Cataplasme et ventouses

Durant le mois de février 1956, la France et la Savoie subissent la plus sévère vague de froid de la décennie. Le 5 février, dans les rues de Chambéry, il fait -16° ; dix jours plus tard, à Belley, les platanes de la ville éclatent sous l’effet du gel. Nos chambres étaient glaciales, se souvient un témoin de Menthonnex qui conserve en mémoire la glace qui recouvrait les vitres au petit matin. Ces conditions polaires (-30° à Megève, -27° à Termignon) persistent jusqu’à la fin du mois entraînant de nombreux dégâts, tuant près de 200 personnes dans tout le pays.

L’hiver, qu’il soit très rigoureux ou supportable, est alors la saison du retour des cataplasmes. Ce remède faisait partie intégrante de la pharmacie familiale. Sa composition la plus classique était à base de farine de lin ou de farine de moutarde et quelquefois d’un mélange des deux. Malaxée avec de l’eau, on faisait chauffer le tout assez longtemps afin d’obtenir un emplâtre bien chaud qui était ensuite étalé dans un tissu de lin soigneusement plié. L’ensemble, posé sur la poitrine, souvent maintenu par une flanelle pour profiter de la chaleur, était gardé 10 à 15 minutes. « Et ça chauffait, dur même ! » écrit Magitte sur son blog (magitte.over-blog.com). « Souvenirs cuisants » poursuit-elle « plus on était rouge, mieux c’était… À rendre jaloux les homards… ce que je supportais en poussant des cris ». Une attitude plus que normale dans une société qui reste encore très doloriste, invitant les enfants à se montrer courageux. Le but de l’opération était de faire venir le sang pour atténuer le plus possible la congestion.

L’Ouataplasme, pansement (collection privée)
L’Ouataplasme, pansement (collection privée)

On soignait bien d’autres affections comme les furoncles, panaris, compère-loriot et autres à l’aide de pansements émollients aseptiques vendus en pharmacie sous le nom d’Ouataplasme. La notice qui accompagne le produit précise « une fois l’Ouataplasme imbibé d’eau tiède, il suffit d’étaler sur la mousseline la quantité nécessaire, selon l’âge du malade, d’une pâte épaisse obtenue en délayant de la farine de moutarde ordinaire dans un peu d’eau. L’Ouataplasme peut être laissé en place tout le temps nécessaire à la révulsion que le médecin veut obtenir. Il ne provoque aucune irritation ». Il n’en reste pas moins que le côté collant et désagréable de la médication est un fait, un ressenti passé dans le langage courant pour qualifier le fâcheux dont on dit « Oh ! Celui là, c’est un vrai cataplasme ». Comme les cataplasmes, la pose des ventouses, autre façon de soigner les refroidissements, est difficile à supporter. Cette façon de soigner à l’aide de petits récipients en verre était pratiquée par tous les foyers de France tant à la campagne qu’à la ville depuis fort longtemps. Dans les années 50, tout le monde possède un lot de ces petits pots en verre, le plus souvent entreposé dans une boite ou une mallette en bois.

Lot de ventouses (collection particulière)
Lot de ventouses (collection particulière)

De petite taille, la ventouse présente une ouverture rétrécie, un fond arrondi et un bord muni d’un bourrelet assez épais. On les appliquait côte à côte sur la peau pour attirer le sang, par révulsion. Leur pose exigeait que l’on ait au préalable chauffé l’air intérieur. Pour cela, une compresse, du coton ou un morceau de papier imbibé d’alcool à brûler était enflammé dans le récipient. La flamme éteinte, la ventouse était placée sur le dos du malade. En refroidissant elle produisait le puissant effet de succion attendu pour soigner les bronchites et autres problèmes respiratoires. Rangé dans la catégorie des « remèdes de bonnes femmes » à partir des années 60, l’usage des ventouses se perd peu à peu.

Pour les maux de gorge, on traitait avec un collutoire au bleu de méthylène. Découvert à la fin du XIXème siècle par un chimiste allemand, cet antiseptique est toujours employé dans les années 50. Enfant, on nous demandait d’ouvrir largement la bouche pour recevoir le badigeonnage. « Fais Ah ! » nous enjoignait-on. On s’y prêtait de bonne grâce, sachant que le collutoire allait calmer l’inflammation.

Boite d’ampoules (collection privée)
Boite d’ampoules (collection privée)

Si l’on avait recours à des produits issus de la chimie comme le mercure au chrome, cicatrisant pour les écorchures, ou les ampoules de teinture d’iode comme désinfectant puissant, c’était encore vers une médication par les plantes que l’on se tournait bien souvent.

Soigner les écorchures  (Manuel classe fin d’études, 1958)
Soigner les écorchures (Manuel classe fin d’études, 1958)

À la pharmacie d’Albens comme dans bien d’autres officines de Savoie, il était possible de trouver la camomille, l’aubépine, la chélidoine, le millepertuis et bien d’autres plantes nécessaires pour les tisanes et autres préparations. Sinon, pour tous ceux qui connaissaient les simples, la collecte dans la campagne et la culture dans le jardin fournissaient l’essentiel. Dans un article de la revue d’ethnologie Le monde alpin et rhodanien, dans le numéro 4 de 1976, on découvre les « Remèdes d’autrefois à Saxel ». Originaire de cette commune de Haute-Savoie, l’institutrice Julie Dupraz livre dans un bel article (consultable en ligne www.persee.fr) le fruit d’un long travail d’enquête sur les ressources médicinales des habitants de la commune dont elle était originaire.

La chélidoine contre les verrues (collection privée)
La chélidoine contre les verrues (collection privée)

Mises à macérer dans de l’alcool ou de l’huile, préparées en tisane c’est-à-dire en infusion comme en décoction, les plantes permettent de calmer, cicatriser, désinfecter, aider à guérir de la grippe, de la jaunisse ou de problèmes de peau. C’est l’usage que l’on fait alors de la chélidoine qui « fait passer » les verrues. La camomille en infusion est souveraine en cas de digestion difficile mais on l’utilise aussi pour le lavage des yeux.

L’eau de vie, désinfectant habituel dans les fermes, sert pour la macération du chèvrefeuille que l’on emploie pour faire mûrir panaris et mal blanc. L’aubépine comme le tilleul sont employés en infusion pour calmer les enfants auxquels on propose alors la célèbre « eau sucrée », un placébo très efficace. Melle Dupraz parle aussi de l’extraction des dents de lait à l’aide d’un bout de fil à coudre et aussi de l’importance du « rhabilleurs », le rebouteux qui soigne les foulures et remet en place vertèbres et articulations.

Les séniors d’aujourd’hui qui ont connu le temps où les antibiotiques étaient rares voient avec étonnement revenir au goût du jour l’usage des ventouses, des cataplasmes et des « médecines d’autrefois ».

Jean-Louis Hebrard

1 réflexion sur « Cataplasme et ventouses »

  1. Je suis né au début de la seconde guerre mondiale.
    Cataplasmes ,ventouses, herbe contre les verrues étaient la première pharmacie familiale, tant en Normandie que ans le Berry où je vécus mes premières années.
    Amicalement. A. A.

Répondre à André Augendre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *