Saint-Girod–Les Vergers, An II de la République

À la veille de la Révolution Française, la situation sociale et morale n’est certes pas la même en France et en Savoie. Si le paysan savoyard reste très pauvre, son état s’est néanmoins amélioré à la suite des réformes promulguées sous Victor-Amédée II et Charles-Emmanuel III, « despotes éclairés », s’il en fut.
Trop pauvre cependant pour nourrir tous ses enfants, la Savoie en déverse sur tous les pays d’Europe, la France notamment où nobles et bourgeois viennent y achever leurs études. Les uns et les autres contribuent à introduire dans leur pays d’origine, auquel ils demeurent profondément attachés, « les idées nouvelles » qui ont cours en France ; et lorsque les troupes françaises rentrent en Savoie le 27 Septembre 1792, c’est dans un climat favorable que l’Assemblée Nationale des Allobroges se prononce, à Chambéry, pour le rattachement de la Savoie à la France. La Convention ratifie ce choix par un décret du 27 Novembre 1792 qui fait de la Savoie le 84ième département français sous le nom de département du Mont-Blanc.
Cette nouvelle circonscription dont le chef-lieu est Chambéry, a sensiblement les mêmes limites que l’ancien duché ; elle est divisée, conformément aux lois constitutionnelles en vigueur, en sept districts correspondant aux provinces ou intendances de l’ancien régime.
Dans le cadre de cette répartition qui la rattache au canton de La Biolle, district de Chambéry, la commune de Saint-Girod se dote de l’organisation municipale prévue par les lois de la République.
C’est ainsi que le 31 décembre 1792, les citoyens actifs de la Commune, organisés en Assemblée Générale, élisent le corps municipal ainsi que les notables appelés, dans certains cas, à siéger avec le Corps municipal pour former le Conseil Général de la Commune.

Le premier Corps municipal est composé de :
– Louis Darmand, Maire, 38 ans
– Antoine Gannaz, 1ier officier, 65 ans
– Antoine Morens, 2° officier, 46 ans
– Jacques Bouvier, 3° officier, 52 ans
– François Lansard, 4° officier, 66 ans
– Jean Boissat, Procureur de la Commune, 35 ans
– François Nicolas Pavi, Secrétaire, 30 ans.
Les procès verbaux des délibérations seront établis dans une belle écriture ronde par François Pavi, notaire public, dans une forme laissant apparaître un juriste, qui aura toutefois quelques difficultés à s’adapter aux subtilités du calendrier républicain. Ainsi, les comptes-rendus des délibérations du 1ier semestre de l’année 1793 sont datés de l’an II de « la République une et indivisible », alors que c’est l’an I qui couvre en réalité la période « grégorienne » qui va du 22 Septembre 1792 au 21 Septembre 1793(1). La laïcisation de la commune qui récuse son patron pour s’appeler plus prosaïquement Les Vergers(2) n’apparaîtra qu’ultérieurement dans les délibérations.

Le recensement pratiqué en 1793 fait ressortir une population totale de 358 personnes réparties en 71 familles. La famille comprenait tous les individus vivant sous un même toit, domestiques inclus. Ces laboureurs et moissonneurs sont peu alphabétisés ; la signature est rare alors que l’apposition de la marque est la plus fréquemment utilisée, notamment par trois des officiers municipaux, dans les délibérations ou actes publics.
Il n’y a aucune raison de douter de la sincérité des sentiments républicains exprimés dans les délibérations de la municipalité de Saint-Girod. Cependant, au fil des jours, apparaissent les difficultés liées, bien sûr, à la politique anti-religieuse de la Convention, mais également aux dispositions d’une population rurale, qui dans la situation exceptionnelle née de la Révolution, supporte mal, aussi bien les levées en hommes que les réquisitions de chevaux, de grains ou autres denrées alimentaires.
Kronos reviendra dans ses prochains numéros sur les délibérations du Corps municipal liées à ces questions particulièrement vitales. Il apparaît plus intéressant, pour l’heure, de livrer à ses lecteurs, au travers de la prose du citoyen Pavi, secrétaire, les arguments de cette municipalité, confrontée, déjà, aux problèmes soulevés par la réunion des communes et des cures :
Égalité, Liberté
Délibération du Conseil Général de la Municipalité de Saint-Girod en réponse aux adresses du Procès Verbal du Directoire de Desmet des 26 Mars et 12 Avril 1793.
L’an mille sept cent nonante trois, second de la République (en fait, l’an I) le vingt et un du mois d’avril, à dix heures du matin à Saint-Girod, dans la maison d’habitation du citoyen Jacques Bouvier, la Municipalité de cette commune convoquée par le citoyen maire s’est assemblée en Conseil Général…
La Municipalité, pour les chefs qui la concernent, et après avoir ouï le Procureur de la Commune, … , a unanimement arrêté qu’il sera répondu que le citoyen Michel Dupessey, curé de cette commune, dans laquelle il n’habite aucun autre prêtre ni religieux, a prêté le serment prescrit aux fonctionnaires du culte, le dix mars dernier. À forme du procès verbal qui en a été consigné dans les registres de la Commune…
Quant aux renseignements à donner concernant les Cures susceptibles de réunion, il est à observer pour celle de Saint-Girod, qu’elle n’est point dans ce cas, soit par rapport à l’étendue de son territoire et à la situation des villages dont elle est composée, soit à cause des obstacles et difficultés physiques qu’elle aurait à communiquer avec les églises situées dans les environs. Elle se trouve séparée de la commune d’Albens, la seule à laquelle elle s’adapterait plus commodément, par la rivière la Daisse (le Deysse) qu’étant très sujette à se déborder par temps pluvieux inonde fréquemment les chemins de communication et les rend impraticables.
Mais s’il est inutile de considérer les raisons pour lesquelles Saint-Girod ne peut être uni, l’on voit au premier coup d’œil qu’il doit servir de point central ; son territoire, moitié en plaine, moitié en collines inclinées vers le couchant, contient quatre villages considérables, quelques hameaux et diverses maisons isolées. Il est confiné au nord par Saint-Félix, au couchant par Albens, au midi par Mognard et au levant par Chainaz et La Frasse, cette dernière commune quoique dépendante du district d’Annecy serait bien susceptible d’être incorporée à Saint-Girod, vu qu’elle en est à une très petite distance et que même cette distance ne s’apercevrait pas, lorsqu’il serait question de venir à l’Église de cette commune où les habitants de ladite Frasse seraient conduits par des chemins en pente et qui sont en bon état.
C’est une observation physique qui n’est pas à négliger. L’expérience prouve qu’il est très dangereux pour les personnes de la campagne un peu éloignées, d’avoir à se rendre aux offices divins par des routes difficiles et escarpées, parce que le son de la cloche les obligeant quelque fois à doubler le pas, elles arrivent alors à l’église, trempées de sueur, sans pouvoir recourir aux secours qui leur seraient nécessaires. De là viennent beaucoup de maladies qui enlèvent malheureusement à la société, les meilleurs de ses membres, nos bons laboureurs.
Le même inconvénient ne peut avoir lieu s’il faut faire un chemin en montée en retournant de l’Église chez soi. Chacun peut, sans se gêner, prendre le pas qui lui convient. La cloche n’a plus d’ordre à lui donner et en supposant encore que la longueur ou la difficulté de la marche causât quelque fatigue, l’on peut en arrivant a la maison satisfaire ses besoins et prévenir les dangers en changeant de linge ou en se chauffant, selon les circonstances de la saison.
La commune de la Frasse ne peut éviter la réunion à cause de son peu d’étendue et du petit nombre de ses habitants ; elle ne forme presque qu’un village. Outre quelques maisons éparses, son église est d’une très médiocre capacité, couverte de chaume et même mal située, au lieu que l’Église de Saint-Girod(3) est en bon état et assez vaste pour contenir les habitants des deux communes. D’ailleurs, la Frasse est dépourvue depuis longtemps de son curé pour ce qui concerne les fonctions ordinaires du culte. L’extrême vieillesse du citoyen Exertier l’ayant mis dans le cas de se faire nommer un suppleteur en la personne du citoyen Perrin vicaire de Saint-Félix qui est actuellement obligé de desservir seul deux communes et d’étendre sa sollicitude à celle qui manquent de pasteurs.
Le curé de Saint-Girod est dans le même cas et dessert aussi habituellement la commune de Mognard, depuis l’expatriation du ci devant curé Dijod.
La municipalité déclare que malgré les fréquentes invitations par elle faites et surtout de la part du citoyen maire, aucun habitant de cette commune ne s’est fait inscrire pour volontaire.

