Archives par mot-clé : cinéma

Un diffuseur de culture : le Foyer albanais en 1936

Neuf ans après sa création, le Foyer albanais anime avec succès la vie culturelle de la région. Depuis peu, il est possible d’y projeter des films parlants qui attirent tout au long de l’année les familles et la jeunesse lors des séances du samedi et du dimanche. Posséder une belle salle de spectacle paraît alors inespéré. Songez qu’en 1936, près de 2200 villes et villages de moins de 1500 habitants restent dépourvues d’établissements cinématographiques. Ajoutez à cela, nous apprend le Journal du Commerce, que le Foyer albanais est capable d’assurer « pour la saison toute une série de nouveaux films qui sont présentés actuellement dans les grandes salles de Lyon et Grenoble ».
Quels films furent programmés par le foyer pour cette année 36 ?
Il n’est pas surprenant de constater que les films français occupent 67% de l’affiche du cinéma. En effet, à l’époque les écrans de notre pays sont parmi les moins encombrés par les productions hollywoodiennes (50% des films projetés) contre 85% en Grande-Bretagne.

Entrée du Foyer albanais (collection particulière)
Entrée du Foyer albanais (collection particulière)

Les films choisis sont récents, sortis pour la plupart entre 1933 et 1935. Ce sont les belles années du cinéma français avec une production record de 158 films en 1933, un chiffre qui ne sera plus dépassé avant 1966. Les réalisateurs sont alors prestigieux. Parmi ceux que le Foyer albanais diffuse, on trouve Julien Duvivier, Henri-Georges Clouzot mais aussi Marc Allégret ou Marcel Pagnol.
Films d’espionnage, comédies musicales, romances ou films d’aventure permettent d’admirer les grandes vedettes du moment. Dans « Matricule 33 », Edwige Feuillère incarne une espionne allemande sauvant en 1917 un malheureux agent français joué par André Luguet. Dans ce film d’espionnage sur fond de Grande Guerre, la toute jeune première du cinéma français tient toute sa place face à l’une des grandes vedettes masculines en vogue. Les spectateurs du Foyer albanais retrouvent quelques mois plus tard la même actrice dans une comédie tournée en 1935, intitulée « La route heureuse » avec Claude Dauphin comme partenaire. L’acteur est aussi connu que son frère, l’animateur de radio Jean Nohain.
Pour les soirées du 9 et 10 mai, une comédie musicale « Mon cœur t’appelle » est programmée. L’intrigue est simple, un ténor sans engagement finit par triompher à l’opéra de Monte-Carlo grâce à l’astuce déployée par une artiste espiègle. C’est Danièle Darrieux qui joue ce rôle. Sa carrière vient juste de débuter et le public s’enthousiasme pour cette jeune première qui alterne les rôles de jeunes filles ingénues dans des comédies musicales avec ceux de demoiselles romantiques dans des drames historiques.

Vignette des années 30 (collection particulière)
Vignette des années 30 (collection particulière)

Celle que l’on surnomme « la fiancée de Paris » joue souvent aux côtés d’acteurs populaires. Dans « Mon cœur t’appelle », Julien Carette lui tient compagnie. Acteur à la bonne humeur communicative et au phrasé reconnaissable, il contribue à l’atmosphère joyeuse du film. Tournant beaucoup à l’époque, les spectateurs du Foyer albanais le découvriront dans bien d’autres films plus célèbres dont ceux de Jean Renoir.
Le Foyer albanais programme aussi des grandes vedettes américaines. On pourra d’abord voir pour le jeudi de l’Ascension la première enfant star d’ampleur internationale, la toute jeune Shirley Temple. Dans « La p’tite Shirley », du haut de ses six ans, elle est la coqueluche des petites filles du monde entier. « Les trois lanciers du Bengale » sont projetés pour les fêtes du 15 août. C’est l’occasion de voir le grand Gary Cooper incarner le lieutenant Alan Mc Gregor, un officier écossais chargé de la protection d’un territoire du nord-ouest des Indes britanniques. Un grand film du réalisateur Henry Hathaway, produit par la Paramount, tourné en extérieur dans la Sierra Nevada.
Outre « Les trois lanciers du Bengale », tiré du roman de l’américain Francis Yeats-Brown, le Foyer albanais propose plusieurs adaptations d’œuvres littéraires. « Maria Chapdelaine », extrait d’un roman au succès mondial est projeté en mars. A l’automne, le Journal du Commerce annonce la projection de « Sans famille », et précise : « nombreux sont ceux qui ayant lu le célèbre roman d’Hector Malot seront heureux de revivre les péripéties d’une belle et passionnante aventure ». Le même journal, fin décembre avertit le public que « les célèbres artistes Harry Baur et Pierre Blanchard » sont remarquables dans le film « Crime et châtiment ». Figurent aussi les œuvres que Marcel Pagnol adapte au cinéma comme « Jofroi » ou « Cigalon » avec des musiques de Vincent Scotto. Dans « Jofroi », le compositeur s’est vu confier le rôle principal par son ami Marcel Pagnol. Une exception dans sa vie de musicien car ce sont ses chansons qui l’ont fait connaître du grand public. Interprétées alors par Joséphine Baker, Maurice Chevalier, elles sont encore dans toutes les mémoires à l’instar de « J’ai deux amours » et « La petite tonkinoise » ou « Marinella » qui devient en 1936 le phénoménal succès de Tino Rossi.
La musique est bien au cœur de l’activité culturelle du Foyer albanais qui n’hésite pas aussi à promouvoir la « grande musique ». En complément du film principal, lit-on dans le Journal du Commerce du mois de mars, est proposé « un documentaire sur Arles avec la musique de l’Arlésienne de Georges Bizet ».

Une scène du film
Une scène du film

Judicieusement choisis, certains de ces films se veulent plus édifiants comme « Cessez le feu » pour lequel « un demi tarif sera accordé aux anciens combattants ». C’est encore plus évident avec la programmation pour les fêtes de Pâques de « Golgotha » réalisé par Julien Duvivier. « C’est le drame de la Passion… le film qui remue les foules et qui a connu ces derniers mois un succès formidable à Grenoble et Lyon » lit-on dans la presse locale qui avertit le public que « en raison de l’affluence prévue pour la séance du dimanche soir, il est demandé à tous ceux qui le pourront de venir soit le samedi soir, soit le dimanche après-midi ». Ce conseil souvent donné est en quelque sorte un indicateur du succès de cette salle. Pour la jeunesse, venir au cinéma n’est pas toujours facile. Il faut d’abord avoir obtenu l’accord parental. Alors que le Front populaire vient juste d’établir les congés payés, il n’est pas encore bien admis à la ferme de pouvoir s’extraire des travaux du quotidien. On vient de tous les villages des alentours en se déplaçant en groupe et à pied. Pour les chanceux qui disposent d’une bicyclette, une sorte de consigne a été ouverte à proximité du foyer. On peut y laisser son engin de transport en toute sécurité. La plus grande affluence concerne les séances du dimanche après-midi et soir, celles qui attirent les spectateurs venus par le train des villes voisines comme Rumilly.

La gare d'Albens, vue des années 30 (archive Kronos)
La gare d’Albens, vue des années 30 (archive Kronos)

Il pouvait arriver que, la séance de l’après-midi s’étant prolongée, il faille vite sortir du cinéma pour courir vers la gare où l’on avait retardé le départ du train. Toute une époque !
Le Foyer albanais traversera les « Trente Glorieuses » mais devant la concurrence de la télévision disparaîtra dans les années 80. L’objet d’un prochain récit.

Jean-Louis Hébrard