Archives par mot-clé : années 50

Cataplasme et ventouses

Durant le mois de février 1956, la France et la Savoie subissent la plus sévère vague de froid de la décennie. Le 5 février, dans les rues de Chambéry, il fait -16° ; dix jours plus tard, à Belley, les platanes de la ville éclatent sous l’effet du gel. Nos chambres étaient glaciales, se souvient un témoin de Menthonnex qui conserve en mémoire la glace qui recouvrait les vitres au petit matin. Ces conditions polaires (-30° à Megève, -27° à Termignon) persistent jusqu’à la fin du mois entraînant de nombreux dégâts, tuant près de 200 personnes dans tout le pays.

L’hiver, qu’il soit très rigoureux ou supportable, est alors la saison du retour des cataplasmes. Ce remède faisait partie intégrante de la pharmacie familiale. Sa composition la plus classique était à base de farine de lin ou de farine de moutarde et quelquefois d’un mélange des deux. Malaxée avec de l’eau, on faisait chauffer le tout assez longtemps afin d’obtenir un emplâtre bien chaud qui était ensuite étalé dans un tissu de lin soigneusement plié. L’ensemble, posé sur la poitrine, souvent maintenu par une flanelle pour profiter de la chaleur, était gardé 10 à 15 minutes. « Et ça chauffait, dur même ! » écrit Magitte sur son blog (magitte.over-blog.com). « Souvenirs cuisants » poursuit-elle « plus on était rouge, mieux c’était… À rendre jaloux les homards… ce que je supportais en poussant des cris ». Une attitude plus que normale dans une société qui reste encore très doloriste, invitant les enfants à se montrer courageux. Le but de l’opération était de faire venir le sang pour atténuer le plus possible la congestion.

L’Ouataplasme, pansement (collection privée)
L’Ouataplasme, pansement (collection privée)

On soignait bien d’autres affections comme les furoncles, panaris, compère-loriot et autres à l’aide de pansements émollients aseptiques vendus en pharmacie sous le nom d’Ouataplasme. La notice qui accompagne le produit précise « une fois l’Ouataplasme imbibé d’eau tiède, il suffit d’étaler sur la mousseline la quantité nécessaire, selon l’âge du malade, d’une pâte épaisse obtenue en délayant de la farine de moutarde ordinaire dans un peu d’eau. L’Ouataplasme peut être laissé en place tout le temps nécessaire à la révulsion que le médecin veut obtenir. Il ne provoque aucune irritation ». Il n’en reste pas moins que le côté collant et désagréable de la médication est un fait, un ressenti passé dans le langage courant pour qualifier le fâcheux dont on dit « Oh ! Celui là, c’est un vrai cataplasme ». Comme les cataplasmes, la pose des ventouses, autre façon de soigner les refroidissements, est difficile à supporter. Cette façon de soigner à l’aide de petits récipients en verre était pratiquée par tous les foyers de France tant à la campagne qu’à la ville depuis fort longtemps. Dans les années 50, tout le monde possède un lot de ces petits pots en verre, le plus souvent entreposé dans une boite ou une mallette en bois.

Lot de ventouses (collection particulière)
Lot de ventouses (collection particulière)

De petite taille, la ventouse présente une ouverture rétrécie, un fond arrondi et un bord muni d’un bourrelet assez épais. On les appliquait côte à côte sur la peau pour attirer le sang, par révulsion. Leur pose exigeait que l’on ait au préalable chauffé l’air intérieur. Pour cela, une compresse, du coton ou un morceau de papier imbibé d’alcool à brûler était enflammé dans le récipient. La flamme éteinte, la ventouse était placée sur le dos du malade. En refroidissant elle produisait le puissant effet de succion attendu pour soigner les bronchites et autres problèmes respiratoires. Rangé dans la catégorie des « remèdes de bonnes femmes » à partir des années 60, l’usage des ventouses se perd peu à peu.

Pour les maux de gorge, on traitait avec un collutoire au bleu de méthylène. Découvert à la fin du XIXème siècle par un chimiste allemand, cet antiseptique est toujours employé dans les années 50. Enfant, on nous demandait d’ouvrir largement la bouche pour recevoir le badigeonnage. « Fais Ah ! » nous enjoignait-on. On s’y prêtait de bonne grâce, sachant que le collutoire allait calmer l’inflammation.

Boite d’ampoules (collection privée)
Boite d’ampoules (collection privée)

Si l’on avait recours à des produits issus de la chimie comme le mercure au chrome, cicatrisant pour les écorchures, ou les ampoules de teinture d’iode comme désinfectant puissant, c’était encore vers une médication par les plantes que l’on se tournait bien souvent.

Soigner les écorchures  (Manuel classe fin d’études, 1958)
Soigner les écorchures (Manuel classe fin d’études, 1958)

À la pharmacie d’Albens comme dans bien d’autres officines de Savoie, il était possible de trouver la camomille, l’aubépine, la chélidoine, le millepertuis et bien d’autres plantes nécessaires pour les tisanes et autres préparations. Sinon, pour tous ceux qui connaissaient les simples, la collecte dans la campagne et la culture dans le jardin fournissaient l’essentiel. Dans un article de la revue d’ethnologie Le monde alpin et rhodanien, dans le numéro 4 de 1976, on découvre les « Remèdes d’autrefois à Saxel ». Originaire de cette commune de Haute-Savoie, l’institutrice Julie Dupraz livre dans un bel article (consultable en ligne www.persee.fr) le fruit d’un long travail d’enquête sur les ressources médicinales des habitants de la commune dont elle était originaire.

La chélidoine contre les verrues (collection privée)
La chélidoine contre les verrues (collection privée)

Mises à macérer dans de l’alcool ou de l’huile, préparées en tisane c’est-à-dire en infusion comme en décoction, les plantes permettent de calmer, cicatriser, désinfecter, aider à guérir de la grippe, de la jaunisse ou de problèmes de peau. C’est l’usage que l’on fait alors de la chélidoine qui « fait passer » les verrues. La camomille en infusion est souveraine en cas de digestion difficile mais on l’utilise aussi pour le lavage des yeux.

L’eau de vie, désinfectant habituel dans les fermes, sert pour la macération du chèvrefeuille que l’on emploie pour faire mûrir panaris et mal blanc. L’aubépine comme le tilleul sont employés en infusion pour calmer les enfants auxquels on propose alors la célèbre « eau sucrée », un placébo très efficace. Melle Dupraz parle aussi de l’extraction des dents de lait à l’aide d’un bout de fil à coudre et aussi de l’importance du « rhabilleurs », le rebouteux qui soigne les foulures et remet en place vertèbres et articulations.

Les séniors d’aujourd’hui qui ont connu le temps où les antibiotiques étaient rares voient avec étonnement revenir au goût du jour l’usage des ventouses, des cataplasmes et des « médecines d’autrefois ».

Jean-Louis Hebrard

Fontaines qui coulent et trains qui se croisent

Dans tous les livres scolaires, on trouvait alors des exercices de bassins qui se remplissent, de fontaines qui coulent, de champs à clôturer ou de récoltes à vendre. Ce type de problème correspond alors à une France encore très rurale dans laquelle les paysans constituent une part importante de la population active. Aussi, le certificat d’études a-t-il pour fonction d’assurer à la majorité des jeunes qui le passent de solides bases de calcul ainsi qu’une bonne connaissance des unités de mesure dont ils auront un usage quotidien au village comme à la ferme.

Albens, la fontaine rue de la poste (collection particulière)
Albens, la fontaine rue de la poste (collection particulière)

De tous les exercices de calcul proposés, ceux qui concernent l’eau qui coule des fontaines, remplit les bassins, sont les plus courants. Ils sont en prise avec la vie des villages dans lesquels plus de 80% des logements ne possèdent pas l’eau courante, nécessitant de se rendre quotidiennement à la fontaine publique. Installée à l’entrée de la rue de la Poste, celle d’Albens a été réalisée en 1836 sous le règne du roi de Piémont-Sardaigne Charles Albert. Dans les années 50, son modeste débit peut faire écho au problème suivant : « Une fontaine donne 25 litres d’eau en 14 minutes. Une autre donne 41 litres en 21 minutes. Quelle fontaine débite le plus d’eau dans le même temps ? Au bout de combien de temps, la fontaine qui coule le plus vite aura-t-elle donné 100 litres de plus que l’autre ? ». Dans le village de Braille c’est le magnifique bassin qui peut entrer en résonnance avec cet énoncé : « Un bassin mesure 1m75 de large, 4m50 de long, et 1m80 de profondeur. On le remplit grâce à un robinet qui débite 82 litres par minute. Combien de temps faudra-t-il pour remplir ce bassin ? ».

Le bassin de Braille
Le bassin de Braille

Pour réussir tous ces problèmes et bien d’autres, il faut être capable de jongler avec les litres, hectolitres, ares et hectares, mètres et kilomètres, bien savoir que soixante secondes font une minute et soixante d’entre elles s’écoulent durant une heure. Le protège-cahier, avec ses illustrations, est là pour nous aider à mémoriser toutes ces unités. On y trouve par exemple la représentation des diverses mesures pour les liquides, en étain pour le vin, en fer blanc pour le lait ou pour l’huile.

Pour le vin, le lait et l’huile (collection particulière)
Pour le vin, le lait et l’huile (collection particulière)

Leurs formes sont alors familières aux enfants des régions céréalières comme de celles tournées vers la viticulture ou l’élevage laitier. De cette façon, on ne doit pas être surpris d’avoir à résoudre pour un éleveur le problème suivant : « Un cultivateur possède 5 vaches qui lui procurent en moyenne chacune 8 litres de lait par jour. De 2 litres de lait, on retire 20 centilitres de crème et 1 litre de crème donne 250 grammes de beurre. Si le beurre vaut 56 francs le kilo, calculez quelle somme rapporte au cultivateur en une semaine, ses 5 vaches ».

La rédaction de ces exercices demandait aux jeunes élèves d’effectuer une lecture très attentive. Avant de se lancer dans les calculs, il fallait bien avoir compris l’histoire racontée, bien identifier les différentes unités que l’on allait utiliser. Ensuite, il était temps de se lancer dans la résolution du problème en prenant bien soin d’écrire de façon lisible toutes les opérations avant, au final, de rédiger la réponse. Un exercice qui pouvait en perdre plus d’un.

Le système métrique illustré (dictionnaire)
Le système métrique illustré (dictionnaire)

Les histoires qui habillaient ces exercices se rapportaient le plus souvent au monde agricole. Tantôt il fallait calculer un volume de bois, d’autre fois clôturer un champ dont on devait calculer le périmètre, prévoir le nombre de piquets nécessaire, sans oublier l’installation d’une porte. Mais le plus souvent il était question des récoltes : « Un cultivateur a récolté 126 hectolitres de blé dont il a vendu la moitié au prix de 750 francs le quintal (100 kilos). Combien cette vente lui a-t-elle rapporté, si l’hectolitre de blé pèse 81kilogrammes ? ». Après avoir jonglé avec les hectolitres et les quintaux, un autre exercice vous plongeait dans des calculs de rendement et la valse des hectares, kilos, ares et quintaux. Dans celui-ci, il est question de récolte de pommes de terre : « Un cultivateur a planté en pommes de terre un champ de 2 hectares et demi. Le rendement moyen est de 180 kg l’are. Évaluer en quintaux le poids de la récolte. Cette récolte est vendue en trois fois : un tiers à l’arrachage à 12,50 F le quintal ; la moitié du reste au début de l’hiver à 150 F la tonne. Le reste des pommes de terre n’est vendu qu’au mois de mars à 17,40 F le quintal, mais le cultivateur constate un déchet de 10%. Quelle somme retirera-t-il de sa récolte ».

Géographie du cours moyen (collection privée)
Géographie du cours moyen (collection privée)

Tous les exercices ne tournaient pas autour des réalités agricoles. Avec les sujets portant sur la circulation des trains, le calcul nous faisait entrer dans le monde plus moderne des transports, la voie ferrée étant alors le moyen de transport le plus populaire.

La BB 9004, image album Kohler (collection privée)
La BB 9004, image album Kohler (collection privée)

C’est le temps où la SNCF se lance avec succès dans la modernité avec l’électrification de la traction et du réseau. Ces réussites sont célébrées par la presse enfantine : « Avec les CC 7107 et BB 9004 qui ont roulé à 330 km/h, la France détient le record du monde sur rail. Ce record absolu a permis d’améliorer la vitesse commerciale sur les lignes électrifiées, si bien que nous possédons les trains les plus rapides du monde sur des distances de plus de 500 km, notamment avec le « Mistral », qui relie Paris à Marseille ».

Dans nos livres de calcul, les trains ne roulaient pas aussi vite, jugez-en plutôt : « Un train quitte Grenoble à 6h. Il roule à 72km/h. Un autre train quitte Annecy à 8h. Il roule à 69 km/h. À quelle heure et à quelle distance de Grenoble vont-ils se rencontrer ? Grenoble et Annecy sont distantes de 87 kilomètres ».

À vos calculettes ou cahiers de brouillon pour trouver maintenant les résultats de tous ces exercices.

Jean-Louis Hebrard

Collectionner et connaître le monde

Collectionner timbres et images est un véritable plaisir pour les enfants de la IVème république. Les marques de chocolat, Kholer, Menier, Poulain proposent de belles images que l’on est invité à coller dans un album. Tout comme les timbres, elles sont pour les enfants d’alors des fenêtres sur le monde, une occasion de voyager, de faire autrement qu’en classe de la géographie. Elles sont aussi, mine de rien, un moyen de se cultiver, dans un temps où l’image n’est pas aussi omniprésente qu’aujourd’hui.

Album d'images (collection privée)
Album d’images (collection privée)

Édité par Nestlé et Kholer, l’album « Les Merveilles du Monde » nécessite pour être complètement illustré de collecter dix images pour chacun des 21 chapitres qu’il comporte. Le dépaysement dans le temps et dans l’espace est garanti, faisant successivement découvrir les « Enfants de la Terre verte » (le Groënland) mais aussi ceux du « Mystérieux Orénoque » avant d’inviter le jeune collectionneur à participer à « L’épopée saharienne du pétrole ». Dans la France de 1956 qui est encore présente en Algérie et au Sahara, la mise en exploitation de ces nouveaux gisements pétroliers est un évènement d’importance.

Vignette Kholer et timbre de 1959 (collection privée)
Vignette Kholer et timbre de 1959 (collection privée)

Les dix images de ce chapitre héroïsent l’action des hommes travaillant dans le désert à la recherche des hydrocarbures. La vignette placée en tête est ainsi légendée « Un targui sur son méhari. À l’arrière-plan, une exploitation de pétrole au Sahara ». Un bleu intense colore la majeure partie de cette image rectangulaire (8cm de haut pour 5,5cm de large) tandis que le jaune évoque très conventionnellement le sable du désert. La modernité regarde avec bienveillance la tradition représentée par un « homme bleu » sur son dromadaire. Un pétrolier, casque de protection sur la tête, discute avec l’homme du désert. Derrière, ses compagnons s’activent énergiquement. Ces images sont conçues pour nous faire apprendre tout un vocabulaire spécifique : la torchère pour brûler les gaz, le derrick pour forer à l’aide d’un trépan jusqu’à l’oléoduc appelé aussi « pipe-line ». Ce n’est pas un hasard si l’action de ces hommes est mise en avant. En effet, le monde entre alors dans l’ère du pétrole, de l’or noir. C’est ce que célèbre aussi la poste française avec ce timbre édité en 1959. Tous les jeunes philatélistes d’alors sont à la recherche de ces images dentelées. Celui-ci met en évidence l’importance du gisement d’Hassi Messaoud d’une part et d’autre part le tracé du pipe-line qui a été construit pour acheminer le pétrole jusqu’au port de Bougie sur la côte algérienne. De discrets dromadaires rappellent que nous sommes en plein désert. La présence française en Algérie semble toujours assurée.
Collectionner les timbres était une passion largement partagées par les garçons.