Le 23 Juin 1793, 16 Conseil Général de la Commune, sur les réquisitions du citoyen Vissol commissaire député pour le Directoire du district de Chambéry, rejette à nouveau toute réunion avec Albens au motif supplémentaire que : « cette commune s’accroîtra encore par la réunion de celle d’Ansigny » et maintient son projet de réunion de la Frasse à Saint-Girod en raison notamment « du patriotisme du citoyen Michel Dupessey curé de Saint-Girod… et aux raisons plausibles, détaillées dans la délibération du 21 Avril qui ne paraissent avoir besoin d’autres appuis que leur propre solidité pour déterminer la réunion proposée et conserver à cette commune la qualité de chef-lieu où le curé fera sa résidence ».
Le Conseil Général de la Commune de Saint-Girod va-t-il obtenir satisfaction ?
Le 3 ventôse de l’an second de la république (le 22 Février 1794), il se réunit cette fois dans la Cure, à défaut de maison commune, en présence de louis François Gallay et Jean Dupuis notaire, tous deux Commissaires de l’Administration du Département pour faire appliquer un arrêté pris le 12 Juillet 1793 pour la réunion des Cures.

Les dits commissaires, indépendamment de la vue et des examens qu’ils ont faits par eux-mêmes des localités, ont demandé au dit Conseil Général quelles sont les communes voisines de la présente, dont la distance n’excède pas une lieu et dont la réunion soit praticable ? Quelle est la population de chacune et quels sont les prêtres et ci-devant religieux et religieuse qui y habitent ? Le Conseil répond que les communes de Chainaz et La Frasse sont toutes les deux à une moindre distante d’une lieu et que, quoiqu’elles aient été inscrites dans le canton d’Alby, district d’Annecy, leur situation à proximité de cette commune (Saint-Girod), parait exiger qu’elles soient réunies à celle-ci ; leur pente naturelle de ce coté en fait la preuve, joint au plus grand éloignement où elles se trouvent de tout autres et à leur peu nombreuse population, laquelle, avec celle de cette commune (Saint-Girod), en composerait une d’un nombre suffisant.
D’ailleurs l’Église en ce lieu est en très bon état, couvertes à tuiles et la plus vaste des trois. La pente par laquelle on arrive en ce lieu favorisant en outre le port des cadavres au cimetière.
Cette réunion, et même celle de Cusy qui est borné du côté d’Annecy par la rivière Le Chéran qui leur cause un chemin excessivement long pour aller au dit Annecy puisqu’ils sont obligés d’aller passer sur le pont d’Alby, au district de Chambéry, dont dépend cette commune de Saint-Girod ; ne diminuerait point notablement le dit canton d‘Alby qui est composé d’un grand nombre de communes.
Il parait aussi que le point central de la réunion des dites communes de Saint-Girod, Chainaz et La Frasse doit être Saint-Girod puisque les hameaux de celle-ci seraient beaucoup éloignés de Chainaz et La Frasse que ne le sont de Saint-Girod les hameaux de ces deux dernières.
La population de la commune de Saint-Girod arrive à trois cent soixante quatre(4), celle de Chainaz à deux cent cinquante environ et celle de La Frasse à environ cent individus.
Il y a dans cette commune le citoyen Michel Dupessey, prêtre, qui est curé institué, à Chainaz ; le citoyen Durhone aussi curé institué et le citoyen Perrin vicaire de Saint-Félix, font quelques fonctions de culte à La Frasse et il n’y a dans les trois communes ni religieux ni religieuse.
Les dits commissaires… ayant ouï sur tous les objets, le Conseil Général unanimement d’accord, ont déclaré provisoirement les dites communes de Chainaz et La Frasse réunies à celle de Saint-Girod.

