Le conseil de révision de 1909

Au printemps se tient dans chaque chef-lieu de canton le conseil de révision qui va déterminer l’aptitude militaire des jeunes gens et étudier les demandes de dispense. La date est fixée par une loi, à charge du préfet de la faire appliquer. Une décision préfectorale organise le conseil de révision et plus particulièrement son parcours dans le département. L’itinéraire se fait suivant des dates précises valables pour toute la France, entre le 3 février et le 3 juin pour l’année 1910, du 8 mars au 27 mai pour l’année précédente.
« Les jeunes gens inscrits sur la liste de recensement de la classe 1908 dans le département de la Savoie » lit-on dans le Recueil des actes administratifs de la préfecture « sont tenus de comparaître en personne devant le conseil de révision… conformément à l’itinéraire ci-après ».

ConseilDeRevision
Itinéraire du conseil de révision 1910

Un peu plus de 3000 conseils de révision passent chaque année en revue entre 210 et 220 000 recrues dans la France d’avant 1914. En Savoie ce sont plus de 2100 jeunes hommes qui vont être examinés par les membres des conseils de révision pour l’année 1909. Pour le canton d’Albens, 55 conscrits de la classe 1908 sont convoqués à la mairie du chef-lieu le samedi 20 mars à 11h15 précise du matin.

C’est un moment important dans la vie du canton. Selon un rituel bien établi, le conseil est arrivé tôt, escorté par les gendarmes, pour s’installer dans la grande salle de la mairie. Autour du préfet il y a quelques militaires ainsi que le médecin qui fera passer « l’épreuve physique » aux futures recrues. Tous siègent en grande tenue et portent leurs insignes distinctifs. La séance est publique, le maire et les conseillers municipaux d’Albens assistent à la réunion en présence des familles des conscrits. Ces derniers sont partis très tôt de leurs communes respectives accompagnés par le maire qui a ceint pour l’occasion l’écharpe tricolore.
Ils sont quinze d’Albens à se présenter, deux pour Ansigny, treize de La Biolle ; onze viennent de Saint-Germain et trois de Cessens. Les sept jeunes de Saint-Girod sont déjà arrivés à Albens quand les quatre conscrits de Saint-Ours, les trois d’Epersy auxquels se sont adjoints les quatre de Mognard parviennent à l’heure au chef-lieu.

CartePostaleAlbens
Carte postale d’Albens

Les jeunes gens vont être appelés dans l’ordre du tableau de recensement, c’est-à-dire en commençant par ceux qui sont nés en janvier 1888 jusqu’à ceux nés en décembre. Depuis la loi de 1905, le conseil de révision juge les aptitudes physiques des recrues ; les garçons passent nus devant le médecin qui vérifier leur taille ainsi que leurs particularités physiques avant de les classer dans une des quatre catégories prévues par la loi : bon pour le service (catégories 1 et 2), ajournement, exemption (catégories 3 et 4). Au passage sont enregistrés leur profession ainsi que le degré d’instruction générale (cinq degrés peuvent être repérés). La classe 1908 ne présente aucune recrue « ne sachant ni lire ni écrire » ; seize sont inscrites en catégorie « sait lire et écrire » et trente-six possèdent une instruction primaire plus développée. Cette année là un conscrit se signale comme ayant « obtenu le brevet de l’enseignement primaire ». Il se déclare étudiant et va obtenir un sursis pour les années 1909 à 1911. Incorporé en 1912, il deviendra caporal puis sergent avant de périr au front lors des offensives de 1914.
Comme on le voit, plus de 68% de cette classe d’âge possède un niveau d’instruction conforme aux objectifs visés par l’école de république.

Le conseil terminé, c’est la fête pour les jeunes gens reconnus « bon pour le service ». Ils se répandent dans les rues du chef-lieu arborant cocardes, rubans, chapeaux, avant de se faire photographier. Un recalé pour cas de maladie ne participera pas aux réjouissances cette année là, n’ayant pas satisfait aux exigences de ce « rite de passage ».
Les « bons pour le service » attendront encore quelques mois avant de recevoir leur affectation, les incorporations s’effectuant à l’automne.

Jean-Louis Hébrard
Article initialement par dans l’Hebdo des Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>