La « rumeur du monde » dans l’Albanais de 1914

L’aggravation de la tension qui règne en Europe depuis l’attentat de Sarajevo (28 juin 1914) aurait dû alerter l’opinion publique d’Aix-les-Bains, Rumilly ou Annecy dès la fin du mois de juillet. Mais comme pour le monde rural, la mobilisation constitue pour la population des villes une surprise totale.
Jusqu’au dernier moment, les paysans occupés aux travaux de la moisson refusent d’envisager l’hypothèse de la guerre. À Saint-Félix beaucoup comptaient « que les choses s’arrangeraient ». Comment les hommes et les femmes de 1914 étaient-ils informés de la « rumeur du monde » ?

La presse et les cafés jouent un grand rôle mais on ne doit pas négliger les lieux de rassemblement et d’échanges que constituent la messe dominicale, les marchés, les fruitières ni un tout nouveau média, le cinématographe. Ce dernier semble faire son apparition à Albens en 1911 puisque l’on sait par le registre de délibération du conseil municipal que ce dernier répond positivement à une demande de « location de la grande salle de la mairie pour représentation de cinématographie, deux fois par semaine pendant la période hivernale ».
Si le cinéma ouvre sur le monde, n’imaginons pas qu’il soit déjà un vecteur d’information puissant. On doit plus sûrement se tourner vers la presse et les cafés.

Hebdomadaire de grand format (42 x 62 cm), imprimé sur huit pages, le « Journal du commerce » est alors bien lu dans tout l’Albanais. Comme beaucoup d’autres titres publiés dans les Savoie il s’intéresse en priorité aux questions d’ordre économique et d’intérêt général. L’organisation de sa première page, sans grand titre ni illustration, ne facilite pas la mise en relief des évènements. Les affaires internationales doivent être recherchées en page deux car ce journal privilégie les « nouvelles savoisiennes », la vulgarisation agricole et les informations pratiques : mercuriales, annonces commerciales et judiciaires, horaires du chemin de fer.
La presse aixoise tout comme le « Journal du commerce » ne semble pas avoir perçu l’imminence de la guerre. L’éditorialiste de « l’Avenir d’Aix-les-Bains » écrit encore le 1er août que « malgré la précipitation avec laquelle les bruits plus ou moins alarmants se sont succédés depuis samedi dernier, la saison continue à être de plus en plus suivie ». On le voit, si l’idée de guerre est présente dans les journaux, tout est fait pour en faire une hypothèse lointaine. Les nombreux autres titres de la presse aixoise sont à l’unisson ; ils s’intéressent en priorité à la vie de la station, à la venue des têtes couronnées, aux plaisirs du lac (régates, promenades en bateau, excursions diverses…).
Diffusé largement de Saint-Gingolph à Albens et de Seyssel à Bonneville, le « Journal du commerce » tire à 3000 exemplaires environ qu’un bon nombre de ses abonnés reçoivent chaque semaine par la poste. Son influence ne se limite pas à son seul tirage quand on sait le pouvoir de relais d’opinion que constituent alors les cafés et les bistrots. Il en existe une quarantaine dans le canton d’Albens en 1914 pouvant fournir potentiellement 1300 à 1800 lecteurs à l’image de ceux qui fréquentent le « café du chemin de fer » à Albens ou ceux du « café de la poste » à Saint-Félix.
Les fruitières sont aussi des lieux d’échanges dont on peut repérer l’importance à travers quelques faits divers. Ainsi ces automobilistes qui se plaignent dans les colonnes du « Journal du commerce » du comportement des cultivateurs qui « chaque soir à l’intersection des routes de Rumilly, Saint-Félix et la Chambotte… venant livrer le lait, tiennent des conciliabules, obstruant complètement la chaussée ».
On parle des affaires locales, du prix des denrées et peut-être du résultat des dernières élections législatives qui ont eu lieu ce printemps mais il ne semble pas que l’imminence du conflit soit bien perçue de tous.
Ce n’est pas étonnant quand on sait que « La croix de Savoie » ne voyait dans l’assassinat de Sarajevo qu’un drame familial (numéro du 5 juillet 1914) et que le 1er août « le Démocrate savoisien » écrivait encore « tous espèrent que la raison triomphera ».
On peut y voir l’influence des autorités ne voulant pas affoler les populations mais également une sorte d’aveuglement en symbiose avec le manque d’intérêt des populations pour les questions extérieures.
Comme à pu l’écrire Antoine Borrel : « personne n’y croyait ».

AvenirdAix
Avenir d’Aix-les-Bains, du 4 janvier 1908

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>