Vignette Cémoi (collection privée)
Vignette Cémoi (collection privée)

Il fallait posséder le matériel de base : la pince, la loupe et l’album. Le chocolat Cémoi, une marque grenobloise, avait lancé une opération. Sa publicité expliquait que « Les établissements Cémoi insèrent désormais dans chaque tablette de chocolat un timbre de collection car ils connaissent l’engouement des jeunes pour la philatélie ». La marque mettait en avant tout le sérieux de l’opération, la collection étant « établie en collaboration avec Yvert et Tellier ». Elle assurait avoir l’assentiment des parents mais aussi du monde scolaire, n’hésitant pas à affirmer « Ce n’est pas par hasard si les élèves qui ont l’esprit ouvert collectionnent les timbres-postes ». Pour la somme modeste de cinq timbres à 0,25 francs, on pouvait recevoir un album de 2 000 cases, 800 clichés au beau format (23x27cm) intitulé « le Monde entier ». À l’ouverture de chaque tablette, c’était le suspens. Quel timbre allait-on trouver ? En provenance de quel pays ? L’avait-on déjà ? Par un ingénieux système de « points échange » on pouvait se débarrasser du doublon, faire évoluer sa collection.

Les timbres du chocolat Cémoi (collection privée)
Les timbres du chocolat Cémoi (collection privée)

Depuis la fin de la guerre, le monde est en plein bouleversement politique. Grâce à notre collection, nous devenons de véritables détectives pour parvenir à identifier certains états dont le nom n’est pas immédiatement compréhensible. À force, nous savons que Eire est le nom de l’Irlande, CCCP correspond à l’Union soviétique et Magyar Posta est l’appellation de la poste hongroise. Ces petites images recèlent de précieuses informations sur l’organisation du monde. Ouvriers métallurgistes, chimistes, ouvrières du textile ou paysannes sont les principales figures mise à l’honneur par les pays de l’Europe de l’Est satellites de l’Union soviétique. À l’opposé, l’Amérique s’affirme comme la patrie de la liberté en mettant en avant le portrait de Georges Washington ou la statue de Bartoldi éclairant le monde. Nous ignorons alors le terme de « guerre froide » mais identifions Mao Tse Toung le dirigeant de la Chine communiste. On connaît aussi le visage de la jeune reine d’Angleterre et découvrons qu’elle est aussi souveraine à l’autre bout du monde en Nouvelle-Zélande et en Australie. La carte de l’Inde n’a plus de mystère, un petit timbre nous en montre ses frontières du moment, bien avant que le Bangladesh ne s’en sépare.

Le cahier de géographie (collection privée)
Le cahier de géographie (collection privée)

À l’école, nos instituteurs recevaient des timbres oblitérés des nouvelles émissions de la Poste. Ils s’en servaient dans les cours d’histoire et de géographie pour faire passer de multiples connaissances. Nous étions invités à rapporter les timbres récupérés à la maison. Cela donnait lieu à un travail minutieux pour décoller le timbre de la carte postale ou de l’enveloppe. On utilisait la vapeur d’eau pour faire fondre la colle sans abimer la vignette. Ensuite venait le temps délicat du séchage à l’aide d’un buvard.
Ce temps des collections d’images ou de timbres semble aujourd’hui bien éloigné de notre société hyper connectée.

Jean-Louis Hebrard