre que l’industrie fromagère de Saint-Félix est alors un gros employeur. Dans un article de 1926, on apprend qu’elle « occupe 40 ouvriers dont 13 italiens ». Après la Grande Guerre, la France démographiquement affaiblie fait appel à l’immigration pour compenser le manque de main-d’œuvre. En Savoie et Haute-Savoie, les italiens prennent la première place. En 1921, un traité franco-italien avait prévu que les mêmes avantages sociaux soient accordés tant aux travailleurs français qu’italiens. Toutefois ces derniers se montraient malgré tout moins exigeants.

Francs des années 30 (collection privée)
Francs des années 30 (collection privée)

Mais en 1926 à la tuilerie, des raisons monétaires viennent bouleverser ce fragile accord. Mussolini, au pouvoir en Italie, mène une politique de forte réévaluation de la lire. Par rapport à la monnaie italienne, le franc se déprécie. Les ouvriers italiens, payés en francs, perdent au change lorsqu’ils envoient au pays une aide à la famille. Ils vont se mettre en grève pour être payés en lires. Le 2 mai 1926, un court texte du Journal du Commerce relate ainsi la conclusion du conflit : « les 13 ouvriers italiens faisant partie du personnel de la Maison Poncini ont bien demandé à être payés en lires, mais cette manière de voir a été refusée par la Maison, qui a toujours payé ses ouvriers en francs français, même quand la lire oscillait entre 60 et 70. Vu l’augmentation du coût de la vie, la Direction a consenti au relèvement des salaires, et, après entente avec son personnel, le travail a repris aussitôt ». Le Petit Dauphinois rapporte la même information que le journal de Rumilly. Tel n’est pas le cas de l’Humanité qui laisse entendre que tout n’a pas été aussi facile en précisant que « la direction se borna à leur accorder une augmentation de 0,10fr, portant le salaire horaire à 1fr80. Les grévistes, ayant accepté, rentrèrent le lendemain, sauf un, qui fut renvoyé ». Avec cette « grève d’Albens », on voit comment dans les années20, des décisions monétaires extérieures pouvaient déjà perturber la marche d’une entreprise locale.
La tuilerie allait par la suite devoir affronter la crise économique et sociale des années30. Toutefois, c’est la géologie qui devait la confronter à une difficulté majeure. La belle poche d’argile de Braille s’épuisant, il fallut chercher dans les environs un matériau de qualité équivalente. Hélas, les essais ne furent pas très concluants, ouvrant une période plus difficile qui allait conduire vingt ans plus tard à la disparition de l’entreprise.
Aujourd’hui, l’Espace patrimoine à Albens présente une belle collection des produits de la tuilerie. Le revue Kronos propose un article sur son histoire.

Jean-Louis Hebrard

Évènements dans l’Albanais : « un avion biplan se pose… »

Dans les années 20, les performances de l’aviation comme les exploits des coureurs cyclistes captent de plus en plus l’attention du public. Alors, quand un biplan se pose en catastrophe entre Saint-Félix et Albens ou qu’Antonin Magne et le peloton du tour de France traversent Alby-sur-Chéran, le quotidien se trouve bouleversé, ces faits deviennent évènements et la presse les relate.
« Samedi matin » rapporte le Journal du Commerce dans un article d’octobre 1926, « vers 11h20, un avion biplan […] appartenant à la Compagnie Aérienne Française et se dirigeant vers le terrain d’aviation de Challes, évoluait dans les airs semblant chercher un point d’atterrissage. Le moteur paraissait fonctionner irrégulièrement. Bientôt l’appareil descendit lentement vers le sol et toucha terre sur les champs verdoyants et plats qui s’étendent entre la route de Saint-Félix et celle de Rumilly, tout au long de la voie PLM. Mais, par suite de l’état marécageux de l’endroit, les roues du biplan s’enfoncèrent dans la tourbe et l’appareil piqua de l’avant, se renversant complètement ».
Les avions de l’époque rencontrent souvent des problèmes techniques, des avaries qui les contraignent alors à se poser en catastrophe. Les pilotes sont de ce fait considérés par beaucoup comme des héros. Guillaumet, Mermoz, Saint-Exupéry sont présents dans tous les esprits, eux qui assurent les liaisons de l’Aéropostale en direction de Casablanca, Dakar et Rio. Chacun de leurs vols est une aventure risquée dont Saint-Exupéry fera la matière de « Vol de nuit ».
De telles situations sont également présentées aux jeunes élèves dans leurs livres de lecture courante. L’aéroplane est le titre d’un de ces textes qui témoigne de la fascination qu’exerce l’aviation : « Il va atterrir ! dit quelqu’un. Le pilote cherche dans la campagne un endroit convenable. Il se dirige vers les prés. Ce fut aussitôt une course folle des enfants vers les prairies qui s’étendent dans le creux du val, aux abords du village ».