Dans sa défense des intérêts spirituels et… matériels de la communauté dont elle a charge, la municipalité de Saint-Girod, par des arguments, dans lesquels apparaissent souvent le bon sens et toujours un sens remarquable de l’opportunité du moment, obtient provisoirement gain de cause.
Pour longtemps ?… À Paris, au culte de la « Raison » va succéder celui de « l’Être Suprême »…
À Saint-Girod-Les Vergers, la municipalité se réunit à nouveau le 6 ventôse de l’an II (25 Février 1794), soit trois jours après la délibération qui a vu l’annexion de Chainaz et de La Frasse, pour faire exécuter un arrêté du 7 pluviose an II signé par Albitte, représentant du peuple à Chambéry qui leur enjoint de :
démolir le clocher, briser la cloche subsistante et d’établir un état des tableaux… , costumes, linges, statues et autres machines religieuses contenues dans la ci devant église.
Une délibération du 25 Prairial an II (13 Juin 1794) constatera la réalisation effective de ces destructions. Le 29 prairial, le Conseil Général de Saint-Girod : établit dans la ci-devant cure de la commune le lieu de détention où seront conduits et retenus les délinquants qui auront été déclarés en état d’arrestation ainsi que les bestiaux saisis.
Et malgré son « patriotisme » » et le serment prêté aux nouvelles institutions et à la Constitution civile du clergé, le curé Dupessey sera arrêté comme suspect.
Son Église couverte de tuiles mais privé de son clocher et de la cloche dont l’appel « obligeait quelquefois les fidèles à doubler le pas », sans Curé et sans Cure, les arguments « annexionnistes » de la Municipalité de Saint-Girod s’effondrent sur l’essentiel… Et si la commune de La Frasse n’existe plus de nos jours, c’est qu’en des temps moins troubles, le 17 Novembre 1865, elle a été réunie à la commune de Chainaz.

Félix Levet

NDLR : Les plus vifs remerciements adressés à Monsieur Raymond Porcheron, maire de Saint-Girod qui a eu la gentillesse de mettre les archives de sa commune à la disposition de la Société Kronos.

Notes de l’auteur :
1) Le calendrier républicain a été adopté par la Convention à l’instigation du mathématicien Charles Romme. L’ère nouvelle commence le 22 Septembre 1792, jour de la proclamation de la République. L’année républicaine compte 12 mois de 30 jours plus 5 ou 6 jours (années bissextiles) « surajoutées », nommés poétiquement « sans culotides ». Il fut en vigueur jusqu’au 1ier janvier 1806, date à laquelle Napoléon rétablit le calendrier grégorien.
2) À la même époque, Saint-Germain devient simplement la Chambotte et Saint-Ours, la Forêt d’Ours.
3) Il s’agit, bien entendu, de l’ancienne église dont la situation est rappelée aujourd’hui par le village de « Vieille Église ». L’Église actuelle date du XIXième siècle. Elle abrite notamment deux statues d’apôtres en pierre, attribuées à Brecquessent ou Brescent, sculpteur du XIVième siècle et qui proviennent de la chapelle des princes de l’abbaye d’Hautecombe.
4) Nous avons vu que le recensement d’octobre 1793 donne 358 habitants.

deliberationsaintgirod
Délibération de la municipalité de Saint-Girod sur l’arrêté pris par Albitte, représentant du peuple, le 7 pluviose de l’an II (démolition du clocher)
(cliquer pour agrandir)

Article initialement paru dans Kronos N° 2, 1987

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>