L’huilerie Tournier de Saint-Girod

Au bout d’un étroit chemin en pierre, une vieille scierie abrite une huilerie, empreinte d’un temps révolu ; en contrebas une autoroute, caractéristique de notre monde moderne.
C’est à Saint-Girod, plus précisément au village de la Vieille Église, que le passé et le présent se côtoient en la présence de l’huilerie Tournier.
La fabrication de l’huile de noix est une activité de plus en plus abandonnée ; cependant, chaque hiver voit encore défiler de nombreuses personnes apportant leurs cerneaux(1) à l’huilerie. Mais si vous n’avez pas de cerneaux, vous pouvez toujours rendre visite à André et Noël Tournier qui vous accueilleront avec leur gentillesse et leur simplicité habituelles. André et Noël habitent « La Vieille Église » où ils sont nés, continuant tout naturellement l’activité de leur grand-père et de leur père.
En arrivant à la porte de l’huilerie, combien il est agréable d’être attentif à la respiration de la vieille bâtisse, à ses craquements, à ses souvenirs, à ses parfums mêlant la noix et le bois brûlé. Dans la petite pièce, éclairée par deux petites fenêtres et une faible lumière électrique, on peut admirer la grosse meule en pierre polie de 850 Kg, tournant dans une cuve. Une chaudière occupe un angle de la pièce, un foyer à bois surmonté par une cuvette en pierre appelée « pâton »(2), rattaché à une cheminée qui selon les dires d’André Tournier n’a jamais nécessité de ramonage. Près de la chaudière, trouve place une table très étroite, surnommée « l’Enfer »(3). Dans le fond de la salle, le regard est attiré par la très vieille pompe hydraulique donnant une pression de 150 tonnes, reliée à la presse. Enfin, le plafond se cache sous les poulies et les engrenages en bois.
La chaleur est diffusée dans le local par un poële antique, alimenté par les résidus de la scierie. L’électricité a remplacé la roue à aubes dont il ne reste aujourd’hui qu’une vague ossature. L’eau qui actionnait la roue était captée quelques kilomètres plus loin dans un ruisseau le « Gorsy » et amenée par des canaux. Cette arrivée d’eau permettait le fonctionnement d’un moulin à blé, situé au-dessus de la scierie.

La fabrication de l’huile de noix nécessite une succession d’opérations. Pendant sept minutes, André étale dans le « pâton » environ quinze kilos de cerneaux. La meule de pierre les écrase en tournant. La pâte obtenue, récupérée avec une petite pelle en fer, est mise dans la cuve du four pour y être chauffée. André devra se montrer attentif pour que la pâte ne brûle pas. Cette seconde phase achevée, il étend la pâte chaude sur une toile de nylon posée sur l’Enfer. Pendant ce temps, Noël en découvrant une ancienne toile en poils de chèvre, songe un instant à ceux qui les précédèrent. Les paquets ainsi formés s’empilent dans un panier qui sera glissé dans la presse. Quelques minutes plus tard, claire et parfumés, l’huile de noix coulera. Cependant, le travail ne s’arrête pas là ; André et Noël récupèrent la pâte de cerneaux pressée et renouvèlent toutes les opérations successives pour extraire encore un peu du précieux liquide. Cette pâte, pressée deux fois, s’appelle tourteau et sert d’aliment au bétail.

André et Noël Tournier travaillent de janvier à mars, perpétuant ainsi des gestes séculaires. Pont entre notre époque et l’ancien temps, l’huilerie Tournier nous permet de renouer avec toute une tradition, pour certains avec leur enfance ; une tradition dont nous portons au fond de nous la nostalgie.

Maryse Portier

Notes de l’auteur :
1) Cerneau : chair des noix vertes — Nom de la noix avant sa complète maturité.
2) « Pâton » : terme sans doute emprunté au vocabulaire familial qui indique le récipient où se fait la pâte.
3) « L’Enfer » : ce terme désigne la table très étroite qui recevait la pâte brûlante. Noël et André Tournier ayant souvent l’occasion de s’y « réchauffer » bien involontairement les mains brocardèrent l’ustensile de ce vocable à l’odeur de soufre !

tournier_batiment

Le bâtiment

tournier_andrenoel

André et Noël Tournier

tournier_meule

La meule en pierre polie

tournier_four

Le four

tournier_presse

La presse hydraulique


Article initialement paru dans Kronos N° 2, 1987

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>