Gravure extraite de « Histoire de 3 enfants », livre de lecture courante, 1927 (collection privée)
Gravure extraite de « Histoire de 3 enfants », livre de lecture courante, 1927 (collection privée)

Dans une autre lecture scolaire, l’aviateur qui « casse du bois » ne s’en sort qu’avec l’aide des habitants qui accourent à son secours et l’aident à sortir de son appareil en feu. Un texte qui colle à la réalité, les aviateurs d’Albens étant quant à eux secourus par « les ouvriers maçons de l’entreprise Masoèro ». L’article de presse dresse alors un état de leur fâcheuse situation « M. Lambert, pilote depuis cinq ans à la Compagnie, portait une blessure assez sérieuse à l’œil droit, M. Loup, photographe à bord, souffrait au genou gauche d’une contusion assez grave occasionnée par le choc d’un boulon de la carlingue ». L’entraide qui se met en branle est impressionnante, les aviateurs sont transportés dans les locaux de la tuilerie Poncini toute proche d’où l’on appelle par téléphone le docteur d’Albens ainsi que la gendarmerie. Le médecin « leur prodigua ses soins et fit des piqûres antitétaniques ». L’enquête des gendarmes avance l’hypothèse que « l’appareil a été obligé d’atterrir par suite d’une fracture d’aile ».
Cet article permet d’approcher la « fragilité » relative de ces appareils biplans qui, du fait de la faible puissance du moteur devaient être construits en bois et toile afin d’être plus légers, sans parler du système de haubans et de mâts qui tenait les deux ailes portantes superposées.

Biplans et monoplans, dessins extraits d'un livre de lecture (collection privée)
Biplans et monoplans, dessins extraits d’un livre de lecture (collection privée)

L’Aéropostale a-t-elle fait des émules dans l’Albanais ? C’est ce que l’on pourrait penser à la lecture de cet autre article du Journal du Commerce publié en février 1928 relatant une livraison de courrier pour le moins inhabituelle : « Albens, vendredi 24 courant, vers 15 heures, deux avions du centre de Bron ont survolé notre région. Un jeune soldat, fils de M. Bontron, géomètre, laissa tomber de l’un d’eux, dans un pré désigné par un drapeau, un paquet tricolore contenant des lettres pour ses parents et amis. Après quelques évolutions au-dessus du village, vivement goûtées et applaudies par la population, les deux appareils firent demi-tour et rentrèrent à Lyon ».
Les aérodromes, dont la construction avait débuté avant 1914 pour des raisons militaires, s’étoffent et prennent de l’importance dans les années 20 avec l’essor de l’aviation civile et commerciale. Les jeunes aviateurs qui survolent Albens doivent effectuer une formation militaire à la base de Bron qui possède une école pour les officiers et sous-officiers depuis 1912. Mais ils se trouvent aussi sur un aéroport qui, à partir de 1921, assure des liaisons commerciales avec Paris, Marseille et Genève.

