Le vicomte Lepic et les premiers habitants des grottes de Savigny

La Savoie est entrée dans l’espace français depuis une bonne dizaine d’années lorsque le Vicomte Lepic, membre de l’Académie de Savoie, publie en 1874, une brochure illustrée qu’il intitule « Grottes de Savigny, commune de La Biolle ». Il porte alors « à la connaissance de ceux que les découvertes préhistoriques intéressent » les résultats des fouilles qu’il a entrepris les années précédentes. Son travail est une véritable fouille qui tranche sur les pratiques de l’époque. En effet la préhistoire est alors très à la mode depuis que l’on a repéré, dès 1854 dans les lacs suisses puis savoyards, l’existence de cités lacustres. Mais on pratique ce que l’on appelle « la pêche aux antiquités », c’est-à-dire la récupération des objets par des procédés mécaniques détruisant le contexte archéologique.

Né en 1839 à Paris dans une famille d’officiers napoléoniens (son père est général dans l’armée de Napoléon III), Ludovic-Napoléon Lepic se détourne de la carrière militaire pour se consacrer à la gravure et au dessin. Son père va accepter son inclination pour l’art, le laissant fréquenter les ateliers des peintres Bazille puis Cabanel. Il deviendra rapidement un aquafortiste remarqué.

Le Vicomte Lepic
Le Vicomte Lepic

C’est cette maîtrise des eaux fortes qu’il exploitera pour produire de magnifiques planches présentant les plus belles pièces découvertes lors de ses fouilles.
C’est à la suite de son mariage avec Joséphine Scévole de Barral en 1865 qu’il s’en vient séjourner en Savoie dans le château de sa belle-famille à côté de Chambéry. Il se prend de passion pour l’archéologie et la préhistoire, voyage à Rome et à Pompéi, puis entreprend des fouilles dont il présente les résultats au congrès de Préhistoire de Bruxelles en 1872 et enfin crée le musée d’Aix-les-Bains qu’il dirige et enrichit jusqu’à sa mort en 1889.
Sa brochure, publiée en 1874, est un véritable travail méthodique qui peut encore aujourd’hui servir de référence et ce pour plusieurs raisons.
Cela tient d’abord à la richesse d’un texte minutieux et précis dans lequel il décrit la grotte, dresse un inventaire des objets découverts (silex, poinçons, lissoirs, glands, ossements de bœuf, cochon, chien, cerf, chevreuil…), replace ses découvertes dans le contexte archéologique de son temps.
C’est ensuite la qualité graphique de ses planches qui retient encore l’attention et rend possible aujourd’hui l’attribution de ces productions à des cultures néolithiques bien précises.

Objets trouvés dans la grotte. Dessins vicomte Lepic
Objets trouvés dans la grotte. Dessins vicomte Lepic

C’est enfin sa conception d’une archéologie privilégiant la connaissance sur l’exploitation des découvertes à des fins mercantiles qui est moderne. Il l’exprime à la fin de sa brochure en des termes appuyés : « jusqu’à ce jour, on n’a vu dans le pays, en faisant des fouilles, qu’une question de gagner de l’argent et d’exploiter les étrangers ; sauf quelques rares amateurs sincères, le préhistorique en Savoie est une exploitation montée sur un pied aussi peu honnête qu’indélicat. Espérons que le jour où tous ces savants qui n’ont pour objectifs que la vente aux Anglais auront fait fortune, les gens qui travaillent sans idée d’exploitation pourront entreprendre une œuvre moins productive pour eux, mais plus utile au pays ».
On peut dire que le vicomte Lepic est, d’une certaine manière, un des premiers promoteurs de l’archéologie expérimentale.
C’est lui qui aborde en premier l’intéressante question de la provenance de ces populations paysannes originelles qui s’installent dans la grotte de Savigny, à La Biolle, en Savoie. Il met en avant le rôle de maillon, d’intermédiaire que ce lieu a pu jouer : « Les grottes de Savigny sont placées sur la route directe reliant le lac du Bourget au lac Léman, et il est possible que leurs habitants avaient des rapports fréquents avec les habitants des palafittes de Savoie et de Suisse et servaient de trait d’union entre ces différentes peuplades ».
Cette idée de « trait d’union » va être affinée, précisée par les archéologues du XXème siècle qui reprendront des fouilles sur le site.
Réalisant en 1976 plusieurs sondages dans la grotte, une équipe archéologique dispose de nouvelles données (stratigraphie, céramiques) qui lui permet de situer les habitants de la grotte dans un cadre aux frontières de deux civilisations, une venue du sud de la France (civilisation de Chassey), l’autre en provenance du plateau suisse (civilisation de Cortaillod).
De plus, des analyses de charbon de bois au radiocarbone ont permis d’avancer une datation aux alentours de -3060.
Beaucoup des objets trouvés en fouilles ont disparu ou se trouvent relégués dans les réserves des musées. Il ne reste que les beaux dessins du vicomte Lepic pour garder le souvenir de ces agriculteurs d’il y a 5000 ans qui firent entrer la Savoie dans le temps des paysans.
Vous pourrez toutefois en savoir plus en vous connectant sur le site www.kronos-albanais.org ou lire dans le n°3 de la revue un article consacré à la préhistoire de l’Albanais.

Jean-Louis Hébrard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>