Les nombreuses décorations de Clémence Brunet, infirmière de la Grande Guerre

Cette femme courageuse dont nous avons raconté le périple dans un précédent article allait être plusieurs fois décorée, en particulier pour son courage en Roumanie lors de la terrible épidémie de typhus qui frappe les armées tout au long de l’hiver 1917.
Clémence Brunet se trouve alors à Jassy dans le nord-est de la Roumanie. La ville est alors l’ultime réduit des forces roumaines qui ont dû abandonner successivement la capitale Bucarest puis les villes de Braïla et Galatz. Durant cette longue retraite notre infirmière major se signale par son courage comme l’écrit le préfet de Galatz « A rendu de très grands services dans les différentes évacuations et sous le bombardement, par son sang froid et son esprit d’initiative. A su accepter avec bonne grâce les difficultés d’installation matérielle très primitive en tirer parti pour l’organisation des services ».

Carte extraite de l'almanach Hachette 1918 (collection privée)
Carte extraite de l’almanach Hachette 1918 (collection privée)

Dans une longue lettre expédiée à sa tante, Clémence Brunet relate tous les épisodes de la retraite qu’elle effectue avec les membres de la Mission française employant successivement pour se déplacer des chars à bœufs, un bateau hôpital russe qui descend le Danube et enfin un train spécial munition pour arriver à Jassy.
Voici la situation dramatique qu’elle y trouve : « Deux jours de voyage et nous arrivons à Jassy. Là, que de mal pour nous loger… Nous tombons dans des logis infectés ; nous étions si lasses que nous acceptons n’importe quoi… Devant nos ennuis les sœurs nous recueillent et depuis nous sommes logées à Sion, fort bien car le lit est propre, nous avons des draps… Nous sommes six dans un couloir, mais nous sommes contentes car cette vie de réfugiées n’a rien de bien gai ».
Devenue capitale provisoire du royaume et base arrière des troupes françaises, la ville qui comptait 80 000 habitants a vu sa population quintupler au cœur de l’hiver 1917. Une épidémie capable de faire grimper le taux de mortalité à 20% explose alors car les gens sont entassés dans des lieux infestés de poux et que l’hygiène est insuffisante. La multiplication des hôpitaux et le dévouement du corps médical ne peuvent rien face aux terribles conditions qui entraîneront la mort de 60 000 soldats. Voici comment un médecin français décrit la situation dans son service : « Un matin, en entrant dans une des salles, j’éprouve la sensation que le plancher ondule sous mes pas. Me penchant, je le vois recouvert d’un épais tapis de poux, véhicule du typhus ».
Pour affronter ce typhus, les médecins donnaient aux infirmières la consigne de ne pas quitter leurs gants, de ne parler qu’en cas de nécessité, et de retenir, autant que possible, leur respiration. La mort touche malgré tout le personnel médical à l’image du docteur Jean Clunet dont le décès fait la une du Figaro en mai 1917.
Clémence allait vivre durant près de six mois dans cet enfer où l’on désinfecte tous les vêtements comme l’on peut. Dans le courrier qu’elle écrit à sa famille depuis Jassy, elle évoque aussi le manque de nourriture : « La vie ici est terrible, ainsi aujourd’hui, impossible de trouver autre chose que de la polenta – le plat national appelé mamaligua ici, si elle était préparée comme chez nous encore ce serait un rêve, mais simplement cette semoule délayée dans l’eau. Pas de pain aujourd’hui, espérons que demain ce sera mieux ».
Pour son courage, elle allait à deux reprises être distinguée par la France. Le 14 avril 1917 elle reçoit la médaille d’honneur des épidémies, avant d’être à nouveau décorée le 27 décembre de la médaille d’or des épidémies, insigne que lui décerne le sous-secrétaire d’état du service de santé militaire, M. Justin Godart avec la citation suivante : « En raison de la durée et de l’assiduité des soins que vous avez prodigués à nos soldats blessés ou malades et du dévouement de tous les instants dont vous avez fait preuve à leur égard pendant la guerre ». On dit que cette décoration est pour une femme l’équivalent de la légion d’honneur.
Elle allait enfin recevoir une distinction de la part de la reine de Roumanie, la croix de la « Regina Maria ».

La reine de Roumanie entourée d'infirmières à Jassy (archives en ligne)
La reine de Roumanie entourée d’infirmières à Jassy (archives en ligne)

Une médaille où l’on voit la reine en tenue de service de santé, celle-ci étant devenue dès 1914 infirmière volontaire de la Croix-Rouge pour aider les malades et les blessés. Sans doute une décoration dans laquelle Clémence Brunet devait bien se retrouver, elle qui dans sa lettre du 15 janvier 1917 écrivait à propos de la souveraine : « Nous rencontrons souvent la reine qui est très aimable, très simple, dans la rue, elle nous salue ; elle est venue nous voir dans notre petit coin à Sion où nous raccommodions nos bas. À Bucarest, elle nous avait reçu au palais, nous faisant visiter son hôpital et nous remerciant si gentiment ».
La guerre terminée, elle allait encore recevoir de nombreuses décorations, dont en 1920 la médaille de la Reconnaissance française décernée à titre civil envers tous ceux qui sans obligation légale ni militaire ont aidé les blessés et les invalides, et en 1938 la médaille d’honneur de l’Assistance publique.
Décédée en 1962, elle repose dans le cimetière d’Albens, à quelques mètres du monument aux morts de la Grande Guerre au pied duquel se dresse une belle statue de poilu. Elle a retrouvé la compagnie de ces soldats pour lesquels elle s’était tant dévouée un demi-siècle auparavant.

Jean-Louis Hébrard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>