Sur l'aérodrome de Challes dans les années 30 (collection privée)
Sur l’aérodrome de Challes dans les années 30 (collection privée)

L’aérodrome de Challes connaît la même évolution. Initialement réservé depuis sa création en 1913 à l’usage des avions militaires, il s’ouvre peu à peu aux civils après la guerre de 14/18 avec la création de l’aéroclub des Alpes françaises. Il faut dire que cette piste au pied des massifs montagneux des Alpes intéresse l’aviation civile et commerciale. Dans les années 30, le terrain s’étend et l’aérodrome organise alors de nombreux meetings où se produisent les plus grands pilotes de l’époque dont les célèbres aviatrices Hélène Boucher et Maryse Hilsz. Ces dernières sont alors des pilotes confirmées qui engrangent les records de vitesse et d’altitude, Hélène Boucher dépasse les 5000 mètres avant que Maryse Hilsz n’atteigne les 10 200 mètres d’altitude en 1932 (record féminin). La première va se tuer lors d’un entraînement en 1934 alors que la seconde s’illustrera dans la résistance dès 1940. Ainsi, tout au long des années 30, héroïnes et héros de la conquête des airs font rêver hommes et femmes des villes et des campagnes qui accourent pour voir ces étonnantes machines volantes. Aujourd’hui, lorsque des dizaines d’avions chargés de skieurs survolent le lac du Bourget, un week-end d’hiver, plus personne ne lève un regard étonné pour les voir se poser sur l’aéroport de Chambéry.

Jean-Louis Hébrard

Une centenaire au temps des « années folles »

Mi-août 1928, le bourg d’Albens met à l’honneur une de ses concitoyennes : cette dernière va souffler ce jour-là cent bougies. Sous le titre « Fête de la centenaire », le Journal du Commerce lui consacre un long article illustré d’un portrait photographique. Sans négliger le descriptif de la fête, ce sont les discours qui retiennent l’attention. Celui du maire, prononcé en français, contraste avec les propos de la centenaire s’exprimant en « patois savoyard ». Ils nous permettent de poser un regard sur la pratique de la langue mais aussi sur la perception par la population des grands changements environnementaux et en premier lieu celui de compter dans la commune une centenaire.
C’est avec une certaine émotion que monsieur Montillet, le maire de l’époque va l’exprimer : « La fête qui nous réunit aujourd’hui est de celles qui comptent dans les annales d’une commune, car de mémoire d’homme, jamais jusqu’à ce jour l’honneur d’avoir une centenaire n’a échu à la commune d’Albens ». Le portrait qu’il dresse ensuite de l’héroïne de la fête, Thérèse R. veuve de Marcelin M., contient en creux la notion d’espérance de vie. En cette fin des années 20, les centenaires ne sont pas légion en France. C’est un peu plus de 2% des femmes qui pouvaient alors espérer dépasser leur 90ème anniversaire dans les conditions de mortalité de l’époque. Thérèse est donc une de ces rares élues. Et l’on avance déjà des éléments explicatifs devenus classiques aujourd’hui. « Aimant la vie saine et la paix des champs », elle est aussi dotée « d’un caractère affable, d’une grande bonté » qui lui vaut de compter « ici que des amis ». C’est un peu le mythe de la vie au grand air, d’une alimentation saine, source de longévité qui se dessine ici. Il masque la dureté physique des conditions de vie que la centenaire évoquera ensuite et qui a dû emporter Marcelin son époux. Déjà l’homme meurt sensiblement plus jeune que la femme. C’est la conséquence de conditions de travail encore pénibles car faute de mécanisation poussée, l’homme s’use à la tâche. On peut rajouter pour certains les ravages causés par l’alcoolisme dans un pays où l’on dénombre « plus de débitants de boissons que d’instituteurs ».

Femmes revenant du marché sur la route de Saint-Girod (archive Kronos)
Femmes revenant du marché sur la route de Saint-Girod (archive Kronos)

Le maire décrit dans son discours les difficiles conditions de vie dans la Savoie du XIXème siècle où  « le travailleur de la terre était une sorte de paria, mal vêtu, allant le plus souvent sans souliers, mal nourri, mal logé, ne sortant que rarement de son village, si ce n’était pour aller travailler au dehors, afin de soulager les parents malheureux ». Allez faire de vieux os avec tout cela. Thérèse, rappelle le maire, « est née en 1828 au hameau du Mollard d’une ancienne et honorable famille ». Durant cette longue séquence de vie, elle a dû faire face à la disette de 1847, année durant laquelle la municipalité d’Albens acheta pour 1500 livres de céréales pour venir en aide aux indigents. Début août 1860, elle a vu le cortège impérial traverser le village pavoisé de mâts vénitiens reliés par des guirlandes, allant à Annecy célébrer la réunion de la Savoie à la France. Le même mois, mais 54 ans plus tard, c’est le tocsin qui retentit à ses oreilles de déjà vieille dame pour annoncer la mobilisation générale, ouverture de la Grande Guerre. L’année de l’armistice, elle fête ses 90 ans. Née sous le règne du roi de Piémont-Sardaigne, elle a connu ensuite le Second Empire puis la IIIème République.

La centenaire photographiée par M. Exertier de Rumilly (source Journal du Commerce)
La centenaire photographiée par M. Exertier de Rumilly (source Journal du Commerce)

C’est en patois que Thérèse explique à tous comment le « bon vieux temps » était loin d’offrir toutes les commodités des années 20. Décrivant longuement la simplicité de l’habillement d’antan, elle termine en énumérant tout ce qu’elle n’avait pas et dont on dispose désormais.
E n’avô pas alô de bicyclette p’vola / En ‘avô pas non plus de quoi se pomponna / ni pè dansi de molins à musique inradia/ Ni pè se distrère la d’mingè on cinéma. On voit par là tout ce qu’a dû représenter pour elle l’arrivée des moyens mécaniques de déplacement, mais aussi l’installation du « Foyer Albanais » et l’arrivée de la TSF. Et pour exprimer ces sentiments, elle utilise en priorité le patois.

« A lavô le charret de duè vasche attela » (cliché collection privée)
« A lavô le charret de duè vasche attela » (cliché collection privée)

C’est la langue dans laquelle, en dehors de l’école, elle s’est exprimée toute sa vie. Grâce aux archives conservées à Chambéry, on peut se faire une idée de l’allure de l’école dans les années 1838, date à laquelle Thérèse avait dix ans. Elle est alors tenue par les frères de la Sainte Famille qui font la classe dans une seule salle. La petite Thérèse qui habite au hameau du Mollard doit alors venir à pieds jusqu’au bourg d’Albens. Les équipements scolaires sont plus que déficients comme le laisse voir un autre texte de 1866 : « les trois-quarts des élèves sont obligées de se tenir debout pendant la classe faute de bancs… les écoles sont dépourvues de tableaux, cartes géographiques et enfin des objets indispensables pour une école ». Dans de telles conditions, on peut comprendre que pour la vie quotidienne l’usage du patois prévale sur la pratique du français. La population qui est venue participer à la fête en 1928 a parfaitement suivi ce que disait Thérèse sans avoir besoin d’une quelconque traduction. Le Journal du Commerce le sait bien, lui qui inclut de longs passages en patois dans le compte-rendu de la fête. C’est que « le début du renversement linguistique » qu’a provoqué la Grande Guerre commence à peine. C’est ce que l’on apprend dans l’ouvrage de J-B Martin « Les poilus parlaient patois ».
Pour faire honneur à la centenaire, rien n’a été négligé comme s’attache à le décrire le journal : « la messe terminée, tandis que les cloches sonnent, que les boîtes tonnent, l’héroïne du jour est conduite à la Mairie… la Compagnie des Sapeurs-Pompiers forme la haie et la Fanfare salue son arrivée par un joyeux pas redoublé ». Les discours achevés, comme pour tout anniversaire, arrive le temps des cadeaux. Les « aimables et charmantes rosières », entourées des demoiselles d’honneur se chargent d’offrir une gerbe de fleurs. La municipalité a « le bonheur de lui faire présent du fauteuil sur lequel elle est assise ». La fille de la centenaire est ensuite mise à l’honneur pour les « soins dévoués et attentifs » qu’elle lui prodigue.
Pour clôturer la cérémonie, les vœux du maire sont ainsi formulés « N’tron regretta maire décéda / Tai to fiè de mama les rosières/ N’tron adjoint tè ben heroeu dai faire atan s’tian / Mé ce qu’allara pas l’honnô de faire / E de mamà la centenaira ».
Ce discours, précise le journal « fut chaleureusement applaudi par l’assistance ».
Si les « années folles » sont perçues de nos jours comme porteuses de transformations profondes, force est de constater aussi à travers cette fête la forte persistance des traditions.

Jean-Louis Hébrard